L'avenir de la LCF inquiète l'ancien joueur des Alouettes et des défunts Renegades d'Ottawa, Mike Sutherland.
L'avenir de la LCF inquiète l'ancien joueur des Alouettes et des défunts Renegades d'Ottawa, Mike Sutherland.

Sutherland s’inquiète pour la LCF

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Le Rouge et Noir serait en route vers Calgary pour disputer déjà son avant-dernier match de la saison régulière.

Cette partie prévue vendredi soir aurait marqué le retour du quart-arrière Nick Arbuckle au stade McMahon où il a passé les deux années précédentes dans l’uniforme des Stampeders. Des retrouvailles qui devront attendre à 2021... s’il y a bien une prochaine saison de la Ligue canadienne de football (LCF).

Car la pandémie ne s’essouffle pas. Et jusqu’ici, le commissaire Randy Ambrosie n’a offert rien de concret comme solution en vue de la prochaine année.

«Je suis inquiet pour l’avenir. Déjà que la ligue était fragile avant tout ça. Tu avais des marchés moins stables que d’autres comme Montréal l’an dernier», lance l’ancien joueur des Alouettes et des défunts Renegades d’Ottawa, Mike Sutherland.

Mike Sutherland

«Oui, il y a un contrat de télé qui apporte de l’argent, mais ça demeure une ligue qui dépend des revenus obtenus de la vente de billets et de marchandises lors des jours de match», ajoute-t-il du même souffle.

Qui pense que les stades seront pleins à travers le pays? Ou qui croit que des parties pourront effectivement se dérouler devant des amateurs?

Le mot inquiet reviendra souvent dans l’entrevue avec le Franco-Ontarien de 49 ans, qui est la voix du Rouge et Noir à la Place TD. C’est lui l’annonceur maison depuis l’an Un de la franchise de la LCF à Ottawa.

«Ce qui m’inquiète aussi, c’est à quoi va ressembler le produit sur le terrain en 2021. Est-ce que ce sera un paquet de jeunes joueurs? Je me dis qu’on va perdre peut-être plusieurs vétérans qui préparaient déjà la transition vers l’après-carrière, qui auront peut-être trouvé un bon emploi. Ils choisiront peut-être la stabilité pour leur famille.»


« Je suis inquiet pour l’avenir. Déjà que la ligue était fragile avant tout ça. »
Mike Sutherland

Une chose est sûre aux yeux de Mike Sutherland.

«Ça ne sera pas comme avant. La ligue préparait l’avenir dans les Maritimes avant tout ça, mais là, on ne sait même pas si tous les marchés seront là quand le football sera de retour.»

Il n’y a pas que les joueurs qui ont pleuré l’annulation de la saison 2020 en août. Lui aussi.

«J’ai trouvé ça difficile. Même si je ne suis plus joueur, je ressentais encore de la fébrilité et de l’engouement quand je me présentais au stade. J’avais encore un rôle à jouer, même s’il était moins physique qu’avant! Je me préparais toujours pour m’assurer que ce soit bon, confie-t-il.

«Ça me manque beaucoup. Je n’avais pas réalisé avant tout ça à quel point le football jouait encore un grand rôle dans ma vie.»

Sutherland demeure quand même très occupé. Sa conjointe et lui ont quatre enfants, dont des jumeaux âgés de huit ans. Depuis décembre, il est rédacteur et réalisateur à l’émission matinale de CTV Ottawa.

«C’est un peu comme à l’époque où je travaillais à la station de radio Énergie à Gatineau. Je me lève à 3h30. Je commence à travailler vers 4h à rédiger le bulletin de nouvelles. Je réalise aussi des entrevues. Ça me permet aussi d’apprendre le travail derrière la caméra. J’aime beaucoup ça.»

Retour en 2005

Il fallait lui parler d’un anniversaire spécial.

Ça fait 15 ans que Sutherland a marqué l’unique touché de sa carrière dans la LCF. Ça s’était produit en 2005 à Vancouver, à sa 10e et dernière saison. 

Un joueur des Lions de la Colombie-Britannique avait échappé le ballon dans la zone des buts sur un retour de botté de précision ratée par Matt Kellett.

«Marc Pilon avait effectué un plaqué et quand je suis arrivé là, je n’avais qu’à me lancer sur le ballon», relate en riant l’ancien joueur de ligne offensive.

«Je racontais ça à un de mes fils hier. Je n’étais pas censé être sur le terrain pour ce jeu. Ça devait être Val St-Germain. Mais il s’était retiré du jeu. J’avais dû prendre sa place.»

Mike Sutherland a encore le fameux ballon chez lui. «Juste à côté de mon casque des Renegades», précise-t-il.