Henry Burris.

Son ancien club en arrache

Depuis un mois, des joueurs du Rouge et Noir affrontent leur ancien club qui les a retranchés ou laissés sans protection lors du repêchage d'expansion. La prochaine semaine ne fera pas exception.
Cette fois-ci, ce sera à Henry Burris de renouer avec les Tiger-Cats de Hamilton, samedi soir, au stade de l'université McMaster. Ces derniers l'ont libéré en février, même s'il avait guidé le club au match de la coupe Grey.
Ottawa a sauté sur l'occasion pour mettre le vétéran de 39 ans sous contrat jusqu'en novembre 2016.
Hamilton a préféré faire confiance au jeune Zach Collaros, qui s'est blessé lors du deuxième match de la saison. Ses coéquipiers et lui n'ont toujours pas gagné.
Les Ti-Cats se sont inclinés 10-7 contre Calgary, vendredi dernier.
«J'ai regardé une partie du match. J'aime les gars au sein de cette équipe. Plusieurs sont mes amis. J'étais triste de les voir perdre, a dit Burris avant de se rétracter.
«Non... je ne suis pas vraiment triste. Ce sont maintenant des adversaires dans la même division que nous. Nous sommes deux équipes qui se battent pour le même bout de pain!»
Burris affirme ne pas trop réfléchir pour l'instant à ce retour à Hamilton où il avait passé deux saisons. Il n'a qu'une chose en tête, de donner une deuxième victoire au Rouge et Noir.
«Gagner doit devenir un style de vie. Je crois que les joueurs ont compris la semaine dernière ce qu'il faut pour y arriver, comment s'est plaisant de triompher. Ils ont eu un aperçu. Et c'est beaucoup plus plaisant de s'entraîner après une victoire. Il n'y a pas de nuages gris qui flottent au-dessus du stade pendant la semaine suivante.»
Mcomtois@ledroit.com