Brad Sinopoli accumule les prouesses individuelles depuis qu’il est à Ottawa. Mais « on ne donne pas de points supplémentaires aux joueurs qui marquent des touchés », rappelle-t-il.

Sinopoli veut la victoire avant tout

Brad Sinopoli a complété la séance d’entraînement de jeudi avec le sourire aux lèvres.

Dans une séance de jeu simulé, les receveurs du Rouge et Noir d’Ottawa ont eu le dessus sur les secondeurs et sur les membres de la ligne tertiaire. Ils ont marqué quelques touchés. Au coup de sifflet final, les membres de la défensive ont effectué les push-ups supplémentaires.

Sinopoli n’a pas marqué un des touchés. Il était juste content de se retrouver dans le camp gagnant.

« La frustration, dans le sport, vient quand on perd », a-t-il rappelé au Droit.

On parlait de la séance d’entraînement, mais on parlait aussi du match de la semaine dernière.

Sinopoli était en rogne, après la défaite subie contre les Blue Bombers de Winnipeg.

Mais ça n’avait rien à voir avec le fait qu’il a passé la soirée à attendre des ballons qui n’ont jamais été lancés vers lui.

Ou si peu.

« Ma frustration n’a rien à voir avec le nombre de ballons qui sont lancés dans ma direction. Il faut comprendre que le football, c’est un sport comme ça. C’est un sport d’équipe. On compte toujours 12 joueurs sur le terrain et chacun a un travail à faire. Gagner le match, à la fin de la journée, c’est tout ce qui compte. On ne donne pas de points aux joueurs qui réussissent le plus grand nombre d’attrapés. On ne donne pas de points supplémentaires aux joueurs qui marquent des touchés. La seule chose qui compte, c’est la victoire. »

Chaque joueur a un rôle à jouer, c’est vrai. Depuis son arrivée à Ottawa, en 2015, Sinopoli a joué le rôle du receveur fiable.

Il a connu quatre saisons consécutives de plus de 1000 verges gagnées par la passe.

Il s’est surpassé, l’an dernier, en captant pas moins de 116 ballons en 17 parties.

Le succès, sur le terrain, ça donne faim. « Bien entendu. Nous sommes tous affamés, en réalité. Tous les joueurs qui atteignent ce niveau ont envie qu’on leur fasse confiance. Tu n’as pas le droit d’avoir peur quand on fait appel à toi. Tout le monde veut le ballon le plus souvent possible. En même temps, il faut comprendre qu’il s’agit d’un sport d’équipe. »

Harris occupé

Brad Sinopoli a de bonnes raisons de penser qu’il sera plus occupé, dans le prochain match.

Plus le temps passe, plus le portrait se précise à la Place TD.

On a demandé à Rick Campbell d’identifier le joueur qui sera responsable des retours de botté, samedi après-midi, contre les Alouettes de Montréal.

« Ce sera probablement R.J. Harris », a-t-il répondu.

L’équipe a officiellement mis sous contrat une recrue, jeudi matin. Le jeune Rafael Araujo-Lopes pourrait éventuellement jouer ce rôle.

« Nous l’avons mis à l’essai, cette semaine, pour voir ce qu’il peut faire. Nous voulons voir si nous sommes à l’aise avec lui. En attendant, R.J., on le connaît bien. Il nous rend à l’aise », commente l’entraîneur-chef.

Harris sera donc très occupé. Depuis le début de la saison, il est une des deux cibles favorites du quart-arrière Dominique Davis.

Si jamais Davis veut distribuer le ballon de façon plus équitable, il sait vers qui se tourner.

« Les gens de l’extérieur ont peut-être l’impression que les jeunes receveurs ont des choses à prouver. Nous, à l’intérieur du vestiaire, on connaît bien la valeur de nos joueurs. Les gars obtiennent leur chance de jouer, cette année. On essaie de se partager le ballon et de jouer rapidement. On utilise toutes nos ressources », dit Sinopoli.

+

Lauzon-Séguin de retour « à 100 % »

Le mystère qui entourait Jason Lauzon-Séguin s’est dissipé très rapidement.

Le bloqueur franco-ontarien a pu discuter avec les médias, au terme de la séance d’entraînement de mercredi. Il était satisfait.

« Aujourd’hui, je dirais que ça super bien été. Je me sens à 100 %. C’est une super bonne nouvelle », assure-t-il.

Il n’a pas été capable de compléter le match de vendredi dernier. La direction de l’équipe maintient, cinq jours plus tard, qu’il a été victime d’une insolation.

Tout ça est derrière lui, maintenant. « Je pourrais dire à presque 100 % que je vais affronter les Alouettes. »

La présence de Lauzon-Séguin dans la formation permettra au Rouge et Noir de poursuivre avec sa ligne à l’attaque entièrement canadienne, qui connaît un bon début de saison. « Ça va très bien du côté gauche avec Korte pis Evan Johnson. Ce sont deux jeunes joueurs qui s’adaptent très bien, ensemble. De mon côté, je travaille avec Nolan depuis une quatrième saison, déjà. La chimie s’est bien installée. Ensemble, on travaille bien », commente Lauzon-Séguin.

La forte présence canadienne sur la ligne à l’attaque donne naturellement un peu de latitude ailleurs.

Les entraîneurs étudient par exemple la possibilité d’utiliser deux porteurs de ballon américains, ce week-end. Cela permettrait à la recrue John Crockett, un ancien de la NFL et de l’Alliance of American Football (AAF), de vivre son baptême de feu au Canada.

Il a connu un bon camp d’entraînement.

Si Lauzon-Séguin joue, le secondeur américain Kevin Brown pourrait devoir sauter son tour. Il ne serait pas au sommet de sa forme.