Brad Sinopoli espère connaître une autre bonne saison pour le Rouge et Noir. Son souhait est de dépasser les 1000 verges pour une troisième saison de suite.

Sinopoli s'inspire de Ben Cahoon

Une semaine plus tard, Brad Sinopoli s'en veut encore.
Le receveur du Rouge et Noir a coûté un touché à son bon ami Greg Ellingson, jeudi dernier, à Calgary. Il a écopé d'une pénalité pour bloc illégal qui a annulé l'attrapé spectaculaire de 59 verges de son coéquipier sur le premier jeu offensif de ce match.
« Je me sentais tellement mal. Notre quart-arrière Trevor Harris a passé beaucoup de temps par la suite à me dire de passer à autre chose, que c'est plate, mais ce genre de choses arrive parfois », a raconté le joueur étoile du Rouge et Noir.
« Ça reste que je l'ai encaissé durement. Je n'aime pas commettre des erreurs. »
Sinopoli a quand même fini par connaître une belle soirée contre les Stampeders. Il a capté sept passes pour 111 verges.
Ce qui porte son total à 199 verges en deux parties. Si la tendance se maintient, il dépassera le cap des 1000 verges pour une troisième saison de suite.
Aucun receveur canadien n'a réussi l'exploit depuis Ben Cahoon, qui a connu... huit saisons consécutives de la sorte entre 2002 et 2009.
« C'est impressionnant », a reconnu Sinopoli.
« En plus, Cahoon était un de mes joueurs favoris dans la LCF à cette époque-là. Ça démontre à quel point il était un joueur fiable, mais aussi très durable. Il a sûrement joué malgré plusieurs blessures. »
C'est un peu le genre de receveur que veut devenir l'ancien quart-arrière des Gee Gees d'Ottawa. « Je veux capter chaque ballon et surtout rester en santé », a-t-il dit de ses attentes en 2017.
Ça, et atteindre le cap des 1000 verges de nouveau.
« C'est normal d'y penser. Le but premier est bien sûr de gagner encore la coupe Grey. Mais je crois que c'est bon de se donner des objectifs individuels. Ça te motive à te surpasser et éviter de devenir complaisant. »
Une autre saison productive arriverait à un moment idéal de sa carrière. Son contrat le liant au Rouge et Noir tire à sa fin.
L'équipe ne compte aucun autre receveur canadien capable de le remplacer dans l'alignement.
Aucune négociation n'a eu lieu jusqu'ici au sujet d'un nouveau pacte. « C'est hors de mon contrôle. J'imagine que l'équipe va venir me voir quand elle sera prête à jaser », a souligné Brad Sinopoli, qui a fêté ses 29 ans en avril.
« Ça ne me tracasse pas. »
Comme Gizmo, Rocket et Pinball
Les Argonauts de Toronto comptent tenir le ballon loin de Diontae Spencer lors de leurs bottés de dégagement, samedi soir, à la Place TD.
Les prochains adversaires du Rouge et Noir ont pris bonne note des dégâts que peut provoquer le nouveau joueur des champions de la coupe Grey. Ce dernier a capté une longue passe de 65 verges pour inscrire un touché contre Calgary. Plus tôt dans cette partie, il avait inscrit un touché sur un retour de botté de dégagement, galopant sur 96 verges.
« Il (Spencer) possède une vitesse de pointe aussi élevée que Chris Williams que les gens ont vu ici ces dernières années. Les équipes adverses tendent à éviter de botter le ballon en direction de ces gars-là », a rappelé l'instructeur-chef Rick Campbell, mercredi, après la séance d'entraînement des siens.
Un vieux routier du journalisme lui a demandé de jouer au jeu des comparaisons. Campbell, qui a grandi dans le giron de la LCF, a pris une pause. Puis il a commencé par lancer un premier nom.
« Gizmo Williams », a-t-il suggéré en parlant de l'ancien petit joueur des Eskimos d'Edmonton qui a inscrit 26 touchés en carrière sur des retours de botté de dégagement.
L'ancien joueur Ken Evraire, qui participait à la mêlée de presse, a avancé les noms de Raghib « Rocket » Ismail et Mike « Pinball » Clemons.
« Il (Spencer) peut courir aussi vite. S'il peut connaître une carrière aussi longue et fructueuse que ces gars-là, je suis pas mal convaincu que tout le monde va être content ici », a soutenu Campbell, sourire en coin.