Le receveur étoile du Rouge et Noir pourrait rater le match de samedi contre les Alouettes en raison d'une blessure à une cheville.

Sinopoli pourrait manquer à l’appel

Le Rouge et Noir d’Ottawa risque de devoir se débrouiller sans son meilleur receveur de passe, Brad Sinopoli, samedi lors de la visite des Alouettes de Montréal.

L’ancien quart des Gee Gees de l’Université d’Ottawa s’est blessé à une cheville à la fin de l’entraînement de mardi et il a passé celui de mercredi à la Place TD le long des lignes de côté. 

Après coup, l’entraîneur-chef Rick Campbell a déclaré qu’il représentait « un point d’interrogation » pour le prochain match des siens.

« Il m’achalait pour participer aux exercices, mais je lui ai dit de se contenter de regarder. On veut qu’il revienne le plus en santé possible. Il y a encore une chance qu’il joue, on verra comment ça va progresser. Il s’est fait mal d’une façon un peu bizarre et c’est mineur, mais on ne “niaisera” pas avec ça. On veut qu’il soit en santé le plus rapidement possible », a indiqué Campbell.

C’est un gros morceau de l’attaque qui manquerait à l’appel contre les Alouettes si Sinopoli doit bel et bien s’absenter, lui qui est le receveur de passes comptant le plus de réceptions (52) dans toute la Ligue canadienne de football. Il est troisième au chapitre des verges amassées par la passe (641).

L’absence de sa cible favorite pourrait forcer le quart Trevor Harris à se tourner plus souvent vers son autre vétéran demi inséré, Greg Ellingson, qui n’a capté que 31 passes (pour 373 verges) jusqu’à maintenant cette saison, troisième au sein de l’équipe (et 10e dans la LCF) alors que Diontae Spencer a capté un ballon de plus que lui.

« On n’occupe pas la même position, donc ce n’est pas moi qui vais remplacer Brad s’il est absent. Ce serait une perte pour nous, mais ce sera à Julian (Feoli-Gudino) ou JC (Jean-Christophe Beaulieu), ou un autre Canadien de remplir ce rôle. Si le ballon va à un autre endroit, ça va être dicté par la couverture adverse et nos formations, a souligné Ellingson mercredi. C’est un sport d’équipe, mais c’est certain que des gars comme Diontae et moi, et tous les autres receveurs sur le terrain, vont devoir compenser. »

L’Américain originaire de la Floride a réitéré qu’il ne s’inquiète pas trop de sa production qui à la baisse, lui qui a capté 96 passes pour 1459 verges de gain la saison dernière, avec 12 touchés, lui qui n’a qu’un maigre majeur à sa fiche en 2018.

« Les statistiques vont s’accumuler comme elles vont le faire et je vais regarder ça à la fin de l’année pour comparer avec ce que j’ai fait par le passé. Je fais mon travail, je connais mes tracés, je bloque quand je peux le faire et lorsque le ballon est lancé en ma direction, je tente de l’attraper pour faire des jeux. Je ne contrôle rien d’autre que ça. Tant qu’on gagne et que nous sommes au premier rang dans l’Est, je suis heureux. C’est certain que comme joueur, tu veux faire des jeux et aider l’équipe à gagner, mais parfois, il faut contribuer d’une autre façon », fait-il remarquer.

Campbell, pour un, ne croit pas que l’athlète de 29 ans a ralenti sa cadence cette année. 

« Il a travaillé fort toute l’année. Parfois, les statistiques viennent dans un cycle. Je pense que s’il continue à travailler de la même façon, les gros matches vont venir. Diontae (Spencer) est en la preuve alors qu’il a eu un gros match la semaine dernière (à Toronto) », estime Campbell au sujet de son joueur qui n’a eu que 12 attrapés lors des quatre dernières sorties des siens, après en avoir eu 19 lors des trois premières. « Ça fait longtemps que Greg est un bon joueur pour le Rouge et Noir, son éthique de travail n’a pas changé et je m’attends à des gros matches de sa part bientôt... On veut certes faire un effort pour lui lancer le ballon plus souvent », a-t-il ajouté.

+

HOWELL ESPÈRE OBTENIR UN PREMIER DÉPART

Justin Howell vit d’espoir cette semaine.

Le substitut d’Antoine Pruneau au poste de demi de sûreté pourrait hériter de son poste de partant si le Québécois est bel et bien muté à un poste de secondeur, où il s’entraîne cette semaine en raison de la blessure d’Anthony Ciaffi.

L’ancien des Ravens de Carleton, un choix de septième ronde lors du dernier repêchage de la LCF, ne demanderait pas mieux que d’obtenir un premier départ en carrière, contre les Alouettes à la Place TD par surcroît.

« Il n’y a rien de coulé dans le ciment présentement. Le club regarde différentes options et j’obtiens quelques répétitions de plus, donc on va voir ce que les entraîneurs vont décider de faire. Je pense que c’est surtout une question de bâtir notre profondeur et voir toutes les options qui s’offrent à nous », a-t-il indiqué au Droit après la pratique de mercredi.

Insérer Howell dans l’alignement pourrait permettre au Rouge et Noir de changer son ratio de partants canadiens, qui était de six en attaque contre un seul en défensive (Pruneau). Un receveur américain pourrait alors remplacer Brad Sinopoli. 

Quoiqu’il arrive, Howell est juste heureux d’être considéré pour obtenir plus de temps de jeu, lui qui a surtout été utilisé sur les unités spéciales, où il a réussi trois plaqués (il en a un en défensive en sept matches).

« Peu de gens pensaient que j’allais me tailler un poste au sein de l’équipe, je devais retourner à l’école (pour une cinquième année avec les Ravens). Je suis certes heureux de ma saison recrue, mais je ne suis pas satisfait encore. J’essaie d’en apporter plus à l’équipe en étant un bon compétiteur. Et j’essaie d’apprendre le plus possible de Pruneau, un gars que je regardais jouer lorsque j’étais à l’université et qui est un bon leader avec la bonne attitude », a dit le corpulent jeune homme de 21 ans qui fait 5’ 9’’ et pèse 199 livres.

Il n’est pas le seul à vivre d’espoir alors que Sherrod Baltimore souhaite hériter du poste de demi de coin laissé vacant par le congédiement de Loucheiz Purifoy lundi, lui qui s’est rapidement trouvé du travail avec les Roughriders de la Saskatchewan. Il reprend un poste qu’il a occupé l’an passé alors qu’il avait été la recrue de l’année au sein de l’équipe, mais avait été relégué à l’alignement de pratique à la fin du camp.

« Je ne suis qu’un joueur, je ne suis pas entraîneur ou D.G. également, ce serait trop difficile. Ils prennent des décisions et j’ai continué à croire au “processus” et maintenant, je suis prêt à jouer à nouveau, a-t-il dit. J’aime la pression qui sera sur moi. J’aime l’idée d’affronter Johnny Manziel (nouveau quart des Alouettes), je l’aime bien comme joueur, son signe de “Money” et tout ça. Mais il faut se concentrer sur la victoire, on a besoin de gagner après notre dernière défaite (à Toronto). »

+

IL RESTE MOINS DE 2000 BILLETS

Le Rouge et Noir a annoncé mercredi qu’il reste moins de 2000 billets disponibles pour la visite des Alouettes de Montréal samedi à la Place TD. 

À l’occasion de cette rencontre, le club fera équipe avec Purolator dans le cadre de son programme « Blitz contre la faim », les partisans étant invités à apporter des denrées non périssables ou à faire des dons en argent qui seront remis à la Banque alimentaire d’Ottawa. 

Les amateurs qui contribueront au programme auront l’occasion de se faire prendre en photo avec la coupe Grey, qui était de passage à la Place TD mercredi afin de se préparer pour l’événement. 

Les fans courront aussi la chance de gagner un chandail autographié par le quart Trevor Harris et le joueur de ligne Alex Mateas