Le receveur Kenny Shaw a repris l'entraînement lundi après une absence de deux semaines et demie. Il sera prêt à affronter les Stampeders de Calgary, vendredi, lors du premier match de la saison régulière.

Shaw guéri et prêt pour ses débuts

Ça criait sur le terrain. Ça souriait aussi. Kenny Shaw était un de ces joueurs qui débordaient d'enthousiasme.
Le nouveau receveur vedette du Rouge et Noir a participé à la première séance d'entraînement du calendrier régulier, lundi matin, à la Place TD. Il avait passé la majeure partie du camp d'entraînement à l'infirmerie, après s'être étiré des muscles à une jambe.
« Je n'avais jamais été tenu à l'écart du jeu aussi longtemps auparavant durant ma carrière. J'avais manqué trois jours consécutifs à un certain moment. C'est tout. Je peux te dire que j'ai trouvé les dernières semaines difficiles », a soutenu Shaw, la principale embauche des champions de la coupe Grey durant la saison morte.
Ce dernier a été acquis sur le marché des joueurs autonomes afin de combler le vide laissé par le départ de Chris Williams. Il a capté 77 passes pour 1004 verges et cinq touchés en 2016 à Toronto.
Shaw a montré un exemple de sa rapidité et de ses mains fiables en attrapant un ballon lancé sur une quarantaine de verges par le quart-arrière Trevor Harris tôt durant l'entraînement. Il a été félicité à son retour dans le caucus.
« Je m'étais ennuyé de ça, des poignées de main », a soutenu l'Américain natif de la Floride. Il s'était blessé lors du quatrième jour du camp après avoir justement capté une autre longue passe.
Shaw assure qu'il sera à son poste, vendredi, lors du match inaugural contre les Stampeders de Calgary. Ce sera une première sortie pour lui dans l'uniforme du Rouge et Noir. « Des couleurs qui me font paraître plus imposant que je le suis vraiment, a-t-il blagué du haut de ses 5'11'' et 170 livres.
«J'ai hâte surtout car j'ai vu l'ambiance qui régnait dans le stade ici lors du premier match hors-concours. C'était incroyable. Je suis excité de voir la réaction de la foule pour une partie qui compte au classement, une reprise du match de la coupe Grey.»
Son patron Rick Campbell n'est pas inquiet pour le nouveau numéro 2 du Rouge et Noir. «Il avait bien paru avant de se blesser», a rappelé l'entraîneur-chef.
Ce dernier a aimé ce qu'il a vu de l'édition 2017 après le jour 1 de la saison régulière. L'équipe avait libéré la veille une vingtaine de joueurs.
«C'est toujours excitant de vivre cette première pratique qui suit le camp d'entraînement. Tu te retrouves avec un nouveau groupe de joueurs. Tout le monde a hâte de commencer à jouer. Mais en même temps, tout le monde est conscient qu'il y a beaucoup de travail devant nous.»
Son club a conservé une fiche de 8-9-1 l'an dernier lors du calendrier régulier. Cela ne l'a pas empêché de gagner la coupe Grey, quelques semaines plus tard.
Campbell estime que la version 2017 du Rouge et Noir peut s'avérer supérieure à celle qui a remporté le championnat. «Pourquoi pas ? Le temps nous le dira», a-t-il noté.
Ce dernier a eu droit à une autre bonne nouvelle. En plus de Shaw, le vétéran quart Drew Tate a repris l'entraînement. Il doit être le substitut à Harris.
Quoi d'autre faut-il retenir de cette journée ?
Que William Powell a bel et bien obtenu le principal poste de porteur de ballon. Que le finaliste au titre de recrue de l'année de la LCF en 2016, Jason Lauzon-Séguin, sera le bloqueur à droite au sein de la ligne défensive en attendant que l'Américain Jake Silas retrouve la forme. Quant à Alex Mateas, il assumera pour l'instant les responsabilités de garde à gauche.
Miller, la surprise chez le Rouge et Noir
Jamais son nom n'a été mentionné dans la liste des sérieux candidats pour un poste de partant chez le Rouge et Noir.
Steve Miller
Pourtant, Steve Miller était présent au sein de la première unité défensive lundi à l'entraînement. On le trouvait à la position d'ailier à un bout de la ligne, le vétéran Arnaud Gascon-Nadon occupant l'autre extrémité.
À moins d'un revirement, il entamera le premier match de la saison, vendredi, contre les Stampeders. Il s'agit d'une surprise. À un certain moment dans le dernier mois, Darryl Paulo était la saveur du jour au poste d'ailier défensif. Puis ce fut Avery Ellis et Jason Ankrah.
Paulo a été remercié durant le week-end tandis qu'Ellis a été muté à l'équipe de réserve.
« Je ne peux pas m'emballer avec ça. Un poste, ça se perd si rapidement », a rappelé Miller, un Américain âgé de 24 ans qui a disputé trois parties hors-concours dans la NFL chez les Panthers de la Caroline en 2015.
L'an dernier, il n'a pas joué au football. « Je l'ai passé à la maison », a-t-il soutenu, lui qui a fait ses classes à Ohio State dans la NCAA.
L'athlète de 6'3'' et 256 livres a marqué l'histoire des Buckeyes durant son passage. Plus précisément lors du Sugar Bowl, il y a deux ans et demi, contre Alabama.
Miller a marqué un touché sur un retour d'interception. Un exploit qu'il avait prédit, quelques jours auparavant. « Nous étions en pleine séance vidéo et j'avais dit à mes coéquipiers que j'allais intercepter le quart adverse, a-t-il relaté.
«Encore aujourd'hui, j'ai de la misère à croire que cela s'est vraiment produit.»
Miller n'aime pas l'étiquette de devin. De toute façon, il n'aurait pu prédire se tailler un poste de partant chez le Rouge et Noir.
«Ce sont mes premiers pas au football canadien, a-t-il rappelé. Les premières journées au camp d'entraînement ont été difficiles. Mais j'ai continué à effectuer les répétitions qu'on me demandait.»
L'entraîneur-chef Rick Campbell l'a décrit comme un joueur «dont le moteur ne cesse jamais de rouler». «Il est capable de se faufiler dans le champ arrière de l'adversaire et causer des maux de tête», a-t-il dit.
Du même souffle, le coach a averti les journalistes. Qu'il était trop tôt pour tirer des conclusions sur Miller.
«L'identité des partants nous importe peu au sein de la ligne défensive, a assuré Campbell. Nous aurons sept à huit joueurs qui se partageront le temps de jeu durant les parties, qui obtiendront un nombre similaire de répétitions. Nous travaillerons de la sorte pour deux raisons. D'abord afin que notre ligne défensive soit reposée et efficace au quatrième quart. Puis nous voulons demeurer en santé au fil des semaines.»