Le receveur Kenny Shaw, embauché par le Rouge et Noir durant la saison morte, s'est rapidement fait des amis lors de la première journée du mini-camp des champions de la coupe Grey, jeudi, à la Place TD.

Shaw arrive, Powell revient

À ses premiers pas avec sa nouvelle équipe, Kenny Shaw a tout fait sauf passer inaperçu. Autant en raison de sa vitesse et ses feintes que sa chevelure qui jumelle coupe iroquoise à des tresses.
Le nouveau receveur du Rouge et Noir était l'un des 49 joueurs à participer jeudi à la première journée du mini-camp des champions de la coupe Grey à la Place TD. Il a capté plusieurs passes.
« Je ne suis pas ici pour juger de la coupe de cheveux d'un joueur. Ça détonne, c'est sûr. Mais c'est OK avec moi tant et aussi longtemps qu'il excelle sur le terrain, a lancé l'entraîneur-chef Rick Campbell.
«Kenny a très bien paru à sa première journée. Il était très sérieux dans son approche.»
Shaw s'avère l'un des quatre principaux joueurs autonomes embauchés par le Rouge et Noir durant l'hiver. En compagnie de son ami Diontae Spencer, il doit combler le vide laissé par les départs de Chris Williams et Ernest Jackson.
Le Floridien âgé de 25 ans a capté 77 passes pour 1004 verges en 2016 chez les Argonauts de Toronto, inscrivant cinq touchés. «Ottawa a mis la main sur un excellent joueur. Il est une des raisons pourquoi j'ai décidé aussi de venir ici, a assuré le demi défensif AJ Jefferson, qui était son coéquipier l'an dernier dans la Ville Reine.
«Ce fut très éprouvant comme saison l'automne dernier à Toronto. J'ai eu l'occasion de me joindre à une bonne équipe et je n'ai pas hésité à sauter à bord du train pour venir ici», a ajouté Shaw.
Ses nouveaux coéquipiers l'ont taquiné ici et là pour ses goûts chez le barbier. Mais ils l'ont aussi félicité.
À commencer par le quart-arrière Trevor Harris.
«C'est toujours bon signe quand tu as fini de courir un tracé, que tu reviens vers la ligne de mêlée et que le quart-arrière a un large sourire, a soutenu Shaw. Ça veut dire que tu as fait quelque chose de bien.»
Il n'y a pas que le numéro 2 qui était zieuté par la poignée de spectateurs sur place.
Les amateurs ont pu remarquer le retour du demi-offensif William Powell et du botteur Ronnie Pfeffer. Les deux joueurs ont raté la saison dernière en raison de blessures majeures subies lors du premier match hors-concours au camp d'entraînement.
Powell a détruit un de ses genoux. Quant à Pfeffer, il s'est fracturé le tibia en effectuant un botté d'envoi.
«J'ai été malchanceux. En prime, j'ai mis beaucoup plus de temps à guérir que prévu. Mais la bonne nouvelle, c'est que ma jambe est plus forte que jamais. Et je n'ai jamais été aussi flexible depuis le début de ma carrière», a assuré Pfeffer, qui sera impliqué dans une lutte à quatre pour le poste de botteur du Rouge et Noir.
Powell était tout aussi heureux de renouer avec l'action. Ses patrons croient qu'il retrouvera ses réflexes et sa vitesse qui l'avaient rendu si dangereux à l'automne 2015.
«Il devait être un de nos joueurs clés la saison dernière, a rappelé Rick Campbell. La bonne nouvelle, c'est que les médecins font de plus en plus du bon boulot à remettre à neuf de grands blessés. Nous croyons que William peut redevenir aussi dynamique qu'auparavant.»
En l'absence de Powell, le Rouge et Noir s'était tourné vers plusieurs porteurs de ballon. C'est finalement Mossis Madu qui a hérité du poste de numéro un en route vers le match de la coupe Grey.
Ce dernier sera de retour cette saison. Ça promet en vue du mois prochain lorsque le camp d'entraînement se mettra en branle.
«Les joueurs auront trois semaines et deux matches hors-concours pour se faire valoir. C'est peu quand on y pense», a rappelé Campbell.
Pruneau, l'acteur et chanteur
Sourire en coin, Antoine Pruneau feintait de se déplacer avec une canne sur le terrain.
Le maraudeur du Rouge et Noir a terminé la saison dernière très amochée. Cinq mois plus tard, le voici en santé et tout aussi souriant que les années précédentes.
Le joueur québécois a été exempté du mini-camp, tout comme les autres vétérans de l'équipe. Mais à l'image du centre barbu Jon Gott, il s'est tout de même pointé au stade, jeudi, afin de saluer de futurs coéquipiers.
On a pu apprendre que l'ami Antoine ne s'est pas gêné pour fêter la victoire de la coupe Grey durant l'hiver. Flanqué du receveur Scott Macdonell, il a même amené le trophée centenaire dans un bar à karaoké de Montréal où se produit un partisan de la première heure du Rouge et Noir, Ben Henri.
« Oui, nous avons chanté », a avoué Pruneau, qui a offert sa version de We Are The Champions du groupe Queen.
Quoi d'autre a-t-on appris durant cette première journée du mini-camp du Rouge et Noir ?
Que c'était fini le football pour le vétéran Damaso Munoz, qui a annoncé sa retraite jeudi via les médias sociaux.
Le secondeur âgé de 30 ans avait été libéré en février pour économiser des sous et permettre à l'organisation de retenir les services du joueur de ligne offensive Nolan MacMillan.
Munoz n'avait raté aucun match du Rouge et Noir lors des deux dernières saisons. Il avait notamment joué un rôle important en défensive lors de la conquête de la coupe Grey, réussissant 10 plaqués contre Calgary.
Il devient le deuxième membre de l'édition championne à ranger ses épaulettes après le quart Henry Burris.