L'équipe de Marcel Desjardins vient de connaître sa meilleure séquence de 2017, gagnant six de ses neuf dernières parties.

Semaine reposante et plaisante

Plusieurs joueurs du Rouge et Noir profitent de leur première semaine de relâche officielle de la saison afin de retourner dans leur patelin. Leur patron, lui, continue de se pointer à la Place TD.

Marcel Desjardins ne s’en plaint pas. Surtout que son équipe vient de connaître sa meilleure séquence de 2017, gagnant six de ses neuf dernières parties.

La plus récente victoire contre la Saskatchewan vendredi dernier à Régina a permis aux champions de la coupe Grey de s’assurer une participation aux éliminatoires. «Disons que ça rend la vie un peu plus plaisante cette semaine, a avoué le directeur général franco-ontarien, mercredi, lorsque joint à son bureau.

«En même temps, je regarde tout le temps les choses d’un oeil très critique. Même si nous avons gagné nos deux derniers matches sur la route à des endroits peu faciles pour des équipes visiteuses, il y a des choses que nous devons améliorer. Nous n’avons pas joué une partie complète.»

Il a fallu des remontées au quatrième quart afin de permettre au Rouge et Noir de vaincre les Lions puis les Riders. L’équipe tirait de l’arrière respectivement par 19 et 12 points lors de ces deux joutes.

Ce qui encourage le dg ?

«Nous avons trouvé une façon de gagner en réussissant autant des petits que des gros jeux», a rappelé Desjardins.

Trop souvent depuis le début du calendrier régulier, Ottawa trouvait plutôt des façons de bousiller des avances. Que ce soit en ratant une tentative de placement, en étant incapable de sortir le ballon de sa zone des buts sur un botté de dégagement ou une mauvaise remise de ballon.

Les joueurs reprendront l’entraînement lundi prochain en vue de leur dernière partie régulière prévue le 27 octobre. Déjà éliminés, les Tiger-Cats de Hamilton seront les visiteurs dans la capitale nationale.

Une victoire pourrait assurer le premier rang de la division Est au Rouge et Noir pour une troisième année de suite. Ce titre viendrait toutefois avec un cadeau empoisonné.

Oui, l’équipe accéderait directement à la finale de l’Est le 19 novembre. Mais elle serait presque trois semaines sans disputer une partie.

Sa deuxième semaine de relâche est prévue lors de la dernière semaine du calendrier régulier.

Ça chicote Desjardins.

«Personne n’a vécu pareille expérience par le passé dans la ligue, de jouer un seul match en 37 jours. Nous allons commencer par essayer de gagner contre Hamilton puis on verra ce qui arrivera.»

Car si les Argonauts de Toronto gagnent leurs dernières parties, ils termineront premiers.

«D’une façon ou d’une autre, nous aurons un peu de repos. Ça ne peut qu’aider. Les gens ne réalisent pas à quel point le fait d’avoir joué deux matches de plus que tout le monde jusqu’ici était taxant physiquement contre les Lions et les Roughriders.»

Ce qui a mené la discussion vers un autre sujet important. Plusieurs vétérans se trouvent sur la touche, dont les joueurs de ligne SirVincent Rogers et Nolan MacMillan. À eux s’est ajouté la semaine dernière le receveur et candidat au titre de joueur canadien de l’année dans la LCF, Brad Sinopoli. Il a raté la partie à Régina en raison d’une blessure à une épaule.

«Ça reste à être déterminé», a dit Desjardins au sujet de la gravité du bobo à Sinopoli.

Un retour au jeu de Rogers et MacMillan s’avère aussi improbable face aux Tigers-Cats. «Les chances sont que non», a ajouté le dg.

CHOIX DIFFICILES POUR DESJARDINS

Il y a deux ans, l’équipe a dû laisser partir Justin Capicciotti, Jovon Johnson et Keith Shologan. L’hiver dernier, elle a vu Ernest Jackson et Abdul Kanneh se joindre à des rivaux de la division Est.
Le Rouge et Noir sait déjà qu’il perdra à nouveau des joueurs importants après la saison 2017. Reste à savoir lesquels.

Le contrat de plusieurs partants viendra à échéance quelques semaines après le match de la coupe Grey.

À l’attaque, le quart Trevor Harris, le receveur Brad Sinopoli, le demi William Powell de même que le centre Alex Mateas et le garde Nolan MacMillan pourraient tous devenir joueurs autonomes.

En défensive, Zack Evans, Tank Reed, Jerrell Gavins et Arnaud Gascon-Nadon sont les noms les plus connus à la recherche d’un nouveau pacte.

«Ce ne sera pas différent des autres saisons. Il y a toujours des joueurs clés qui veulent une augmentation de salaire. Mais nous ne pourrons pas tous les garder ici», a reconnu Marcel Desjardins.

Harris, qui se retrouve parmi les dmeneurs de la LCF dans diverses catégories offensives, s’avère une des priorités du Rouge et Noir. «Absolument, mais il y en a plusieurs autres aussi», a précisé le dg.

L’organisation patientera à la saison morte pour renouer les discussions avec tous ces gros morceaux. «Si tu commences à jaser avec un joueur tout de suite, un autre joueur pourrait commencer à se poser des questions pourquoi tu ne lui parles pas», a ajouté Desjardins.

Par le passé, plusieurs des joueurs ayant délaissé le Rouge et Noir ont connu peu de succès avec leur nouveau club.

Jackson n’a capté que 52 passes pour 693 verges et cinq touchés chez les Alouettes. Quant à Chris Williams, il a été limité à neuf parties, amassant 415 verges et un maigre touché.

Quant à Capicciotti et Shologan, ils ont vu leurs statistiques et temps de jeu piquer du nez.