La saison du capitaine de la défensive du Rouge et Noir, Antoine Pruneau, pourrait être compromise. Pruneau s’est blessé à la jambe droite sur le premier jeu du match contre les Argonauts samedi.

Saison finie pour Pruneau?

Une autre tuile tombe sur la caboche déjà très amochée du Rouge et Noir, qui devra se débrouiller sans son joueur le plus connu des partisans.

Antoine Pruneau s’est blessé à la jambe droite contre les Argonauts de Toronto, samedi, à la Place TD. Le directeur général Marcel Desjardins a confirmé au Droit que le maraudeur québécois « va manquer plusieurs semaines ».

Est-ce que sa saison est terminée ?

« Possiblement », a avoué le dg franco-ontarien, lundi, alors que l’équipe reprenait l’entraînement en vue de son prochain match prévu vendredi soir à Vancouver. Le Rouge et Noir affrontera alors les Lions de la Colombie-Britannique, qui ont gagné une petite fois en 2019.

Pruneau s’est blessé sur le premier jeu du match. « Il a reçu un coup contre le tibia », a relaté son ami et coéquipier Jean-Philippe Bolduc.

Le capitaine de la défensive du Rouge et Noir a tenté de revenir au jeu, disputant à quelques séquences avant de céder sa place. Il avait déjà raté trois matches plus tôt cette saison en raison d’une blessure à une main.

« C’est plate de perdre les services d’un gars comme Pruneau. D’abord parce qu’il est important à notre équipe, mais aussi c’est un joueur qui est toujours aussi enthousiaste à l’idée de jouer un match », a soutenu l’entraîneur-chef Rick Campbell.

Ce dernier n’était pas surpris de voir le numéro 6 revenir dans la mêlée.

« Je vous l’ai déjà dit à multiples reprises... C’est un dur de dur. Ils joueraient même avec un seul bras si ce n’était pas des médecins ! C’est un joueur digne d’une époque lointaine. Je sais qu’il va travailler fort afin de revenir au jeu le plus rapidement possible. »

Campbell semblait même plus optimiste que son patron.

« Nous devrions le revoir plus tard cette saison », a-t-il dit.

Des blessures coûteuses

Reste que le Rouge et Noir aurait pu facilement se passer de perdre un autre morceau important.

Antoine Pruneau devient le 16e joueur dont le nom se trouve en ce moment sur la liste des blessés pour six parties. Le porteur de ballon John Crockett, le spécialiste des retours de botté DeVonte Dedmon, le secondeur Jerod Fernandez, le plaqueur Michael Klassen, l’ailier défensif Danny Mason, le bloqueur Jason Lauzon-Séguin et le demi de coin Jonathan Rose sont les autres partants qui manquent à l’appel.

Ça commence à coûter cher au Rouge et Noir.

Les équipes de la LCF n’ont pas besoin de comptabiliser sous le plafond salarial les contrats des joueurs dont le nom se trouve sur la liste des blessés pendant six parties. « Mais il faut quand même payer le joueur », a rappelé Desjardins.

Donc ça coûter cher ? « Absolument », a-t-il confirmé.

« Nous avions été chanceux l’an passé. Nous étions une des équipes qui avait le moins dépensé sur les blessures », a-t-il ajouté.

Marcel Desjardins a avoué que l’équipe a déjà dépassé le montant prévu à ce chapitre dans son budget 2019.

Est-ce que les propriétaires pourraient décider de revoir à la baisse les fonds prévus l’an prochain pour l’embauche de joueurs autonomes afin de compenser ces dépenses inattendues ?

« Ce sera une discussion que nous aurons... mais je ne pense pas que ce sera le cas », a rassuré Desjardins.

En attendant, le Rouge et Noir doit trouver des joueurs pour remplacer tous ces blessés.

« C’est rendu ridicule... Surtout qu’un grand nombre de nos blessés sont des joueurs canadiens. C’est difficile à remplacer. Mais il n’y a rien qu’on peut y faire. »

Vérification faite, ce sont neuf joueurs canadiens qui se trouvent à l’infirmerie.

L’équipe aura deux jours, mardi et mercredi, afin de décider qui prendra la relève de Pruneau à titre de maraudeur. Est-ce que ce sera le jeune Justin Howell, un ancien des Ravens de Carleton, ou le vétéran Jean-Philippe Bolduc ?

+

Le directeur général du Rouge et Noir d'Ottawa, Marcel Desjardins

«PERSONNE N'EST PLUS FRUSTRÉ QUE NOUS AUTRES»

Jean-Philippe Bolduc et ses coéquipiers sont tout sauf maîtres chez eux en 2019.

Le Rouge et Noir a maintenant subi cinq revers de suite à domicile, dont quatre par 14 points ou plus d’écart. Ce fut le cas encore samedi lorsque les pauvres Argonauts de Toronto, qui avaient alors une seule victoire à leur fiche, ont humilié Ottawa par la marque de 46-17.

« Un match qui a été à l’image de notre saison », a reconnu Bolduc, membre de l’organisation depuis quatre années.

« On a fait une erreur. Puis une autre. Ce fut un effet boule de neige. »

Le pire, c’est que le Rouge et Noir avait quand même connu des moments encourageants.

« Quand tu regardes la vidéo du match, tu te demandes comment ils (Argos) ont fait pour marquer 46 points. En défensive, on trouve que nous avons bien joué. Nous avons frappé le quart-arrière adverse 15 fois. Je suis sûr qu’il a mal partout. Mais ça reste quand même 46 points... Ça reste une autre défaite. Elle fait mal au cœur. On disait que ça prenait un gros match de notre part. Ce n’est pas ce qu’on a eu. »

Et les partisans ont fait savoir encore leur mécontentement en prenant le chemin de la sortie avant même la fin du troisième quart de jeu.

Une scène n’ayant pas échappé au directeur général Marcel Desjardins qui voit et entend tout.

« Personne n’est plus frustré que nous autres, a-t-il dit. Mais je comprends la frustration des gens. »

Ce dernier a reconnu que le rendement du Rouge et Noir à la Place TD a toujours été un problème, « sauf l’an dernier ».

L’autre problème demeure l’attaque, qui arrive au dernier rang au chapitre de la majorité des statistiques tenues par la Ligue canadienne de football (LCF).

« C’est très décevant, car nous avons de bons morceaux ici, mais nous semblons incapables de compléter le casse-tête. Nous avons discuté à l’interne afin de savoir pourquoi. Mais à ce point-ci de la saison, il y a juste tant que tu peux faire pour essayer régler un pareil problème. »