Les Alouettes de Montréal ont profité de leur passage à Ottawa pour se donner de l’élan en vue des éliminatoires.

Saison enfin terminée pour le Rouge et Noir

Le Rouge et Noir a perdu son dernier match de la saison vendredi soir, mais il s’est au moins assuré le retour de cinq joueurs importants en vue de 2020.

La partie était vieille de seulement quelques minutes lorsque l’équipe a annoncé sur l’écran géant de la Place TD que des prolongations de contrat de deux saisons avaient été accordées au receveur Brad Sinopoli, le centre Alex Mateas de même que trois membres des unités spéciales, Jean-Philippe Bolduc, Nigel Romick et Brendan Gillanders. Une nouvelle qui a suscité peu de réactions dans la foule.

Peut-être que c’était le froid. Peut-être que les gens ne regardaient pas le tableau indicateur. Ou peut-être que les amateurs étaient frustrés par le touché inscrit par les Alouettes de Montréal sur leur première possession offensive. C’était signe d’une autre longue soirée.

Le Rouge et Noir s’est incliné 42-32, encaissant une 11e défaite de suite pour conclure la pire saison régulière de son histoire. Il termine au dernier rang de la LCF avec une fiche de 3-15, moins de 12 mois après avoir participé au match de la coupe Grey.

« Ça ne s’est passé comme nous l’aurions voulu cette saison. Mais ce n’est qu’une erreur de parcours », a soutenu Sinopoli, qui a capté huit passes pour 100 verges.

« J’ai déjà hâte à la saison prochaine. C’est ici que je tiens à jouer », a ajouté le vétéran de 31 ans, qui aurait pu devenir joueur autonome en février prochain.

Le receveur aurait été un joueur sollicité, ayant franchi le cap des 1000 verges de réception quatre saisons de suite entre 2015 et 2018.

Reste à voir ce qui arrivera avec l’homme qui a accordé ces prolongations de contrat.

Le directeur général Marcel Desjardins s’avère sous contrat en vue de 2020, mais on attend une confirmation de son retour par les propriétaires.

Ce qu’on sait ? Il lui restera beaucoup de travail à faire pour remettre l’équipe sur le droit chemin s’il demeure en poste.

Le Rouge et Noir aura besoin de beaucoup d’amour en attaque, même s’il a connu une de ses meilleures sorties offensives vendredi avec trois touchés. Jonathon Jennings a porté chaque fois le ballon sur une verge en deuxième demie pour marquer ces majeurs.

Il devenait seulement le deuxième joueur du Rouge et Noir à inscrire un touché au sol en 2019... Sans blague. Dominique Davis avait marqué les six autres majeurs via la course cette saison. Aucun demi-offensif n’a marqué de la sorte depuis le mois de juin.

Parlant de Davis, il a entamé le match comme partant, mais il a été incapable de le terminer, se blessant en première demie.

Ce dernier a complété 16 de ses 18 passes pour 155 verges sans être intercepté. Le jeune Will Arndt l’a remplacé.

« Je n’ai pas été surpris de l’effort de nos joueurs, de les voir batailler jusqu’à la fin. Mais la différence a été encore une fois que nous n’avons pas complété assez de jeux », a dit l’entraîneur Rick Campbell.

« Ce fut une saison très difficile et très longue. Le match a été à l’image de notre saison. Des erreurs nous ont encore fait mal », a affirmé pour sa part Bolduc.

Ses coéquipiers et lui videront leur vestiaire dimanche tandis que Desjardins et Campbell dresseront leur bilan lundi.

>> Sommaire du match

+

Michael Klassen ne passait pas inaperçu à Ottawa avec ses longs cheveux de type « coupe Longueuil ».

KLASSEN A PRIS SA RETRAITE AVANT LE MATCH

Michael Klassen ne pensait jamais prendre sa retraite si jeune à l’âge de 28 ans. Mais le corps du plaqueur du Rouge et Noir ne lui laisse aucun choix.

Sa hanche gauche s’avère en piètre état après une autre blessure subie cet été. « Au point où un médecin ici à Ottawa m’a dit que je pourrais devoir subir une chirurgie pour la remplacer. Et ça, ce n’est jamais une bonne chose avant la trentaine », a raconté Klassen, vendredi après-midi, quelques heures avant le dernier match de la saison.

« Je tiens à obtenir une seconde opinion. Le médecin qui m’a opéré à la même hanche en 2015 croit qu’il peut la sauver. Mais on m’a déjà averti que ce ne serait pas une bonne idée de continuer à jouer, surtout si je veux jouer avec mes enfants plus tard. »

Klassen venait d’annoncer que sa carrière prenait fin après sept saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF), dont les deux dernières chez le Rouge et Noir. Il avait effectué ses premiers pas chez les pros en 2013 dans l’uniforme des Alouettes de Montréal.

Son ancienne équipe était justement les visiteurs vendredi à la Place TD. Le colosse de 6’5’’ et 275 livres a obtenu la permission de participer à la période d’échauffement, même s’il est blessé depuis la mi-août. 

« Je tenais à fouler le terrain une dernière fois, à enfiler les épaulettes une dernière fois. C’était tellement gentil de la part du coach d’acquiescer à ma demande. Ce n’est pas facile de quitter le football, même si j’y pense depuis plusieurs semaines. »

Il lui restait une année à son contrat le liant au Rouge et Noir.

Klassen a réussi 22 plaqués et deux sacs en huit parties cette saison. Il a été un rouage important dans le parcours des siens vers le match de la coupe Grey en 2018.

« Je vais m’ennuyer surtout de la camaraderie, de côtoyer mes coéquipiers et jouer des tours lors des voyages d’équipe. J’ai tissé des liens serrés ces dernières années », a raconté Klassen, qui ne passait pas inaperçu à Ottawa avec ses longs cheveux de type « coupe Longueuil ».

On pouvait aussi l’apercevoir fréquemment au volant de sa vieille Cadillac des années 1970 dans le Glebe.