La troupe de Rick Campbell a encaissé une défaite de 48-23 lors de sa dernière visite à Calgary.

Rouge et Noir: une opportunité à saisir à Calgary

Il y a ceux qui voient le verre à moitié vide. Ceux-là sont restés accrochés sur une mauvaise décision des arbitres. Ils se demandent pourquoi cette mauvaise décision n'a pas été corrigée par les juges vidéo. Ils se disent que si le bon sens avait prévalu, le Rouge et Noir d'Ottawa n'aurait pas eu à se contenter d'un verdict nul, vendredi dernier.
Rick Campbell ne fait pas partie de ce groupe.
L'entraîneur-chef était en direct à la radio, lundi matin, pour entreprendre la nouvelle semaine. «Les joueurs font des erreurs. Les entraîneurs font des erreurs. Je ne suis pas trop content quand les arbitres font des erreurs, mais je sais que c'est inévitable», a-t-il déclaré.
Campbell a ensuite rappelé qu'il faut évacuer au plus vite les émotions - les bonnes, comme les mauvaises - qui sont rattachées au match numéro de la saison.
Tous ses joueurs doivent réaliser à quel point le match numéro deux présente une opportunité unique.
Le Rouge et Noir se rendra dans l'ouest, jeudi, pour disputer un deuxième match consécutif contre les redoutables Stampeders de Calgary.
S'il fallait qu'ils parviennent à l'emporter, ils sortiraient d'un duel contre l'équipe classée numéro un au pays avec une fiche plus qu'honorable de 1-0-1.
«Tout d'un coup, on se retrouverait en très bonne posture», a-t-il spécifié.
Le défi sera quand même grand.
Dans leurs trois premières saisons, les joueurs de Campbell ont réussi à signer des victoires dans sept des huit autres stades de la Ligue canadienne.
Il ne reste que le McMahon Stadium à biffer de leur liste.
Lors de leur dernière visite à Calgary, ils ont encaissé une gifle de 48-23.
Les rocheuses
«Calgary est une ville située dans les montagnes. L'altitude rend la vie difficile à toutes les équipes visiteuses. En plus, on dirait que les Stamps présentent toujours un des alignements les plus compétitifs de toute la ligue. Je suis convaincu que nous ne sommes pas la seule équipe qui éprouve des ennuis dans cette ville», résume Trevor Harris.
Le nouveau quart-arrière numéro un a relativement bien réussi sa rentrée, vendredi. Il a complété 33 de ses 45 passes. Il a gagné 300 verges et permis à son équipe d'inscrire trois touchés par la voie des airs.
Il s'est surtout contenté de lancer des passes courtes. Son entraîneur reconnaît qu'il faudra tenter de brouiller les cartes davantage et prendre plus de risques pour confondre la défensive adverse durant le match revanche.
Harris a donné l'impression de se blesser à une main durant cette première partie.
Cette blessure ne serait cependant pas trop sérieuse.
«Il va être correct, croit Campbell. Il a été frappé assez durement pour être ébranlé, mais il n'a pas été ébranlé au point de rater une journée au bureau.»
Le quart du club adverse, le toujours intimidant Bo Levi Mitchell, a également livré une performance inspirée. Avec ses 31 passes complétées, les Stampeders ont gagné 376 verges.
La défensive d'Ottawa fut plus efficace contre l'attaque au sol. L'imposant porteur de ballon canadien Jerome Messam a récolté seulement 65 verges lors de ses courses.
«Chacun remplit son rôle. On met tous la main à la pâte pour arrêter ce gars-là», affirme l'ailier défensif Arnaud Gascon-Nadon.
«Messam, c'est un gros bonhomme. Un gars tout seul n'arrivera jamais à l'arrêter. Si on reste tous côte à côte sur la ligne de mêlée, on pourra possiblement le contenir. On va les forcer à lancer le ballon. C'est ça, notre stratégie. Ça peut devenir frustrant pour lui. On va essayer de conserver cette stratégie pour la partie suivante», ajoute-t-il.
Cette partie suivante, on le rappelle, revêt une importance particulière.
«Les bonnes équipes sont celles qui ne se battent pas elles-mêmes. Il faut forcer les autres équipes à nous battre», rappelle Campbell.
William Powell cédera-t-il sa place à Mossis Madu ?
Mossis Madu Jr. du Rouge et Noir
Cinq courses, 30 verges gagnées. Pas mal du tout pour le retour au jeu de William Powell.
Le porteur de ballon numéro un du Rouge et Noir, qui a passé toute la saison 2016 sur la touche, pourrait cependant vite retourner à l'infirmerie.
Mal en point, il n'a pas été capable de terminer le match de vendredi.
Lorsque l'équipe a repris l'entraînement, lundi matin, il était sur le terrain. Il regardait son coéquipier Mossis Madu (photo) effectuer la plupart des courses avec la première unité offensive.
« Mossis pourrait jouer à Calgary cette semaine. On verra. Nous avons la chance de miser sur deux porteurs de ballon de premier plan. J'ai l'intention de travailler avec celui qui sera le plus en santé, tout au long de la saison », explique Rick Campbell.
L'entraîneur-chef n'a pas pour autant cessé de croire en Powell.
« Il va faire une grosse différence pour nous, tout au long de la saison, quand il aura la chance de jouer », a-t-il précisé au sujet du Texan de 29 ans.
Les choses se présentent un peu moins bien pour Kenny Shaw. Le flanqueur américain, mis sous contrat à titre de joueur autonome l'hiver dernier, n'était clairement pas à l'aise lors du match de vendredi. Il n'a pas touché au ballon de la soirée. On jongle avec l'idée de le placer sur la liste des blessés. « On attend toujours les confirmations médicales, mais je serais très surpris de le voir dans la mêlée lors de notre prochaine partie », indique l'entraîneur.
L'ailier défensif canadien Connor Williams représente lui aussi un cas douteux.