Le spécialiste des dégagements Richie Leone occupe toujours le deuxième rang de la LCF avec une moyenne de 47,9 verges par botté.

Richie Leone: «Je dois trouver des moyens de m’améliorer»

Le botteur de précision du Rouge et Noir d’Ottawa, Lewis Ward, n’a pas manqué de visibilité, cet été. En fait, on a tellement parlé de lui qu’on a possiblement oublié que son collègue – le spécialiste des dégagements Richie Leone – connaît aussi une très bonne saison.

Le principal intéressé ne s’en formalise pas trop.

«Je savais que j’étais capable de faire le travail. J’ai déjà joué dans la Ligue canadienne pendant quelques années», rappelle-t-il.

Leone ne cherche pas trop l’attention, non plus, parce qu’il n’est pas entièrement satisfait de son rendement depuis quelques semaines.

«Notre équipe a connu quelques difficultés dans certaines phases du jeu où je suis très impliqué. Nous arrivons à la fin de la saison régulière. À cette période de l’année, je dois trouver des moyens de m’améliorer. Nous allons bientôt jouer nos matches les plus importants de l’année. Dans des matches importants, il est crucial de gagner la bataille pour le positionnement du ballon, sur le terrain.»

L’entraîneur-chef du Rouge et Noir, Rick Campbell, doit être conscient des récentes difficultés rencontrées lors des unités spéciales.

Quand on lui a demandé d’évaluer le travail de Leone, il a d’abord précisé qu’il «n’a pas eu le temps de trop étudier les statistiques au cours des dernières semaines».

«Je sais toutefois que nous avons passé une grande partie de la saison au sommet de toutes les statistiques importantes, au niveau des bottés de dégagement. Richie a eu son gros mot à dire dans nos succès», a-t-il toutefois précisé.

De manière individuelle, Leone occupe toujours le deuxième rang, au pays, avec une moyenne de 47,9 verges par botté.

Il a inscrit quatre simples en 14 parties, ce qui lui permet de se situer dans la moyenne.

Il a passé de longues minutes à s’exercer, en solo, après la séance d’entraînement de mercredi.

La prochaine opportunité de redresser la barre lui sera offerte, samedi, lorsque le Rouge et Noir affrontera les Eskimos d’Edmonton au Stade du Commonwealth.

«Les choses que je dois régler ne sont pas majeures. Ce sont, en large partie, des petits éléments techniques. Nous devons aussi modifier quelques éléments dans notre jeu collectif, mais je ne veux pas trop dévoiler de détails là-dessus», indique-t-il.

Leone, un Américain de la Géorgie, a fait partie de l’équipe d’étoiles de la LCF à deux reprises, en 2015 et 2016, lors de son premier séjour au Canada. Il portait alors l’uniforme des Lions de la Colombie-Britannique.

En 2017, il a tenté sa chance chez lui. Il a été retranché par les Cardinals de l’Arizona, de la NFL, sans obtenir la chance de jouer un seul match.

Il s’estime chanceux d’avoir pu rebondir à Ottawa, après une année complète sans disputer un seul match.

«Nous avons un super entraîneur des unités spéciales qui a su adapter notre système de jeu à mon style», dit-il.

+

Une police d’assurance pour Pruneau ?

Marcel Desjardins a trouvé une façon d’aider son équipe, à l’occasion de la date limite des transactions dans la LCF.

En fin de journée, mercredi, le directeur général du Rouge et Noir a fait l’acquisition d’un secondeur canadien, Chris Ackie, en cédant un choix de deuxième ronde aux Alouettes de Montréal.

Productif, Ackie a réussi 130 plaqués, deux sacs du quart et deux interceptions en quatre saisons passées dans la métropole. Son acquisition survient au moment où la grande vedette canadienne du Rouge et Noir, Antoine Pruneau, traverse une période d’incertitude.

«Je ne suis pas trop optimiste», a répondu Rick Campbell, quand on lui a demandé si le Québécois avait des chances d’affronter les Eskimos, ce week-end. Blessé à une main, Pruneau a raté le match de la semaine dernière.

«Nous allons lui donner toutes les chances de jouer, mais s’il n’est pas capable de s’entraîner jeudi, il risque de rater une autre partie», dit Campbell.