Le receveur de passe du Rouge et Noir, Dominique Rhymes a franchi le plateau des 1000 verges par réception pour la première fois de sa carrière face aux Argonauts, vendredi dernier.

Rhymes, l’anomalie du Rouge et Noir

Le Rouge et Noir d’Ottawa connaît une saison difficile, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le club de Marcel Desjardins a officiellement été exclu du portrait des séries éliminatoires vendredi dernier, à la suite d’une défaite de 28-21 contre les Argonauts de Toronto, soit dit en passant, la pire équipe de la LCF cette saison.

Ça en dit long sur les résultats du Rouge et Noir cette année. Un joueur a cependant su tirer son épingle du jeu.

Dans la défaite de vendredi dernier, le receveur Dominique Rhymes a capté cinq des six ballons dirigés vers lui pour un total de 70 verges. Il a ainsi atteint le plateau des 1000 verges par réception pour la première fois de sa carrière.

Rhymes est du même coup devenu le premier receveur du Rouge et Noir à atteindre ce plateau cette saison. Son plus proche poursuivant ? RJ Harris avec 641 verges. On a droit à tout un contraste si on compare à l’année dernière alors que trois receveurs (Brad Sinopoli, Greg Ellingson et Diontae Spencer) avaient atteint la barre des 1000 verges par réception.

Cet exploit a toutefois un goût amer, concède le receveur.

« En ce moment, ça ne veut pas dire grand-chose pour moi parce que l’équipe ne fera pas les séries, a lancé Rhymes au terme de la pratique du Rouge et Noir à la Place TD mardi midi. C’est peut-être quelque chose de gros quand tu gagnes, mais quand tu perds, ça ne veut rien dire d’important. »

« On savait que Dominique avait le potentiel pour connaître une bonne campagne et c’est ce qu’il nous prouve en ce moment, a ajouté l’entraîneur-chef Rick Campbell en mêlée de presse. Il est une cible imposante et il peut devenir un problème pour certaines défensives en raison justement de son gros gabarit et de ses mains. »

Trois quarts-arrière se sont échangé les départs cette saison pour le Rouge et Noir alors que rien ne fonctionne à l’offensive pour le club d’Ottawa. Dominique Davis a goûté à la victoire deux fois tandis que son coéquipier Jonathon Jennings, lui, n’a pas eu cette chance. Will Arndt, le troisième quart-arrière de l’équipe, n’a pas fait pire que les deux autres vendredi dernier, mais il a quand même lancé deux interceptions et n’a pas été en mesure d’en faire suffisamment pour procurer une victoire à Ottawa.

Entre temps, Rhymes est en quelque sorte l’anomalie du Rouge et Noir. Il connaît la meilleure saison de sa carrière et se classe au huitième rang des receveurs de la LCF. Comment a-t-il trouvé le moyen de connaître du succès avec autant de quarts-arrière différents ?

« Tout au long de l’année, j’ai essayé de jouer au meilleur de mes capacités et de donner tout mon cœur à chaque match pour donner une chance à mon équipe de l’emporter, a-t-il expliqué. Je pense que les trois gars sont de bons quarts-arrière et mon but était vraiment d’être prêt à faire des jeux à chaque match, peu importe qui obtenait le départ. »

Et s’il y a une personne qui a permis à Dominique Rhymes d’avoir le succès qu’il connaît aujourd’hui dans la LCF, c’est sa mère, Tangela.

« C’est probablement la personne qui a eu le plus d’influence sur ma vie, a-t-il avoué. Elle m’a appris à me battre dans l’adversité et à donner le meilleur de moi-même à chaque occasion. Elle me disait toujours de ne pas abandonner ce que je commençais et c’est clair que ça m’a aidé à devenir le joueur de football que je suis aujourd’hui. »

Avec 1020 verges d’accumulées par réception, Rhymes aura trois autres occasions de faire gonfler ce chiffre alors que le Rouge et Noir croisera le fer avec les Tiger-Cats de Hamilton samedi, avec les Argos la semaine suivante et avec les Alouettes de Montréal pour conclure la saison.

+

Un match, deux bottés courts

Les deux botteurs du Rouge et Noir d’Ottawa se sont fait remarquer dans la défaite de vendredi dernier subite au BMO Field, à Toronto.

Richie Leone et Lewis Ward ont tous les deux réussi à surprendre les unités spéciales des Argonauts en deuxième demie avec un jeu qui fonctionne très, mais très rarement.

Au retour de la mi-temps, les Argonauts recevaient le ballon pour commencer une séquence à l’attaque. Cependant, surprise ! Leone a effectué un botté court, avec succès, qui a été recouvert par son coéquipier Brandin Dandridge, qui jouait son premier match en carrière dans la LCF.

« Le but était de surprendre l’adversaire et ç’a fonctionné, a affirmé Leone lors d’un entretien avec Le Droit mardi. On a pratiqué ce jeu-là depuis un bon bout de temps et ça nous a permis d’inscrire un touché sur la séquence. »

Lewis Ward a répété l’exploit en fin de rencontre, mais le Rouge et Noir a manqué de temps pour créer l’égalité.

Par ailleurs, le troisième quart-arrière du Rouge et Noir, Will Arndt, aura une autre occasion de montrer à son entraîneur de quel bois il se chauffe. Rick Campbell a confirmé mardi matin que Arndt obtiendra le départ face aux puissants Tiger-Cats, samedi, à Hamilton.

« Il a fait de bonnes choses sur le terrain et les gars ont confiance en lui et en ses moyens », a-t-il indiqué.

Quant au porteur de ballon John Crockett, il serait peu probable de le voir sur le terrain en fin de semaine, et ce, même s’il participait à la pratique de mardi matin.

« J’en doute », a affirmé l’entraîneur-chef.