Kyries Hebert (34) et Jean-Christophe Beaulieu (46) affronteront leurs anciens coéquipiers des Alouettes, jeudi, lors d’un match hors-concours à la Place TD.

Retrouvailles à la Place TD

Il a raté quelques séances d’entraînement la semaine dernière, mais Kyries Hebert se dit en santé et surtout prêt à disputer un premier match dans l’uniforme du Rouge et Noir. Ça tombe bien. Il affrontera son ancienne équipe, jeudi, à la Place TD.

«Je n’allais pas rater ça», a avoué le vétéran secondeur à la veille de cette partie hors-concours contre les Alouettes de Montréal. Il a porté les couleurs de la formation québécoise pendant six saisons avant d’être libéré en février.

Tout ça seulement trois mois après avoir été élu joueur défensif par excellence de la division Est.

Un divorce qui semble avoir laissé des traces. Hebert, 37 ans, était un des joueurs les plus populaires auprès des partisans. Il s’avérait aussi très impliqué dans la communauté, participant à diverses activités caritatives en plus de coanimer hebdomadairement une émission radiophonique de fin de soirée sur la sexualité.

L’athlète originaire de La Louisiane a aussi rencontré à Montréal celle qui allait devenir sa femme. Le couple s’est notamment marié sur le terrain du stade Percival-Molson en mai 2017. Il demeure maintenant à Gatineau, de l’autre côté de la rivière des Outaouais.

«La ville de Montréal représentera toujours un chapitre important de ma vie. Bob Wetenhall (propriétaire des Alouettes) a toujours été exceptionnel avec ma conjointe et moi. Nous avons encore une bonne relation, a-t-il dit sans toutefois mentionner le nom du directeur général Kavis Reed.

«Mais mon emploi est de botter le cul de l’adversaire et prendre en notes des noms... C’est pourquoi on me paie ici. S’il y a des joueurs qui se dressent devant moi, ils vont sentir rapidement ma présence !»

La veille sur le site web du Rouge et Noir, Hebert avait dit qu’il était prêt à faire mal aux Alouettes.

«J’aurais dit la même chose si notre prochain adversaire était la Saskatchewan ou la Colombie-Britannique», a-t-il précisé mercredi.

Ce dernier a pris le soin d’insister sur un autre point. Oui, il a hâte de disputer cette partie hors-concours contre ses anciens coéquipiers.

«Mais le match qui pourrait avoir une saveur particulière, il aura lieu le 6 juillet», a-t-il mentionné, faisant référence à la première visite du Rouge et Noir à Montréal en 2018.

Kyries Hebert n’est pas le seul joueur qui aura droit à des retrouvailles. Le centre-arrière Jean-Christophe Beaulieu a passé les quatre dernières saisons chez les Alouettes avant d’être échangé à Ottawa durant l’hiver en retour de Patrick Lavoie. Il avait durement encaissé le coup.

Et aujourd’hui?

«C’est fantastique ici», a-t-il affirmé à deux reprises, sourire aux lèvres.

Le Rouge et Noir l’utilise à toutes les sauces depuis le début du camp d’entraînement. Que ce soit au sein des unités spéciales ou la première unité à l’attaque où il n’a rien d’un rôle de figurant.

«Je me suis bien acclimaté à mon nouvel environnement. Oui, c’est un nouveau cahier de jeux, mais ça reste du football. Il suffit de mettre le temps pour étudier.»

Duo québécois
Le coordonnateur à l’attaque Jaime Elizondo l’aime bien. En fait, il aime bien aussi l’autre centre-arrière, Anthony Gosselin, un choix de deuxième ronde en 2017.

Tellement que le Rouge et Noir peaufine quelques jeux où il alignera deux centres-arrière. Du jamais vu lors des quatre années précédentes.

«C’est le fun, surtout qu’Anthony et moi, nous nous complétons bien. Lui, il est axé sur le bloc. Moi, je peux porter le ballon ou l’attraper. Ça donne l’option à l’équipe de rouler autant un jeu au sol qu’une passe», a souligné Beaulieu.

L’ancien des Alouettes disait avoir hâte de renouer avec ses amis qui sont maintenant dans le clan ennemi. «On va sûrement se donner des câlins avant ou après le match», a-t-il dit.


LE ROUGE ET NOIR EN BREF

Soixante-seize joueurs contre les Alouettes

Rick Campbell ne blaguait pas. L’entraîneur-chef répète depuis quelques jours que « tous les joueurs en santé » au camp d’entraînement du Rouge et Noir seront en uniforme en vue du premier match hors-concours. Mercredi, l’équipe a dévoilé son alignement. Ce sont 76 joueurs qui affronteront les Alouettes de Montréal. Ce sont 30 noms de plus que lors d’un match en saison régulière. Qui manquera à l’appel ? Le receveur Brad Sinopoli, qui s’est blessé lors du match simulé il y a quatre jours, fait partie du lot. Même chose pour la recrue québécoise Keith Sanscartier qui s’est retrouvée à l’infirmerie dès la première journée du camp. Le garde Nolan MacMillan ratera la partie, lui qui n’a toujours pas participé à une séance d’entraînement. Campbell a aussi dévoilé comment il compte utiliser ses vétérans contre les Alouettes. « Ils joueront au moins un quart complet. On verra par la suite », a-t-il dit. Peut-être que le quart-arrière Trevor Harris verra plus de temps de jeu. « Je veux m’assurer qu’il obtienne assez de travail », a ajouté Campbell. Son équipe entamera la saison seulement le 21 juin, ayant droit à un congé dès la première semaine du calendrier régulier de la Ligue canadienne de football (LCF).

Son sort au bout du... pied droit

La dernière chose qui pourra être reprochée à Richie Leone, c’est d’être superstitieux. Un des trois candidats au poste de botteur chez le Rouge et Noir, l’Américain de 26 ans  porte le numéro 13. « Moi, je n’accorde aucune importante à ça. Mais ma mère par contre... », a-t-il laissé tomber, sourire en coin. « Je l’ai entendue parler de ça pendant un bout », a-t-il ajouté.

Le botteur, Richie Leone

Leone effectue un retour dans la LCF après avoir tenté sa chance dans la NFL. Il a disputé deux saisons chez les Lions de la Colombie-Britannique, conservant une moyenne de 49,4 verges sur des bottés de dégagement. Ça se gâtait par contre pour les placements. Leone avait raté 16 de ses 51 tentatives en 2016. « C’était un peu nouveau pour moi à l’époque. Je n’avais pas l’habitude d’effectuer des placements en arrivant au Canada. Mais depuis ce temps, j’ai beaucoup travaillé à ce chapitre », a-t-il assuré. Ce dernier sait que la bataille pour le poste de botteur sera gagnée ou perdue lors des deux matches hors-concours. Son principal rival et ancien joueur des Gee Gees de l’Université d’Ottawa, Lewis Ward, verra aussi de l’action tandis que Sergio Castillo, encore blessé, ratera le match. Il a raté quatre matches en 2017 après s’être démoli un genou.