Kyries Hebert a terminé de purger sa suspension mais l’entraîneur-chef du Rouge et Noir, Rick Campbell, a déclaré qu’il ne sait pas s’il a un poste à lui confier.

Quel rôle pour Kyries Hebert ?

Kyries Hebert est disponible. Il a fini de purger sa deuxième suspension de la saison.

Il s’agit, sur papier, d’une très bonne nouvelle. Les entraîneurs du Rouge et Noir d’Ottawa devraient se réjouir de récupérer un bon vétéran. Surtout que le vétéran en question a été finaliste au titre de joueur défensif par excellence de toute la Ligue canadienne de football, pas plus tard que l’an dernier.

Si c’est le cas, les dirigeants masquent assez bien leurs émotions.

Hebert s’est entraîné avec les réservistes, mercredi.

Il pourrait bien suivre le match de samedi depuis les lignes de côté.

Il pourrait bien suivre ce match en tenue de ville.

L’entraîneur-chef Rick Campbell n’est même pas convaincu qu’il y a une place, pour lui, dans la formation débutante.

« Je n’ai même pas encore eu l’occasion de lui parler, cette semaine. Je ne sais même pas si j’ai un poste à lui confier », a déclaré le coach, provoquant une légère surprise chez les journalistes.

« Nous n’avons pas encore pris notre décision, a-t-il précisé. Nous avons vu, plus tôt cette saison, que nous pouvons connaître du succès avec Kyries. Nous avons aussi découvert que nous pouvons connaître du succès en misant sur d’autres joueurs... »

Hebert n’a pas eu l’occasion de réagir à cette histoire.

Le secondeur, fier, ne s’attendait sans doute pas à jouer les seconds violons lorsqu’il a choisi de rentrer à Ottawa durant la saison morte.

Originaire de Lafayette, en Louisiane, il a été initié aux subtilités du football canadien lorsqu’il a passé deux saisons chez les défunts Renegades, en 2004 et 2005.

Il est ensuite passé par Winnipeg et Hamilton. Alors que sa carrière tire à sa fin, on se souvient surtout de lui pour son travail accompli lors de ses six campagnes dans le nid des Alouettes, à Montréal.

Hebert ne risque pas de se faire montrer la porte cet automne. Les vétérans qui comptent six années d’ancienneté ou plus sont protégés par la convention collective de la LCF à cette période de l’année. Même s’il était libéré, Hebert devrait être payé d’ici la fin de la saison.

On présume qu’il préférerait être sur le terrain au cours des prochaines semaines. De gros matches s’en viennent pour le Rouge et Noir. Samedi, par exemple, l’équipe accueillera les Eskimos d’Edmonton à la Place TD. Ces derniers sont menés par Mike Reilly, le quart-arrière le plus respecté au pays.

« Oui, son attaque est explosive, reconnaît Campbell. Deux trucs sautent aux yeux, avec Mike. D’abord, il est dangereux quand il a le temps de lire le jeu dans sa pochette protectrice. Il est tout aussi dangereux quand il utilise ses jambes. Il peut courir avec le ballon. Il faudra s’assurer de limiter sa mobilité. »

L’ascension de Williams
Hebert aura peut-être du mal à récupérer son poste parce que son remplaçant a fait du bon boulot en son absence.

Avery Williams, une recrue de 24 ans, connaît un début de carrière très intéressant. Il a possiblement connu son meilleur match, la fin de semaine dernière, quand il a complété six plaqués face aux Roughriders de la Saskatchewan.

« Toute l’équipe avait du jus à donner dans ce match, s’exclame le jeune homme qui est originaire du Maryland. Plus le temps passe, plus je me sens à l’aise. On forme un gros trio, sur la ligne secondaire. Kevin Brown, Ky et moi... On se comprend et on se complète. »

+

Leone mis K.-O. par un virus

Un virus court dans le vestiaire du Rouge et Noir.

Jusqu’à présent, une seule victime a été dûment identifiée. Il s’agit du botteur américain Richie Leone, celui-là même qui domine la LCF au chapitre des dégagements cette saison.

Il brillait par son absence, mercredi, à l’entraînement.

«Il s’est pointé au stade et il n’avait pas très bonne mine. Nous lui avons ordonné de rentrer à la maison et de garder ses distances», a expliqué Rick Campbell. Vérification faite, Leone n’était pas le seul joueur à ressentir les effets du virus. «Je n’étais pas au sommet de ma forme en me levant, ce matin. Ce n’est rien d’inhabituel ou de sérieux. Tout le monde sera prêt pour la partie», d’affirmer le maraudeur québécois Antoine Pruneau.

Si jamais Leone avait besoin de quelques jours pour se remettre sur pied, on confierait les bottés d’envoi et de dégagement à Lewis Ward. «Mais nous sommes convaincus que Richie sera à son poste contre les Eskimos», tranche Campbell.

Les flanqueurs Greg Ellingson et Brad Sinopoli n’ont pas trop poussé la machine, mercredi, à l’entraînement. Ils devraient eux aussi affronter Edmonton.