Antoine Pruneau a réalisé un jeu important au quatrième quart pour aider le Rouge et Noir à compléter la remontée face aux Lions à la Place TD vendredi.

Pruneau s’est bien racheté

Antoine Pruneau s’en voulait. Un peu. Antoine Pruneau ne s’en veut plus. Il a très vite fait la paix avec lui-même.

Le maraudeur québécois a réalisé un jeu important, vendredi soir, dans la victoire du Rouge et Noir d’Ottawa contre les Lions de la Colombie-Britannique, à la Place TD.

La spectaculaire performance de l’attaque dans la dernière minute de la partie a retenu presque toute l’attention. On a presque oublié de parler de ce qui s’était passé, quelques minutes plus tôt.

Au début du quatrième quart, les visiteurs qui menaient déjà par trois points s’approchaient encore dangereusement de la zone des buts. Avec un solide plaqué, Pruneau a provoqué un échappé qui a été recouvert par l’étonnant secondeur Kevin Brown.

« Oui, je pense que ce fut un gros jeu, dans le match. J’avais besoin de ça », a-t-il déclaré, lorsque croisé sur le terrain, une bonne trentaine de minutes après le coup de sifflet final.

Pruneau commençait déjà à dresser le bilan de sa soirée. Il avait beaucoup de mal à effacer de sa mémoire les deux séquences durant lesquelles il avait été battu de vitesse par des flanqueurs adverses. Deux fois, il a vu ces joueurs célébrer avec le ballon, dans la zone des buts.

« Je me suis fait battre sur deux jeux qui ont mené à des touchés, plus tôt, dans la partie. Ce n’est pas quelque chose que je voulais », a-t-il commenté.

Il sait fort bien qu’il était confronté à de très bons joueurs. Il s’est notamment fait battre par Emmanuel Arceneaux.

La vedette ultra talentueuse aux racines louisianaises a passé la soirée au grand complet à s’amuser aux dépens de la tertiaire d’Ottawa.

« C’est un gros joueur, convient-il. J’étais dans une situation un peu difficile, avant ce jeu. Je me trouvais un peu isolé. Je savais que mes chances de compléter le jeu étaient d’environ 50 %. Je devais quand même trouver une façon de m’en sortir avec le ballon. »

« Je suis content d’avoir gardé la tête froide. J’ai réussi à rester concentré, dans le match. »

« Trevor Harris l’a dit, tout de suite après la partie. Nous avons réussi à conserver une attitude positive sur les lignes de côté, aujourd’hui. C’est quelque chose qui a beaucoup aidé notre équipe. »

« Je ne vais quand même pas consacrer trop de temps à ruminer sur les mauvais jeux. Ça fait moins mal après une victoire. »

Hamilton, Toronto
Pruneau a pu célébrer cette victoire sur le terrain, avec un impressionnant groupe de supporters qui étaient venus de Montréal pour l’encourager.

Comme tous ses coéquipiers, il a pu profiter de la fin de semaine pour se reposer.

Le Rouge et Noir reprendra l’entraînement lundi, pour attaquer un important segment de son calendrier.

Le club disputera ses deux prochaines parties sur la route, contre ses deux principaux rivaux dans la course au championnat de la section Est. Des victoires à Hamilton ainsi qu’à Toronto lui permettraient d’occuper une position confortable, au premier rang, à la mi-saison.

Le Rouge et Noir attaque ce défi dans un bon état d’esprit.

« Nous avons fait preuve de caractère, ce soir. Ce n’est pas notre premier test. Cette fois, nous avons réussi à nous en tirer avec la victoire. Dans les moments-clés, notre attaque a complété les gros jeux. Vraiment, tout ceci est positif », croit Pruneau.