Antoine Pruneau était de retour sur le terrain lors de la séance d’entraînement du Rouge et Noir, mercredi.

Pruneau de retour sur le terrain avec le Rouge et Noir

Antoine Pruneau va au-devant des coups. « J’étais pas mal excité pour une simple pratique d’une heure », avoue-t-il d’emblée.

« Je devais être le gars le plus content de prendre part à la pratique d’aujourd’hui. »

Le Rouge et Noir d’Ottawa venait effectivement de compléter sa première séance d’entraînement officielle de la semaine. Il s’agissait, par le fait même, du premier entraînement en prévision de la Finale de l’Est de la Ligue canadienne de football (LCF).

Pour Pruneau, il s’agissait surtout d’un retour à l’action après une longue absence. Il a raté les cinq derniers matches de la saison régulière en raison d’une blessure dont la nature n’a jamais été dévoilée. Il s’agirait d’une fracture au pouce droit.

Pruneau était content. Ses meilleurs amis aussi.

« Je vis avec lui et je commençais à être tanné de le voir traîner chez nous », rigole le capitaine des unités spéciales, Jean-Philippe Bolduc.

« Antoine est un excellent leader. Il a beaucoup, beaucoup d’expérience. C’est un joueur très rapide qui peut changer un match tout seul. C’est le fun de le revoir, et pas juste pour la défensive. Il est aussi un gros morceau des unités spéciales », précise-t-il.

Rien n’assure, pour l’instant, la présence de Pruneau dans le plus gros événement sportif de l’année à Ottawa, le 18 novembre prochain.

L’entraîneur-chef Rick Campbell prône la prudence et la patience. Rien ne sert de précipiter les choses, quand on dispose d’une dizaine de jours pour la préparation.

Pruneau n’était pas le seul revenant, mercredi. Le joueur de ligne à l’attaque Nolan MacMillan prépare lui aussi son retour. « C’est une semaine parfaite pour apprendre certaines choses à propos de notre équipe. Si ces deux gars peuvent tenir le coup à l’entraînement, jusqu’à la fin de la semaine, nous pourrions les utiliser dans notre prochain match. »

Quand on le confronte à ces déclarations du patron, Pruneau sourit.

« Il n’y a pas de garanties, admet-il. Selon moi, les chances sont minces que je ne participe pas à cette partie. Ça s’est vraiment bien passé aujourd’hui. Ça ne me fait pas mal, rien. J’ai bon espoir d’être là pour la Finale. »

Impatience

Ça, c’est Pruneau. On dit qu’il a éprouvé beaucoup de mal à tenir en place dans les dernières semaines. Il n’a pas de mal à le reconnaître, non plus.

« C’est tough de regarder ça depuis les lignes de côté. Ça ne m’était jamais arrivé dans ma carrière. On apprend toujours. C’était une leçon que je devais apprendre. Je ne peux pas dire que j’ai vraiment apprécié l’expérience. J’ai fait ce que j’ai pu pour rester prêt. »

Conscients qu’il représente un gros morceau de l’organisation, depuis la saison inaugurale de 2014, les dirigeants du Rouge et Noir lui ont permis d’accompagner l’équipe dans son dernier déplacement de la saison, à Hamilton.

Pruneau est fort reconnaissant.

« Ça m’aurait fait quelque chose de rater ce gros match, dit-il. Les dirigeants m’ont permis de rester près du club. Je pense que ça m’a beaucoup servi. Quand je reviendrai sur le terrain, je ne serai pas un étranger pour ces gars-là. »

Avec un peu de sagesse, Pruneau se dit quand même content d’avoir vu d’autres joueurs remplir son rôle. « Si nous rencontrons plus d’adversité, dans les prochaines semaines, nous pourrons nous appuyer sur des gars qui ont vu du terrain. »

+

GOTT VEUT TOURNER LA PAGE

Le coup d’éclat de Jon Gott continue de faire jaser. Parce qu’il a célébré un touché en calant une bière sur le terrain, vendredi dernier, le joueur de ligne à l’attaque a fait parler de lui un peu partout en Amérique du Nord. Dans une entrevue accordée à la branche sportive du site de potins TMZ, il a même reconnu que sa tête tournait, un peu, par la suite. La tête de Gott a continué de tourner, au sens figuré, depuis. 

Jon Gott

«Je ne m’attendais honnêtement pas à ce que cette petite histoire prenne de telles proportions, commente-t-il. Je pensais que ça donnerait un moment drôle pour les partisans dans le stade.» Soulagé de ne pas avoir été mis à l’amende, Gott comprend que la LCF a depuis adopté une règle visant à dissuader d’autres joueurs de l’imiter. «C’est le genre de truc qui ne peut pas se produire chaque match», dit-il. Par ailleurs, 12 joueurs du Rouge et Noir ont été choisis au sein de l’équipe d’étoiles de la section Est de la LCF. Il s’agit de William Powell, Brad Sinopoli, Greg Ellingson, SirVincent Rogers et Alex Mateas à l’attaque, A.C. Leonard, Jonathan Rose et Derico Murray en défensive, Lewis Ward, Richie Leonard et Diontae Spencer pour les unités spéciales.