Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le maraudeur du Rouge et Noir d'Ottawa, Antoine Pruneau
Le maraudeur du Rouge et Noir d'Ottawa, Antoine Pruneau

Pruneau accepte une restructuration de contrat

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Antoine Pruneau voyait ce qui se passait depuis quelques semaines à Ottawa et ailleurs dans la Ligue canadienne de football (LCF). Il savait trop bien que son tour s’en venait.

Des vétérans avaient accepté de restructurer leur contrat à la baisse en vue de la prochaine saison en raison de la pandémie. Ce fut le cas avec les quarts Vernon Adams, Trevor Harris, Mike Reilly et Cody Fajardo.

Chez le Rouge et Noir, Brendan Gillanders, Jean-Philippe Bolduc et Nigel Romick avaient emboîté le pas.

«Je m’attendais à recevoir un appel», a avoué Pruneau, vendredi, au Droit.

Quelques heures plus tôt, le maraudeur étoile et le directeur général Marcel Desjardins avaient déchiré le contrat qui les unissait pour le remplacer par une nouvelle entente d’une saison avec un salaire moins élevé en 2021. Les négociations n’ont pas traîné en longueur, paraît-il.

«J’ai eu une conversation bien intelligente avec Marcel. Mon but est de continuer à jouer au football ici. Nous avons essayé de trouver un terrain d’entente qui me permettrait de faire ça dans des conditions qui ont de l’allure pour moi et l’équipe. Si j’avais poussé la note, est-ce qu’on m’aurait libéré? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que j’étais à l’aise avec l’entente que nous avions à la fin de la discussion.»

Le joueur âgé de 31 ans s’avère un des hauts salariés de l’équipe en compagnie des Nick Arbuckle, Brad Sinopoli, Cleyon Laing et quelques membres de la ligne offensive. Le Rouge et Noir cherche à économiser de gros dollars, tout comme les huit autres équipes dont la santé financière a été fragilisée par la COVID-19.

La LCF a dû annuler le calendrier 2020. Puis l’incertitude plane sur la prochaine saison. Est-ce les premiers matches seront disputés devant des gradins vides en juin ou juillet?


« Mon but est de continuer à jouer au football ici. »
Antoine Pruneau

Toutes les formations cherchent à conserver leurs dépenses au minimum. Ce qui signifie dépenser seulement à la hauteur du plancher salarial fixé à 4,75 millions $ par la convention collective. On est bien loin du plafond qui se trouve à 5,35 millions. Ce qui explique les nombreux contrats restructurés depuis quelques semaines.

Desjardins était heureux d’avoir pu régler le dossier Pruneau, un des joueurs qui possèdent le plus d’ancienneté chez le Rouge et Noir avec Romick et le garde Nolan MacMillan.

«Antoine, c’est un gars qui est avec nous depuis nos débuts. Et même avec l’arrivée d’un nouveau groupe d’entraîneurs, sa valeur demeurait la même à nos yeux, autant sur le terrain qu’à l’extérieur», affirme le DG franco-ontarien.

Restait toutefois à convaincre le numéro 6 d’accepter moins d’argent. Pas une mince tâche en sachant que Pruneau s’avère un des deux représentants du Rouge et Noir au sein de l’association des joueurs en compagnie de Bolduc.

«Antoine a compris la situation. Ces circonstances dans lesquelles on se trouve, ce n’est pas nous qui les avons créés. Il a accepté une réduction pour rester ici, mais aussi nous permettre de faire certaines choses avec d’autres joueurs.»

Le directeur général du Rouge et Noir d'Ottawa, Marcel Desjardins

Ce que confirme le principal intéressé.

«Je n’ai pas fait ça dans le but d’envoyer un message aux autres gars, que tout le monde doit se serrer la ceinture. Ce n’est pas ça. J’ai traité ma situation de la même façon que je le suggère aux gars qui m’appellent pour des conseils. Je leur dis de signer une offre de contrat avec laquelle vous êtes à l’aise. Moi, ça me permet de continuer à jouer chez le Rouge et Noir et bâtir ma relation avec l’organisation et Marcel.»

Homme de fer à ses quatre premières années à Ottawa, Antoine Pruneau a raté 14 matches lors des deux dernières campagnes. Il a toutefois profité de la dernière année pour se remettre de tous ses divers bobos.

Sa meilleure saison remonte à 2017 lorsqu’il a réussi 65 plaqués, un sac, quatre interceptions en plus de marquer son premier touché en carrière.

Le Rouge et Noir a aussi confirmé l’embauche d’une poignée de recrues américaines, dont le receveur Joe Walker de même que le bloqueur Josh Dunlop, qui fait 6’7’’ et 315 livres.

«Il (Dunlop) a participé au camp d’entraînement des Charges de San Diego en 2020», a noté Marcel Desjardins.