Johnny Manziel est surestimé, selon plusieurs joueurs du Rouge et Noir, dont Antoine Pruneau qui compte bien le prouver ce soir à la Place TD.

Pas de respect pour «Johnny Football»

La grande visite de Johnny Manziel suscite un certain intérêt dans la capitale nationale, mais il n’effraie apparemment pas le Rouge et Noir d’Ottawa.

Le responsable du compte Twitter de l’équipe a demandé aux partisans de l’équipe «combien de ces gars-là vont réussir des interceptions contre Johnny Football» en rendant public l’alignement complet pour le match de samedi soir à la Place TD contre les Alouettes de Montréal.

Manziel, faut-il le rappeler, a lancé quatre interceptions la semaine dernière à ses débuts en saison régulière dans la LCF, après son acquisition il y a deux semaines des Tiger-Cats de Hamilton, dans un revers de 50-11 contre ces derniers au Stade Percival-Molson.

«Je ne lis pas ces choses-là, nos responsables du contenu digital font leur affaire, c’est leur travail. Cela n’a rien à voir avec notre équipe, nos entraîneurs, nos joueurs. C’est complètement séparé. Je sais que c’est amusant, mais on n’a rien à voir avec ça», a commenté l’entraîneur-chef Rick Campbell après la pratique des siens, et avant que le gazouillis en question soit retiré de la circulation.

Le secondeur Antoine Pruneau, qui a déjà exprimé le souhait que moins d’attention soit portée à l’arrivée dans la LCF de l’ancien premier choix des Browns de Cleveland, estimait de son côté que c’était de bonne guerre dans les circonstances, sauf qu’il ne serait pas allé aussi loin. «Ce n’est pas le genre de commentaire que vous verriez sur mon compte Twitter. Je vais discuter du match après celui-ci. Si on l’a intercepté cinq fois, ça se peut que tu m’entendes parler et être bien content qu’on l’ait fait. Avant le match, j’aime mieux garder mes réserves. Ce commentaire-là a été fait en fonction de ce qu’on a vu la semaine dernière, et en une semaine de football, il peut se passer bien des affaires. Les insuccès qu’ils ont connus, ça leur permet de corriger beaucoup de choses. Ils vont être prêts à nous affronter», a noté Pruneau, dont le club cherchera à rebondir d’un revers de 42-41 à Toronto.

Figure polarisante aux États-Unis depuis qu’il a gagné un trophée Heisman à sa première saison à l’université Texas A&M, où il avait popularisé un signe d’argent avec ses doigts quand il réussissait un gros jeu, Manziel s’est amené dans la LCF après trois ans d’inactivité, lui qui n’a joué que deux saisons à Cleveland avant d’être suspendu quatre matches pour avoir violé la politique antidopage de la NFL. Il a aussi été trouvé coupable d’avoir agressé une ancienne copine.

À son arrivée à la Place TD avec l’entraîneur-chef des Alouettes Mike Sherman ainsi que quelques autres joueurs, Manziel est apparu cependant bien humble et il n’a dit que les bonnes choses, quoique le sujet du manque de respect du Rouge et Noir à son endroit n’est pas venu sur le tapis.

«C’est bénéfique pour nous chaque fois qu’on va sur le terrain. J’ai eu cinq ou six pratiques avant le match de la semaine dernière et vous avez pu voir qu’on en avait besoin de plus que ça... Il y a beaucoup à apprendre, la courbe d’apprentissage n’est pas plus grande que lorsqu’on passe du collège à la NFL, mais j’ai grandi en jouant le style de la NFL. Tu arrives ici et c’est très différent, surtout au niveau des systèmes défensifs. Il y a des choses à apprendre, mais ça prend du temps et des répétitions. J’ai eu une mauvaise journée (contre Hamilton), mais on a un autre match et je me suis préparé pour ça, après avoir eu le sentiment de laisser tomber mon équipe. J’ai appris qu’il ne faut pas laisser les fenêtres se refermer avant de faire une passe, a indiqué Manziel.

Ancien récipiendaire du trophée Heisman (en 2012 à sa première année universitaire), le quart de 25 ans espère relancer sa carrière dans la LCF comme bien d’autres quarts américains avant lui, et il s’inspire du parcours d’un Doug Flutie, qui l’a contacté avant qu’il s’amène au Canada. «Je le connais depuis que j’ai gagné le Heisman et nous avons établi une bonne relation depuis quatre ou cinq ans. Il m’a contacté et il m’encourage, c’est toujours grandement apprécié», a-t-il dit au sujet de l’ancien des Argonauts, des Lions et des Stampeders, qui est ensuite retourné dans la NFL avec les Bills de Buffalo.

SINOPOLI À SON POSTE

Alors que son entraîneur-chef Rick Campbell le considérait comme un cas douteux en raison d’une blessure à une chevlle qui lui a valu de rater deux pratiques cette semaine, le demi inséré Brad Sinopoli sera finalement de l’alignement partant samedi soir contre les Alouettes. 

«Je voulais pratiquer, mais les thérapeutes et les entraîneurs trouvaient que ce n’était pas une bonne idée et vous devez faire ce qu’ils disent. C’est probablement pour le mieux de les écouter quand ils disent que tu as besoin de te reposer. C’est ce que j’ai fait et maintenant, je suis prêt à jouer. Tous les joueurs de football sont prêts à jouer avec un peu de douleur, c’est mon cas auss», a dit Sinopoli après le léger entraînement des siens vendredi. 

Campbell est évidemment heureux de pouvoir compter sur son meilleur receveur de passes, qui domine toute la LCF avec ses 52 attrapés cette saison.