Ottawa aimerait accueillir des matches de la division Est lors de la prochaine saison de football.
Ottawa aimerait accueillir des matches de la division Est lors de la prochaine saison de football.

Ottawa s’est offerte comme «ville-bulle» à la LCF

Est-ce qu’Ottawa pourrait agir en tant que ville-hôtesse pour les équipes de la division Est en vue d’une saison écourtée de la Ligue canadienne de football?

Ce serait surprenant, mais ça n’a pas empêché le Rouge et Noir de proposer l’idée aux dirigeants du circuit dans les dernières semaines, a appris Le Droit. «J’en ai parlé un peu aussi au gouvernement ontarien de même qu’à Tourisme Ottawa», confirme le président de l’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG), Mark Goudie.

L’organisation n’est toutefois pas revenue à la charge dans ce dossier. Elle pourrait le faire si la LCF décide bel et bien de présenter des matches à l’automne dans un ou deux milieux hôte.

Le circuit étudie la faisabilité de tenir des parties devant des gradins vides à l’automne après la fête du Travail. Les villes de Regina et Winnipeg font déjà campagne afin d’être une «ville-bulle» pour héberger les sept autres équipes du circuit, dont les quatre formations de l’Est.

Les Argonauts de Toronto, les Tiger-Cats de Hamilton et les Alouettes de Montréal se trouvent dans les deux régions les plus touchées par la pandémie de la COVID-19. Le nombre de cas nécessitant une hospitalisation s’avère toutefois à la baisse depuis quelques jours.

Ottawa pourrait s’avérer un bon compromis, étant situé entre Montréal et Toronto. La capitale canadienne comptera aussi son lot de dortoirs universitaires vacants pour héberger des équipes.

«Nous avons mentionné à la ligue notre intérêt, explique Goudie. Je ne fais toutefois pas partie du comité créé par la ligue pour étudier toutes ces questions. Donc je ne peux pas parler de ce qui est considéré en ce moment.

Le président de l’Ottawa Sports and Entertainment Group, Mark Goudie

«Mais je pense qu’il est juste d’affirmer que les scénarios étudiés sont basés autour de pôles où il y a moins de cas dans les villes et provinces. Il y a du travail qui est fait par la ligue en ce moment pour déterminer toute la logistique et les ressources financières nécessaires. Et si ça se fait de tenir une saison, où ça pourrait se dérouler, dans une ville ou deux.»

C’est pourquoi tout pointe, dit-on en coulisses, vers la Saskatchewan et le Manitoba, relativement épargnés par la COVID-19. Les deux gouvernements provinciaux ont déjà donné leur appui à accueillir la LCF chez eux.

En Ontario, le gouvernement possède des dossiers plus urgents à attaquer.

Un autre scénario reste sur la table. Le commissaire Randy Ambrosie n’a pas exclut la possibilité d’annuler la saison 2020, qui devait initialement commencée cette semaine.

Soirée d’ouverture virtuelle

Le Rouge et Noir aurait disputé son premier match régulier vendredi soir à la Place TD, accueillant les Argonauts de Toronto. Une partie qui aurait marqué le début de l’an sept de la franchise qui a déjà participé trois fois au match de la coupe Grey.

«Je me rappelle encore très bien de notre tout premier match en 2014 contre les Argonauts. Le temps file vite», avoue Goudie.

«J’avais hâte à cette nouvelle saison-ci, surtout après l’année difficile que nous avons connue. J’avais l’impression qu’un nouveau chapitre de notre franchise nous attendait avec l’arrivée d’un nouveau personnel d’entraîneur et un nouveau quart-arrière.»

Goudie garde espoir de voir le Rouge et Noir jouer au football en 2020.

«Ça change d’une journée à l’autre. Je dirais même d’une heure à l’autre en voyant les signaux positifs qui émergent à l’extérieur de la grande région de Toronto et ailleurs au Canada. On se dit qu’on pourra peut-être avoir une saison, surtout quand on voit aussi d’autres ligues trouver des solutions.»

En attendant, le Rouge et Noir tiendra une soirée d’ouverture virtuelle ce vendredi via ses différentes plateformes numériques.

Des sessions questions et réponses avec des joueurs de l’équipe se trouvent au menu tout comme une intervention du nouvel entraîneur-chef Paul LaPolice, l’interprétation de l’hymne national et une performance de l’équipe de cheerleading.

On dit que l’annonceur maison franco-ontarien Mike Sutherland pourrait aussi se faire entendre avec son «mouchoir sur le jeu».

Des amateurs fidèles au Rouge et Noir

Les partisans du Rouge et Noir auraient pu facilement larguer leur équipe favorite dans les dernières semaines et remettre la main sur leur argent.

Ce fut tout le contraire. «Les demandes de remboursement de billets sont peu élevées. En fait, c’est ici qu’on retrouve le chiffre le plus bas à travers la ligue», souligne Mark Goudie.

Les partisans du Rouge et Noir sont fidèles à leur équipe. 

Pas que ça semble surprendre le grand patron de l’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG), qui gère le Rouge et Noir et les 67’s.

«Ça revient à ce que je disais plutôt en entrevue. Les partisans sont très passionnés et engagés au sein de l’équipe. Ils comprennent la période difficile que nous traversons. Ils veulent du football de la LCF. Et ils ont confiance en nous.»

Une dizaine de minutes plus tôt, Goudie expliquait que le Rouge et Noir tente toujours de trouver de nouvelles façons de divertir ses amateurs. De nourrir ce lien affectif entre l’équipe et les partisans.

«En demeurant une organisation bien présente dans la communauté. En étant de bons partenaires, mais aussi en écoutant les gens, en gardant un esprit ouvert aux suggestions.»

Ce dernier a aussi confirmé que les travaux visant à remplacer le gazon synthétique de la Place TD commenceront dans une semaine ou deux semaines. La nouvelle surface et l’équipement nécessaire à son installation avaient été livrés quelques heures avant la fermeture du stade à la mi-mars.

«Même si nous ne disputons pas de matches du Rouge et Noir sur ce terrain cette année, ça pourrait servir à des équipes de sport mineur à la recherche de plateaux sportifs», souligne Mark Goudie.