Daniel Omara (94) prendra la route de Montréal dans les prochaines heures. Là-bas, il tentera d’épater des dépisteurs.

Omara veut imiter son frère

Un deuxième frère d’une famille d’Aylmer espère être repêché à son tour par une équipe de la Ligue canadienne de football (LCF).

Le garde Daniel Omara prendra la route de Montréal dans les prochaines heures. Là-bas, il tentera d’épater des dépisteurs.

Les neuf équipes de la LCF seront représentées mercredi à un camp régional d’évaluation. Par le passé, le Rouge et Noir y a découvert de futurs joueurs dont le centre-arrière Anthony Gosselin et le maraudeur Justin Howell.

« Je suis prêt à démontrer que je suis prêt à jouer chez les pros, a soutenu Omara, lundi, à la veille de son départ.

«Je me suis entraîné quatre fois par semaine depuis la fin de la saison universitaire. J’ai surveillé mon alimentation. J’ai décortiqué des bandes vidéo de mes matches de la dernière année. Je suis motivé.»

Et il est costaud le monsieur.

Omara mesure 6’5’’ et pèse 320 livres.

«Je suis peut-être le plus jeune de la famille. Mais je suis le plus grand», a-t-il lancé en riant.

Daniel Omara fêtera ses 25 ans à la fin du mois. L’aîné des trois frangins, Ron, a été repêché par les Tiger-Cats de Hamilton. Ce secondeur a disputé une saison chez le Rouge et Noir avant d’aboutir en Colombie-Britannique l’automne dernier, disputant un match éliminatoire.

«Nous avons de bons gènes», a soutenu à ce sujet le bébé de la famille Omara.

Ce dernier a assisté à des joutes de son frère à la Place TD. Il a aussi joué sur ce terrain à l’occasion du match Panda.

Daniel Omara a été membre des Ravens de Carleton ces cinq dernières saisons. «La première fois que j’ai mis les pieds sur cette surface, je me suis dit que je voulais y jouer à nouveau, mais dans les rangs pros», a-t-il précisé.

Ancien receveur

Reste à voir si une équipe se laissera tenter par lui. Son gabarit s’avère intéressant. Mais le principal intéressé possède peu de millage au sein de la ligne offensive, lui qui évoluait en défensive avant la saison 2017.

Omara était un plaqueur quand Carleton l’a recruté.

«J’étais même un receveur de passe à mes débuts au football mineur chez les Giants de North Gloucester», a-t-il relaté.

Et maintenant, peut-il toujours attraper un ballon ?

«J’avais de bonnes mains à l’époque. Mais ma carrière en tant que receveur est bel et bien terminée», a-t-il ajouté en riant.

Personne ne pourra douter de son amour pour ce sport. Et de son désir de vaincre.

«Je suis très robuste sur le terrain. Je suis une bête. Je n’arrête pas de me battre tant que je n’entends pas le sifflet de l’arbitre.»

Omara a tout de même un plan B si jamais la LCF ne lui fait pas signe en mai lors du repêchage. Il s’apprête à compléter la dernière session d’un baccalauréat en études internationales.

«Ce qui peut mener à une carrière en politique ou un emploi au sein d’une agence gouvernementale», a-t-il précisé.

Autres joueurs locaux

Le vétéran des Ravens ne sera pas le seul joueur local à ce camp régional d’évaluation à Montréal.

Le demi défensif Jacob Dearborn, le receveur Phil Iloki, le joueur de ligne défensive Jeffrey Kocins et le botteur Jonah Zlatinszky. Le receveur Kalem Beaver et le demi défensif Cody Cranston seront les deux seuls représentants des Gee Gees.

Le camp national d’évaluation de la LCF, lui, aura lieu durant le week-end à Toronto. Le garde Samuel Thomassin, qui a déjà évolué chez les Griffons du Cégep de l’Outaouais, se trouve déjà sur la liste des invités.

Le géant de 6’6’’ et 330 livres participait d’ailleurs à une journée d’essais privés lundi à Québec devant des dépisteurs de la NFL, dont ceux des Steelers de Pittsburgh et des Bears de Chicago.