Andy Mulumba a subi une déchirure du ligament antérieur croisé d'un genou, dimanche.

Mulumba à l'assaut d'un nouveau défi

Le secondeur des Packers de Green Bay, Andy Mulumba, était de passage à Salle Desjardins de Buckingham, hier après-midi, question de déballer son parcours aux joueurs des Tigres d'Hormisdas-Gamelin et aux mordus de football du coin.
Vêtu d'un chic complet, le colosse québécois, dont l'histoire cendrillon a fait abondamment parler cet hiver sur la planète football, n'est pas habitué à tenir un micro et parler devant une foule. Son dada, c'est plutôt de faire craindre l'offensive adverse. Il était d'ailleurs un peu stressé lorsque LeDroit l'a rencontré, quelques minutes avant son entrée en scène, hier. Mais qu'à cela ne tienne, le sympathique athlète de 6''3 et 260 livres a bien l'intention de répéter l'expérience. Parce qu'il croit important de livrer un message positif aux jeunes Québécois qui rêvent de faire carrière dans ce sport.
Priorité au plan B
«C'est quelque chose que j'aimerais commencer à faire quand j'ai du temps et que je viens au Québec, dit-il. Je veux raconter mon histoire et parler aux jeunes de l'importance de l'école. Je peux leur donner des petits mots d'encouragement s'ils veulent poursuivre leurs rêves.»
L'école. Voilà un point sur lequel le produit de l'Université Eastern Michigan insiste. Ce diplômé en gestion de commerce de 24 ans, dont les parents habitent Gatineau, n'aurait jamais pensé un jour fouler un terrain de la NFL. C'est bien beau tout ça, mais les études doivent toujours être la priorité, réitère-t-il. «C'est grâce à l'école que tu vas pouvoir continuer ta progression au football dans les différents niveaux.C'est aussi important d'avoir un diplôme, un plan B en dehors du football», ajoute-t-il.
Mulumba a dû trimer dur pour arriver à cet échelon. Repêché par les Blue Bombers de Winnipeg en 2013, 2e au total dans la Ligue canadienne de football (LCF), il a cependant réussi à impressionner chez les Packers qui lui ont offert un essai l'été dernier. Si bien qu'il a terminé l'année avec la mythique formation du Wisconsin, bouclant le calendrier régulier avec 30 plaqués et 1 sac du quart.
Le malheur des uns fait le bonheur des autres, comme dirait le dicton. En l'absence des super vedettes défensives Clay Matthews et Nick Perry, le Québécois a eu l'occasion de disputer quelques matches dans l'alignement partant. En plus d'être partie prenante du seul et unique match éliminatoire des Packers qui s'est soldé à l'avantage des 49ers de San Fransisco, le 5 janvier dernier.
«Personnellement, ç'a été une bonne saison pour moi. J'ai eu beaucoup de temps de jeu et je ne m'y attendais pas. Avec les blessures, il y une occasion qui s'est présentée à moi et j'espère continuer sur cette lancée» note-t-il.
Rien d'acquis en 2014
Le contrat liant Mulumba aux Packers se terminera à la fin de la saison 2015. Toutefois, il n'y aucune garantie qu'il conservera une place au sein de l'équipe en vue du prochain calendrier. Il doit poursuivre pour encore quelques semaines sa réhabilitation après avoir subi une déchirure du ligament latéral du genou lors du match fatidique du 5 janvier. Son objectif en vue du prochain camp d'entraînement à Green Bay est plutôt clair: devenir plus explosif et faire partie de la photo de famille lors du match inaugural en septembre.
«Je ne regarde pas encore du côté de la Ligue canadienne, affirme l'athlète. Je suis assez confiant de mes chances pour jouer encore dans la NFL. C'est juste une question d'être compétitif et de savoir ce que tu fais sur le terrain.»
pgaboury@ledroit.com