Le receveur Ernest Jackson, un des héros de la conquête de la coupe Grey l'an dernier par le Rouge et Noir, affrontera son ancien club jeudi soir à Montréal. Il s'est joint aux Alouettes durant l'hiver.

Même numéro, différent uniforme

Ce sera son premier match depuis ce touché spectaculaire qui a donné une première conquête de la coupe Grey au Rouge et Noir en novembre dernier. Ernest Jackson enfilera encore le numéro 9, mais la palette de couleurs de l'uniforme sera bien différente.
Le receveur étoile effectuera ses débuts, jeudi soir, chez les Alouettes de Montréal, l'équipe qui en a fait sa principale acquisition sur le marché des joueurs autonomes durant l'hiver. En prime, il affrontera son ancienne équipe au stade Percival-Molson.
Excité Ernest ? Nerveux ? Déchiré à l'idée d'affronter tes amis ?
« C'est une réalité du sport professionnel. Je suis déjà passé par là », rappelle-t-il durant un entretien téléphonique.
Il y a deux ans, Jackson avait délaissé les Lions de la Colombie-Britannique afin de toucher plus d'argent et obtenir un rôle plus important chez le Rouge et Noir. Il a connu les deux meilleures saisons de sa carrière dans la Ligue canadienne de football (LCF) à Ottawa, récoltant plus de 1000 verges chaque saison.
Surtout, il n'a échappé aucune passe en 2016 en plus d'inscrire 10 touchés. Un rendement qui lui a valu d'être finaliste au titre de joueur par excellence du circuit.
Choix difficile
Une seule chose restera toutefois gravée dans la mémoire des mordus du Rouge et Noir. Cette jonglerie de sa part avec le ballon en route vers le touché victorieux en prolongation contre les Stampeders de Calgary lors de la finale de la LCF.
Deux mois et demi après cette séquence mémorable, les champions de la coupe Grey ont toutefois dû effectuer des choix déchirants. Il n'y avait pas assez d'argent pour retenir toutes les vedettes de l'équipe.
La direction a dû laisser partir également Chris Williams, Abdul Kanneh et le vétéran Damaso Munoz. « Je ne suis nullement amer envers l'organisation. Elle devait prendre des décisions d'affaires, affirme Ernest Jackson, qui fêtera ses 31 ans en octobre prochain.
«Je n'en veux pas au Rouge et Noir», a-t-il répété.
À Ottawa, les receveurs devaient se partager le lot du travail. Une partie, Jackson pouvait être très occupée. 
La semaine suivante, on lançait le ballon vers lui peut-être deux ou trois fois.
Ce sera différent à Montréal.
Le numéro 9 sera la principale cible du nouveau quart-arrière Darian Durant, qui effectuera aussi ses débuts jeudi soir.
C'est une des raisons pourquoi le joueur surnommé «Mononcle Ernest» a opté pour les Alouettes. Il aurait refusé une meilleure offre, dit-on, de la part des Argonauts de Toronto.
À Montréal, il toucherait autour de 150 000 $ par saison. Le pacte consenti est d'une durée de deux ans.
Réuni à Chapdelaine
Un autre truc l'a poussé vers la métropole québécoise. Jackson aimait l'idée d'être réuni à Jacques Chapdelaine. Les deux hommes s'étaient connus chez les Lions lorsque le premier était recrue, l'autre coordonnateur offensif.
«C'est un gagnant. Ernest a cette capacité d'effectuer de gros jeux lors de moments importants. Il l'a démontré lors du match de la coupe Grey», a soutenu le directeur général des Alouettes, Kavis Reed, lors du début du camp d'entraînement.
Prudence à Ottawa
Pas question de risquer une blessure à un joueur clé chez le Rouge et Noir. Trevor Harris restera à Ottawa, tout comme ses receveurs Greg Ellingson et Brad Sinopoli. Même chose pour les autres vétérans, dont Antoine Pruneau, Arnaud Gascon-Nadon et Patrick Lavoie.
L'équipe se pointera à Montréal, jeudi, avec un alignement regorgeant de noms peu connus. Corey Tindal et Armagedon Draughn seront les demis de coin pour entamer ce dernier match hors-concours contre les Alouettes. Sherrod Baltimore se retrouvera entre les deux en tant que demi défensif.
Kevin Brown et Javier Arenas seront deux des secondeurs.
«On garde déjà un oeil sur la semaine prochaine, a avoué l'entraîneur-chef Rick Campbell, mercredi, à la veille de cette dernière sortie du camp d'entraînement. Nous voulons être en santé et avoir le réservoir bien plein en vue du premier match de la saison régulière.»
La semaine dernière contre Hamilton, quatre joueurs ont subi des blessures, dont le quart numéro deux Drew Tate. Le pneu de secours de l'équipe au sein de la ligne offensive, Matt Albright, s'est aussi retrouvé à l'infirmerie. Son absence pourrait s'étendre sur huit à dix semaines.
Qui dit vétérans hors de l'alignement face aux Alouettes, dit occasion en or pour les nouveaux joueurs afin de mousser leur candidature une dernière fois.
La ligne défensive sera composée notamment de Darryl Paulo et Avery Ellis, deux ailiers qui ont impressionné au camp d'entraînement. Le premier choix du Rouge et Noir au dernier repêchage, Evan Johnson, fera partie de l'alignement partant au poste de garde à droite.
La recrue Anthony Gosselin s'avérera le seul centre-arrière en uniforme. Et il y a tous ces receveurs qui se battent pour un poste de... réserviste.
«Il y a des décisions très difficiles qui nous attendent vendredi et samedi. Mais c'est bon signe. Ça veut dire que des joueurs ont bien fait», a rappelé le directeur général Marcel Desjardins.
L'organisation surveillera attentivement Ryan Lindley, qui sera le quart-arrière partant. L'ancien de la NFL intrigue un peu tout le monde, surtout en raison de la blessure à Tate et de l'avenir incertain de Harris, dont le contrat prend fin en 2017.
Le barbu Lindley a vu plusieurs ballons être rabattus face aux Ti-Cats. Mais il a bien paru en fin de match, complétant au total 16 de 25 passes pour 133 verges et un touché. Un long jeu de 38 verges qui a mené à un attrapé spectaculaire de Daje Johnson avait démontré la puissance du bras du quart-arrière de la Californie.
«Je me donne un B- à ma première sortie. J'ai connu des hauts et des bas. J'ai réalisé de belles choses, mais nous avons connu quelques ratés au troisième quart. Nous avions de la misère à avancer le ballon, a analysé Lindley.
«J'ai hâte à cette deuxième partie. Je devrais être plus à l'aise.»