Henry Burris à l'entraînement du Rouge et Noir.

Même le hasard ne sourit pas à Ottawa

Henry Burris n'a jamais vu pareille malchance en 15 saisons dans la Ligue canadienne de football. «Jamais», précise une seconde fois le quart-arrière vedette.
Il est question ici du tirage au sort à pile ou face. Celui qui permet de déterminer quelle équipe recevra le ballon pour entamer le match, quelle formation défendra quelle extrémité du terrain.
Le Rouge et Noir n'a pas été victorieux à ce jeu de hasard en six matches en 2014, que ce soit les deux parties hors-concours à Régina et Montréal ou les quatre joutes en saison régulière. Une séquence qui ne passe pas inaperçue au sein des clubs adverses.
«J'en ai parlé à plusieurs gars à travers la ligue et ils ont la même réaction que moi. Leur conseil? Ne pas choisir face. Depuis le début de la saison, ce n'est jamais le côté face qui remporte le tirage au sort», assure Burris sur un ton sérieux.
Le choix revient toujours à un des capitaines.
Lors du dernier match, le Rouge et Noir avait délégué l'ailier défensif Justin Phillips afin de mettre fin à sa séquence noire. On connaît la suite.
Les Tiger-Cats ont eu la main heureuse. Ils ont aussi gagné le match. Et Phillips a subi une blessure majeure au premier quart.
«Je n'ai pas eu de chance à mes trois présences au milieu du terrain pour le pile ou face, a soutenu Burris.
La prochaine partie, on fera appel à T.J. Hill. C'est à son tour de tenter sa chance», a-t-il ajouté.
Mcomtois@ledroit.com