L’ailier rapproché Marco Dubois entame sa deuxième saison chez le Rouge et Noir. En l’absence de plusieurs vétérans, il a été utilisé en tant que partant, jeudi, lors du dernier match hors-concours.

Marco Dubois gagne en confiance à Ottawa

Une quarantaine de minutes s’était déjà écoulée depuis la fin du match entre son équipe et les Alouettes. Marco Dubois se trouvait sur le terrain du stade Percival-Molson, portant encore ses épaulettes et son uniforme du Rouge et Noir.

Plusieurs personnes s’arrachaient l’ailier rapproché après le verdict nul de 20-20. Le joueur québécois venait de connaître la meilleure sortie de sa jeune carrière dans la LCF.

Dubois a capté quatre passes pour 49 verges, dont une de 30 verges. Tout ça en une seule demie de jeu contre les Alouettes.

« J’avais de la famille dans les estrades. J’avais aussi des amis. Plusieurs jeunes à qui j’avais enseigné durant l’hiver dans un camp de football sont venus me voir », a relaté l’athlète natif de LaSalle.

C’est sans compter que Dubois voulait renouer avec ses nombreux anciens coéquipiers chez le Rouge et Or de l’université Laval qui font maintenant carrière chez les Alouettes. « Plusieurs joueurs avec lesquels j’ai gagné la coupe Vanier », a-t-il précisé.

Dubois était heureux de revoir tout ce monde. Mais il s’avérait surtout fier de sa performance.

Avec tous les vétérans laissés de côté pour ce match, les entraîneurs en avaient fait un des partants. Une façon pour eux de le récompenser pour sa progression intéressante depuis son arrivée chez les pros à pareille date l’an dernier.

« J’ai adoré tout ce temps de jeu. Honnêtement, je ne suis plus habitué à ça. À l’université, je ne jouais plus à l’attaque. Je me sens comme lors de mes années au Cégep du Vieux-Montréal. On me fait confiance avec le ballon. On voulait m’impliquer dans l’offensive », a-t-il dit.

« C’est sûr que je suis surtout un joueur des unités spéciales. Mais quand tu goûtes à l’attaque, tu en veux plus. C’est le fun d’avoir le ballon comme ça, de faire des jeux devant sa famille. »

L’aide de Beaulieu

Le Rouge et Noir l’avait repêché au second tour en 2018. Il ne s’est pas gêné pour l’utiliser à quelques occasions à l’offensive à sa saison recrue.

Dubois a même inscrit son premier touché en carrière lors de la finale de l’Est. « Ce fut ma meilleure saison à vie en termes de plaisir. Et j’ai beaucoup appris », a-t-il noté.

On lui a enseigné une nouvelle position. Le vétéran centre-arrière Jean-Christophe Beaulieu l’a pris sous son aile.

« J’estime que je suis chanceux d’avoir abouti à Ottawa. L’organisation est patiente et elle veut me développer (...) J’apprends aussi beaucoup de J-C. Il possède tellement d’expérience. Il fait du bon travail pour m’enseigner les bonnes techniques. »

Son deuxième camp d’entraînement chez les pros s’est conclu avec son anniversaire de naissance.

Dubois a fêté ses 24 ans mercredi. Son cadeau ? Il a pu éviter d’être la cible d’une blague ou deux des vétérans qui aiment souligner de façon particulière l’anniversaire des joueurs plus jeunes.

« C’est correct ! J’ai assez passé au bâton comme recrue l’an dernier », a-t-il lancé en riant à ce sujet.

On le sent plus à l’aise cette saison chez le Rouge et Noir. Il s’est même permis un appel à tous sur les réseaux sociaux à la fin de l’hiver.

Le receveur Julian Feoli-Gudino et lui se cherchaient un logement dans la capitale en vue de la prochaine saison de football.

La réponse des amateurs l’a ému.

« Je m’étais dit pourquoi pas. Nous avons tellement un bon groupe de partisans. J’ai reçu plusieurs courriels de gens qui étaient prêts à aider. J’ai vraiment apprécié. »

Le duo québécois a finalement trouvé un toit près de la Place TD.

+

Le directeur général du Rouge et Noir d'Ottawa, Marcel Desjardins

LE COUPERET TOMBE CHEZ LE ROUGE ET NOIR

Deux espoirs francophones font partie des 13 joueurs libérés par le Rouge et Noir, vendredi, au lendemain de la conclusion de son camp d’entraînement.

Le receveur Tyrone Pierre et le secondeur Charles Brousseau avaient participé au dernier match hors-concours de l’équipe à Montréal. Le premier avait capté deux passes pour 17 verges tandis que le second avait réussi deux plaqués. 

Max Valles, Jordan Bouah, Joe Brown, Shamar Busby, Jacob Czaja, Monteze Latimore, Drew Morris, Darius Powe, Ryan Schmidt et John Sheehy ont aussi écopé. Tous les clubs de la LCF doivent réduire leur alignement régulier à 46 joueurs avant 22 h, samedi soir.

Le Rouge et Noir doit encore couper. Une dizaine de joueurs se retrouve sur la courte paille.

« C’est toujours difficile. Ce qui me préoccupe le plus, c’est de trouver une façon de garder tous ces joueurs malgré les différentes contraintes que nous avons », a soutenu le directeur général Marcel Desjardins.

Sa formation doit notamment respecter le plafond salarial de même que le ratio de joueurs canadiens. « Il faut s’assurer d’avoir assez de profondeur à toutes les positions », a ajouté Desjardins.

Le DG dit avoir aimé plusieurs choses lors du dernier camp, dont la progression de plusieurs jeunes joueurs. « La seule chose que je n’ai pas aimée, c’est la température », a-t-il lancé à la blague.

Sur un ton plus sérieux, le patron du Rouge et Noir a reconnu que son équipe pourrait piger dans les joueurs libérés par ses adversaires dans les prochaines heures.