Les joueurs du Rouge et Noir ont profité d’une semaine supplémentaire pour se préparer à leur premier match de la saison.

L'objectif du Rouge et Noir: gagner à la maison

Dans une trentaine d’heures, ce sera place au match inaugural de sa cinquième saison dans la Ligue canadienne de football (LCF). Le Rouge et Noir assure avoir appris de ses erreurs de l’an dernier.

« Ça commence par gagner à la maison », avoue le bloqueur étoile de l’équipe, SirVincent Rogers. Ses coéquipiers et lui ont récolté seulement trois victoires en neuf parties à la Place TD en 2017.

Au total, Ottawa a terminé la saison avec une fiche de 8-9-1 au classement de la division Est. Un rendement décevant après avoir gagné la coupe Grey l’automne précédent.

Depuis un mois, tout le monde au sein de l’organisation répète que pareille performance sera inacceptable en 2018.

« Je ne sais pas pourquoi nous ne pouvions pas gagner à domicile. Il faut commencer à profiter de la foule bruyante que nous avons ici. Les gens sont toujours présents en grand nombre pour nous encourager », rappelle pour sa part le vétéran joueur de ligne offensive Jon Gott.

Ce dernier s’avère un des rares membres survivants de l’édition originale de la jeune franchise en compagnie d’Antoine Pruneau, Nolan MacMillan, Nigel Romick et Andrew Marshall.

Gott répète que la Place TD est un des meilleurs endroits où jouer à travers la LCF. Que les partisans méritent d’assister à plus de victoires de leur équipe favorite.

Gagner sur leur propre terrain n’est pas la seule leçon que tire le Rouge et Noir.

« Il faudra aussi trouver une façon d’éviter de perdre quatre ou cinq parties de suite. Tu ne peux pas te creuser un trou comme ça », a ajouté le barbu roux.

Le Rouge et Noir avait entamé la saison avec une seule victoire à ses huit premiers matches en 2017.

« Je préfère me rappeler que nous avons complété la saison avec sept victoires à nos dix derniers matches », fait valoir l’entraîneur-chef Rick Campbell, un type de gars qui préfère voir le verre à moitié plein.

SirVicent Rogers respirait de confiance après l’entraînement des siens. Il a souligné que l’équipe ne l’avait pas eu facile avec l’horaire que lui avait concocté la LCF l’an dernier, les joueurs n’ayant eu aucun congé avant le mois d’octobre.

Cette fois-ci, le Rouge et Noir a eu droit à une semaine de plus pour se préparer en vue de son premier match prévu jeudi soir contre les Roughriders de la Saskatchewan à la Place TD.

« Au début, je n’étais pas convaincu si c’était une bonne chose de commencer la saison une semaine après toutes les autres équipes. Mais cela a notamment permis à certains joueurs de guérir des bobos », a soutenu Rogers.

C’est le cas du quart-arrière Trevor Harris, du receveur Brad Sinopoli, du maraudeur Antoine Pruneau et du secondeur Kyries Hebert. Quatre joueurs essentiels aux succès du Rouge et Noir.

En revanche, le garde Nolan MacMillan ne sera pas prêt à affronter les Riders. Même chose pour le bloqueur Jason Lauzon-Séguin et le plaqueur Ettore Lattanzio. Ce sont les trois blessés les plus importants qui se trouvent à l’infirmerie.

Spencer obtiendra de l’aide

Double Trouble était le titre d’un album d’Elvis Presley en 1967. Quatre décennies plus tard, ça pourrait devenir le surnom d’un duo chez le Rouge et Noir.

Du moins si on se fie au demi défensif Loucheiz Purifoy, une des importantes embauches de l’équipe durant l’hiver. On l’a jumelé à l’électrisant receveur Diontae Spencer à l’entraînement pour effectuer les retours de botté d’envoi.

« Ça va signifier Double Trouble pour les équipes adverses, lance Purifoy, sourire en coin.

«Ils seront confrontés à deux excellents spécialistes de retours de botté», a-t-il ajouté.

Spencer est déjà reconnu comme l’un des meilleurs de la LCF. Il a inscrit deux touchés sur des retours de botté en 2017.

Purifoy, lui, n’a pas effectué un retour en deux saisons chez les Lions de la Colombie-Britannique.

«Mais c’était le cas dans les rangs collégiaux, a souligné le produit des Gators de la Floride.

«Je suis très athlétique. Les gens vont le découvrir assez vite ce jeudi», a-t-il soutenu.

Chez les Lions, il était le plan B au cas où Chris Rainey se blessait.

Purifoy, qui fait 5’11’’ et 188 livres, s’attend à être occupé à Ottawa. «Toutes les équipes adverses voudront garder le ballon loin de Diontae, a-t-il mentionné.

«Les gens auront droit à toute une surprise quand le ballon se retrouvera entre mes mains», a-t-il enchaîné.

On nous avait déjà avertis que le nouveau venu avait confiance en ses moyens. Très.

Le Rouge et Noir l’a surtout embauché afin de renflouer sa défensive. Il s’amène à Ottawa après avoir réussi 49 plaqués et trois interceptions en 2017 à Vancouver.

Lors du premier match hors-concours contre les Alouettes, Purifoy était déjà ressorti du lot, récupérant un ballon échappé. 

«Je m’amuse déjà beaucoup ici. J’ai retrouvé plusieurs amis. J’ai fréquenté la même école secondaire que le demi de coin Jonathan Rose. J’ai été au même
collège que l’ailier défensif A.C. Leonard.»

Hughes, Reilly et Walker nommés joueurs de la semaine

Les Eskimos d’Edmonton ont accaparé deux des trois premiers rangs pour le titre de joueur de la semaine dans la Ligue canadienne de football, mardi.

Le quart-arrière des Eskimos Mike Reilly a terminé deuxième au scrutin pour le titre de joueur de la semaine, tandis que son coéquipier, l’ailier espacé Derel Walker, a fini troisième.

Le joueur de ligne défensive des Roughriders de la Saskatchewan Charleston Hughes a dominé le scrutin après avoir réussi trois sacs du quart dans la victoire de son équipe contre les Argonauts de Toronto, vendredi dernier.

Reilly, le joueur par excellence de la LCF en 2017, a amassé 408 verges de gains dans la victoire des Eskimos contre les Blue Bombers de Winnipeg jeudi dernier. Walker a récolté 176 verges d’entre elles, en plus d’avoir inscrit un touché.

Avec La Presse canadienne