Ryan Lindley retrouve à Ottawa deux anciens collègues des Cardinals de l'Arizona, William Powell et A.J. Jefferson.

Lindley, le gros barbu au bras canon

Ryan Lindley a vite adopté la thématique de bûcheron que mousse sa nouvelle équipe.
Le quart-arrière américain au bras canon, qui a passé quatre saisons dans la NFL, a laissé pousser sa barbe en février quand le Rouge et Noir l'a mis sous contrat. Ce qui n'a pas passé inaperçu quand il s'est pointé la semaine dernière à Ottawa en même temps que les recrues.
« Coach Campbell m'a demandé quand fut la dernière fois que je m'étais rasé. J'approche les cinq mois. Il était impressionné », a confié Lindley, sourire aux lèvres.
« Puis j'ai rencontré Jon Gott... J'ai encore un bout de chemin pour lui livrer une sérieuse compétition », a-t-il ajouté en faisant allusion au centre très barbu du Rouge et Noir.
L'athlète de la Californie a aussi pris le soin d'acheter des chemises pour ce qu'il espère sera un long séjour dans la capitale nationale. « Des chemises carreautées », a-t-il précisé.
Lindley, qui se bat contre Brock Jensen pour le poste de troisième quart derrière Trevor Harris et Drew Tate, a fait ses devoirs. Il a regardé plusieurs matches du Rouge et Noir lors des deux dernières saisons sur les ondes d'ESPN.
« J'aurais pu jouer ici l'an dernier, a-t-il avoué. L'équipe tentait de me convaincre de me joindre à elle. J'étais prêt à venir, mais mon agent m'a dit que des équipes de la NFL m'accorderaient un essai ou deux. Il m'a demandé de patienter. »
Aujourd'hui, le quart de 6'4'' et 232 livres regrette d'être resté chez lui. « J'aurais pu faire partie d'une belle aventure, de gagner la coupe Grey », a-t-il rappelé.
À Ottawa, il retrouve deux de ses anciens coéquipiers chez les Cardinals de l'Arizona, William Powell et A.J. Jefferson.
Ryan Lindley, 27 ans, n'a pas connu un séjour fructueux dans la NFL. En fait, il était une machine à interceptions. Son bras droit est peut-être puissant, mais la précision laissait à désirer.
En six départs, il a lancé trois passes de touché en plus de voir 11 autres de ses passes se retrouver dans les mains de joueurs adverses.
Son match le plus mémorable pour autant de bonnes et mauvaises raisons ?
Une joute éliminatoire contre les Panthers de la Caroline en janvier 2015 dans laquelle il a été victime de quatre sacs et deux interceptions. Il remplaçait alors Carson Palmer et Drew Stanton, tous deux blessés chez les Cardinals.
En revanche, Lindley avait réussi sa première passe de touché en carrière dans cette défaite, mettant fin à une séquence de 228 tentatives de passe sans réussir un majeur. Il s'agit toujours d'un record de la NFL.
« C'est toujours difficile à digérer une défaite, encore plus une dans laquelle tu parais mal. Mais tu sais, la dernière chose que j'ai faite, c'est allé me cacher en petite boule dans un coin. Je me suis dit qu'il fallait que j'apprenne de mes erreurs. »
Ce qu'il a fait un an plus tard lors du dernier match de la saison régulière des Colts d'Indianapolis qui l'avait mis sous contrat quatre jours auparavant. Lindley a complété six de 10 passes pour un touché dans un gain de 30-24.
Il s'agit de ses derniers pas sur un terrain de la NFL.
« Si je suis ici, à Ottawa, dans la LCF, c'est que j'aime encore le football. Je me sens comme un gamin et je veux simplement continuer à jouer et m'amuser. En même temps, je suis conscient que j'ai beaucoup de choses à apprendre. »
Sauf que l'adaptation semble bien se faire selon son patron. « Ryan fait du bon travail jusqu'ici », a soutenu Campbell.
« Tu pouvais déjà voir qu'il allait bien se débrouiller dès le mini-camp en avril. Il prend ça au sérieux et assimile bien les différences entre la NFL et la LCF, dont les dimensions de terrain et le fait que les défensives adverses alignent 12 joueurs. J'ai bien hâte de le voir en action en parties pré-saison. »
Qui sait ? Lindley va peut-être s'avérer la police d'assurance du Rouge et Noir si jamais l'équipe n'est pas capable de retenir les services de Harris, dont le contrat vient à échéance après la saison 2017.
Un premier match simulé à la Place TD
Un autre beau test pour les recrues qui aspirent à se tailler un poste chez les champions de la coupe Grey. Le premier match simulé du camp d'entraînement du Rouge et Noir sera présenté samedi après-midi, à la Place TD.
Les portes de la Place TD seront ouvertes au public. Les fans qui se présenteront n'assisteront cependant pas à une véritable partie.
« Les gars ne vont pas tenter d'écraser les porteurs de ballon au sol, prévient l'entraîneur-chef, Rick Campbell. On va bien entendu entendre le bruit des épaulettes qui s'entrechoquent, mais on va demander aux joueurs de ne pas quitter le sol. »
L'objectif premier de l'exercice sera de découvrir quels joueurs ont réussi à mémoriser le plus rapidement le cahier de jeux.
« Durant les séances d'entraînement, la plupart des choses que nous faisons sont commandées par les entraîneurs. Samedi, les entraîneurs ne mettront pas le pied sur le terrain. Nous allons nous contenter de passer quelques commandes depuis les lignes de côté. Tout cela dans le but de nous préparer à disputer notre premier match préparatoire, jeudi prochain », explique Campbell.
Le match simulé pourra quand même permettre à certains vétérans de se mettre en valeur. On pense notamment aux trois hommes d'expérience - Shakir Bell, Mossis Madu et William Powell - qui luttent pour le poste de demi à l'attaque partant.
« On verra bien comment les choses vont se présenter, dit Campbell. Ces trois joueurs ont fait leurs preuves dans notre ligue. Nous pourrions être confrontés à un grand dilemme. »
Avec Sylvain St-Laurent, Le Droit