Samedi dernier, le demi offensif Jeremiah Johnson n'a pu faire mieux que 32 verges contre les Argonauts de Toronto.

Les problèmes de Jeremiah Johnson

Jeremiah Johnson vient de connaître ses deux pires matches depuis que le Rouge et Noir en a fait son porteur de ballon.
Les Roughriders de la Saskatchewan l'ont limité à 29 verges sur 10 courses, il y a deux semaines. Puis samedi dernier, le demi offensif américain n'a pu faire mieux que 32 verges contre les Argonauts de Toronto.
On est bien loin des deux matches précédents où il avait récolté 92 et 100 verges en plus de marquer un total de cinq touchés.
Inquiet, le demi offensif? Pas vraiment. Peu de choses énervent ce joueur qui a grandi dans un quartier pauvre et violent de Los Angeles.
«L'équipe n'avait pas la pédale au plancher dans ce match. Il n'y a pas une personne en particulier à blâmer. Nous avons commencé la partie de façon amorphe et nous l'avons terminé de la même façon.»
Pas de blessure
Blessé alors, Jeremiah Johnson? Il assure que non.
Mais on l'a vu boiter par moments contre les Argos. «J'ai été frappé par un adversaire très bas et très tard après le jeu», a pesté Johnson.
«Mais ça arrive ce genre de choses parfois dans un match. Je suis toutefois correct et prêt en vue du prochain match.»
Ce dernier a pris la relève au poste de demi offensif à la mi-août après le renvoi du vétéran Chevon Walker.
Il a été une des trois étoiles de la semaine tôt en septembre après avoir brillé dans une joute à Régina.