«Je pense que c’est même un peu optimiste de penser qu’on commencera à jouer tôt en juillet», a affirmé le bloqueur franco-ontarien, Jason Lauzon-Séguin.
«Je pense que c’est même un peu optimiste de penser qu’on commencera à jouer tôt en juillet», a affirmé le bloqueur franco-ontarien, Jason Lauzon-Séguin.

Les mains pleines en attendant le retour de la LCF

Entre deux couches à changer et des vêtements de bambin à laver, Jason Lauzon-Séguin a vu passer la nouvelle. Que le début de la saison du Rouge et Noir soit repoussé en juillet l’a tout, sauf surpris.

La Ligue canadienne de football (LCF) a confirmé mardi que ses premiers matches du calendrier régulier n’auraient pas lieu aux dates prévues en raison de la COVID-19. Elle compte respecter les récentes interdictions placées par des villes canadiennes, dont Calgary et Montréal, au sujet de la tenue d’événements sportifs d’ici la fin du mois de juin.

«En fait, je pense que c’est même un peu optimiste de penser qu’on commencera à jouer tôt en juillet. Mais remarque que je n’ai aucune connaissance médicale, lance le bloqueur franco-ontarien du Rouge et Noir.

«Je suis juste un gars qui change des couches ces temps-ci», ajoute-t-il en riant.

Le colosse de 6’4’’ et 300 livres est devenu papa pour la première fois en décembre. Sa conjointe Katelyn a donné naissance au petit Harvey, qui fêtera ses quatre mois ce mercredi.

«S’il y a du positif avec tout ce qui se passe, c’est que je peux passer du temps de qualité avec lui. C’est un beau cadeau que nous avons eu. Et c’est vrai que ça change drastiquement une vie, explique Lauzon-Séguin, qui était déjà oncle à trois reprises.

«Mais je n’ai jamais eu l’occasion de garder les enfants de ma soeur, qui habite toujours à Hawkesbury. J’étais soit à l’université Laval ou ici à Ottawa. Là, ma soeur rit de moi en ce moment!»

L’ancien choix de première ronde découvre qu’il n’est pas facile de laver des fesses de bébés lors des premières semaines. «J’étais surpris au début comment tout reste bien collé! J’avais besoin de beaucoup de serviettes», explique-t-il.

L’autre truc qui l’a surpris?

«Je n’avais pas réalisé à quel point ça coûte cher des couches», avoue-t-il.

À pareille date l’an dernier, Jason Lauzon-Séguin n’avait pas les mains pleines de.... Il avait plutôt les pieds dans l’eau.

Sa douce moitié et lui faisaient partie des sinistrés des inondations. Ils possèdent une maison en bordure de la rivière Mississippi, près de Carleton Place.

«Il y a au moins ça aussi de positif cette année. Le niveau des cours d’eau se trouve à la normale en ce moment.»

Épaule guérie

Le numéro 58 du Rouge et Noir dit être remis d’une opération à l’épaule droite subie à la fin de l’été dernier. Il s’était blessé lors du septième match de la saison 2019 à Montréal.

«À la même épaule qu’en 2017. Je savais tout de suite que c’était déchiré. Je l’avais dit à notre personnel médical en arrivant sur les lignes de côté.»

Lauzon-Séguin estime qu’il aurait été prêt en vue du camp d’entraînement de l’équipe prévu initialement à la mi-mai. Est-ce que le temps additionnel pourrait lui être bénéfique?

«Oui pis non. C’est un couteau à double tranchant puisque je dois maintenant m’entraîner à la maison sans supervision, loin de notre équipe médicale. Il faut faire attention, surtout quand je vois des vidéos de gars ailleurs qui s’entraînent de diverses façons, que ce soit en faisant des squats avec des 2x4 ou des pneus. J’ai même vu un joueur, Jean-Sébastien Roy, des Eskimos d’Edmonton, fabriquer un rack en métal pour soulever des voitures!»

À l’image de ses coéquipiers à Ottawa, Lauzon-Séguin garde espoir qu’il y aura saison, même s’il s’agit d’un calendrier réduit à 12, 10 ou même huit matches. «J’espère obtenir un chèque de paie comme tout le monde», dit-il.

La LCF dit plancher sur divers scénarios pour la reprise de ses activités. Peu importe la solution retenue, il y a un gros point d’interrogation.

Est-ce que les partisans voudront se déplacer en grand nombre dans un stade après avoir pratiqué la distanciation sociale? Est-ce qu’ils auront même les moyens financiers de se payer des billets?

«Je ne pense pas que tu vas voir des foules de 25 000 personnes», reconnaît Jason Lauzon-Séguin au bout du fil, peu de temps avant de retourner à ses nouvelles responsabilités parentales.