Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le quart-arrière partant du Rouge et Noir, Nick Arbuckle
Le quart-arrière partant du Rouge et Noir, Nick Arbuckle

Le Rouge et Noir veut revoir le contrat de son quart partant

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une nouvelle année commence chez le Rouge et Noir et de nouvelles questions se posent. S’il y a bel et bien une saison de la Ligue canadienne de football en 2021, est-ce que Nick Arbuckle sera le quart-arrière partant à Ottawa?

Oui... et peut-être que non. La réponse n’est pas aussi claire que la fameuse eau de source à Amos.

«En autant qu’il soit prêt, comme tout le monde qui est sous contrat en 2021, à accepter un ajustement de salaire», affirme le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, dans une entrevue accordée mardi au Droit.

Un premier court échange a eu lieu avant la période des Fêtes entre le clan du quart-arrière américain de 27 ans et l’équipe de la capitale. C’est tranquille depuis ce temps.

À LIRE AUSSI : Lauzon-Séguin souhaite demeurer avec le Rouge et Noir 

Dubois restera chez le Rouge et Noir en 2021

Desjardins ne semblait pas trop inquiet. Il rappelle que l’organisation comptait attaquer la majorité de ses dossiers en janvier au retour du long congé. C’est le cas de celui d’Arbuckle.

«C’était notre intention d’être tranquille jusqu’au début de janvier», dit-il.

Le Rouge et Noir avait quand même déjà convaincu de jeunes vétérans à restructurer leur contrat avant Noël. Ce fut le cas des produits canadiens Brendan Gillanders, Jean-Philippe Boldu, Nigel Romick et du spécialiste des longues remises, Louis-Philippe Bourassa.

À travers la LCF, plusieurs joueurs ont accepté de déchirer leur entente actuelle pour le remplacer par un pacte moins lucratif. Les neuf équipes n’ont pas caché leur désir de dépenser moins d’argent lors de la prochaine saison en raison de la pandémie qui a fragilisé la santé du circuit. Elles viseront à atteindre seulement le plancher salarial de 4,75 millions $ prévu dans la convention collective au lieu de dépenser jusqu’au plafond de 5,35 millions.

Plusieurs quarts font partie de ce mouvement. De Trevor Harris à Edmonton en passant par Mike Reilly à Vancouver et Vernon Adams à Montréal.

Obtenu des Stampeders de Calgary il y a un an, Arbuckle avait signé un contrat de deux saisons avec Ottawa, l’assurant de toucher jusqu’à 495 000 $ en 2021. Sa conjointe et lui sont devenus parents d’un premier enfant au printemps dernier et ont passé le confinement dans la région.


« Les gars doivent comprendre la situation dans laquelle on se retrouve en ce moment. Certains comprennent, d’autres moins... »
Marcel Desjardins

Autant le quart-arrière que le Rouge et Noir ont intérêt à trouver une entente. D’abord parce que l’équipe ne peut pas faire confiance à nouveau au substitut Dominuique Davis pour une autre saison. L’expérience a été désastreuse en 2019.

Puis Arbuckle aurait de la misère à se dénicher un poste de partant ailleurs qu’à Ottawa la saison prochaine si le club devait le libérer.

Marcel Desjardins, qui roule sa bosse dans la LCF depuis plus de 20 ans, avoue que l’exercice de parler à un joueur, de lui vendre l’idée de restructurer son contrat «n’est pas évident». «En même temps, les gars doivent comprendre la situation dans laquelle on se retrouve en ce moment. Certains comprennent, d’autres moins... Il y a d’autres gars qui ont des questions», explique-t-il.

«Ce n’est pas que nous doutons de leurs habiletés ou que leur valeur auprès de l’équipe a changé. Ce sont les circonstances.»

Le DG du Rouge et Noir estime les baisses salariales demandées aux vétérans «entre 10 à 20 %» à Ottawa. «J’imagine que c’est comme ça ailleurs», ajoute-t-il.

Quelques autres hauts salariés sont déjà sous contrat en vue de 2021, dont le maraudeur Antoine Pruneau, le receveur Brad Sinopoli, le plaqueur Cleyon Laing et les joueurs de ligne offensive Nolan MacMillan et Alex Mateas. Ils pourraient bien recevoir un appel de la direction.

Un autre dossier à régler dans les prochaines semaines? S’entendre avec des morceaux importants tels qu’Evan Johnson, Jason Lauzon-Séguin, Mark Korte, Avery Williams, Richie Leone, Lewis Ward et Mike Wakefield qui peuvent tous devenir joueur autonome le 9 février.

Ils sont plus de 40 joueurs dont le contrat sera bientôt échu.

En coulisses, on dit que le Rouge et Noir annoncerait cette semaine le retour de certains joueurs, dont Davis.

«Nous allons essayer de signer autant de gars que nous pouvons qui peuvent devenir joueur autonome, de restructurer les ententes autant de contrat de gars qui sont déjà sous contrat avec nous afin de savoir où nous nous situons à la fin du mois... savoir si nous avons de la place (dans le budget) pour embaucher des joueurs autonomes. Nous allons aussi préparer le repêchage», affirme Marcel Desjardins.

Et il y aura aussi à conclure des pactes avec les joueurs repêchés le printemps dernier, dont le premier choix Adam Auclair.