Les Tiger-Cats tenteront de freiner à trois la série de victoires du Rouge et Noir.

Le Rouge et Noir sort de son trou

Le Rouge et Noir tentera de prolonger sa plus longue série de victoires depuis l'automne 2015.
Les champions de la coupe Grey recevront la visite des Tiger-Cats de Hamilton, samedi soir, à la Place TD. Ils ont gagné leurs trois dernières parties après un départ horrible à la saison régulière.
« On s'est creusé un trou très tôt dans l'année. Là, on recommence tranquillement à remonter », a imagé le vétéran joueur de ligne défensive Arnaud Gascon-Nadon.
Ses coéquipiers et lui n'avaient gagné qu'une fois à leurs huit premiers matches de 2017. Leurs six revers avaient été encaissés par une marge de sept points ou moins.
Ottawa a battu les Tiger-Cats, les Lions de la Colombie-Britannique et les Alouettes de Montréal lors des trois dernières semaines. Une lancée qui leur a permis de prendre possession du premier rang de la faible division Est. « Il était temps que ça arrive ces victoires. Mais en même temps, tu ne peux pas te satisfaire d'être 4-6-1, a ajouté Gascon-Nadon.
«Il reste encore beaucoup de travail à faire. Peu importe qui tu affrontes, toutes les parties sont importantes pour nous.»
À commencer par la prochaine face aux Ti-Cats, qui viennent de remporter leur première partie après huit défaites. «Un club nettement meilleur que leur fiche l'indique, a fait valoir l'entraîneur-chef Rick Campbell, vendredi, à la veille de l'affrontement entre ces rivaux de division.
«Nous sommes assez intelligents pour savoir que nous devons aborder sérieusement cette joute. Hamilton a disputé plusieurs parties serrées, dont deux contre Edmonton.»
Le quart-arrière Trevor Harris a servi un discours similaire, quelques minutes plus tard. «Tu te méfies toujours d'un club comme ça. Nous savons qu'ils sont plus dangereux que leur dossier peut laisser croire, a-t-il dit.
«Ils n'ont connu réellement que deux mauvaises parties depuis le début de la saison.»
Harris sait de quoi il parle. Les Tiger-Cats avaient donné du fil à retordre pendant trois quarts au Rouge et Noir, le 18 août dernier, à Hamilton.
«Nous voulons à tout prix terminer encore en tête de notre division à la fin de la saison régulière. Pour y arriver, il faut commencer par gagner notre prochaine partie.»
Et pour défaire les prochains visiteurs dans la capitale, Ottawa devra utiliser la même formule que les trois semaines précédentes. «Faire moins d'erreurs, a lancé Gascon-Nadon.
«On jouait du bon football tôt dans la saison. Mais il y avait toujours une petite erreur de notre part en fin de match qui nous coûtait la victoire. Tu as une interception qui a permis à l'autre club de marquer un touché. Tu as eu un ballon échappé qui a été récupéré pour un touché. Puis tu as eu un de nos touchés sur un retour de botté qui a été annulé en raison d'une pénalité.»
Visiblement, les joueurs du Rouge et Noir ont une bonne mémoire. Et surtout, ils ont appris de leurs gaffes.
Un centenaire spécial attend Lavoie
Superstitieux, Patrick Lavoie refusait d'aborder la question. Si tout va bien, il va atteindre le cap des 100 parties régulières disputées dans la Ligue canadienne de football (LCF) lors du dernier match du calendrier.
Le compteur indique 93 parties jusqu'ici en six saisons. 
« Ne me fais pas ça... Je sais où tu te diriges avec ta question, a lancé le vétéran centre-arrière québécois du Rouge et Noir. Je trouve que tu soulèves ça pas mal de bonne heure... »
Puis, il a fini par céder.
Patrick Lavoie
Visiblement, c'est une marque qui lui tient à coeur. Un exploit qu'il réalisera s'il demeure en santé lors des huit prochaines semaines.
« Je ne t'aurais jamais cru à mes débuts si tu m'avais dit que je jouerais autant de parties. J'aurais été content d'en disputer la moitié. »
Une blessure utile
Lavoie, 29 ans, a subi une blessure au dos à sa deuxième saison dans la LCF. Il portait alors les couleurs des Alouettes de Montréal. « De connaître une blessure comme ça tôt dans ma carrière m'a probablement aidé. J'ai appris à prendre soin de mon corps.
Je fais toujours mes étirements. Je prends toujours mes bains de glace et mes bains chauds. Je ne suis pas comme les jeunes de 22 et 23 ans qui peuvent sauter leur période de récupération ! »
Ses coéquipiers Jon Gott et SirVincent Rogers sont tout aussi excités à l'idée de voir Lavoie atteindre le centenaire dans la LCF. Le premier disputera samedi sa 128e partie en carrière.
Le second a participé à 67 matches depuis son arrivée en sol canadien en 2013.
« Cent parties, c'est un bel exploit. Ça laisse aussi des traces sur un corps. Et plus tu vieillis, plus tu ressens ce millage, a soutenu Gott.
«C'est comme une voiture qui a beaucoup roulé. Les bobos finissent par ressortir, a-t-il ajouté.
«Mais comme ces voitures, si tu en prends bien soin, tu effectues tes suivis médicaux, tu peux prolonger de beaucoup ta durée de vie dans cette ligue», a noté pour sa part Rogers du haut de ses 6'4'' et 319 livres.