Henry Burris à la retraite, Trevor Harris entame la saison en tant que quart-arrière numéro un du Rouge et Noir. Il veut que l'équipe gagne plus souvent à domicile en 2017.

Le Rouge et Noir se tourne vers Harris

Aucun discours afin de fouetter ses coéquipiers ne sera préparé. Trevor Harris compte laisser parler son coeur dans le vestiaire du Rouge et Noir.
« Je me doute bien qu'on va se tourner vers moi pour dire un truc inspirant avant la première partie. Je vais partager tout simplement ce que je ressens à ce moment-là », a raconté le vétéran âgé de 31 ans, jeudi, à la veille du lancement de la nouvelle saison de football à Ottawa. Le plus gros changement dans la capitale se retrouve justement à la position de quart-arrière.
Henry Burris à la retraite, c'est place à Harris, le nouveau numéro un incontesté. « Je n'ai rien à prouver. Je vais continuer à être moi-même et jouer de la même façon qu'auparavant », a-t-il assuré.
Un peu tout le monde se demande quelle version de Harris se pointera sur le terrain. Est-ce que ce sera le Trevor dominant qui avait complété 82,1 % de ses 129 passes pour 1499 verges, neuf touchés et une seule interception avant de se blesser lors de la cinquième semaine de la saison en 2016 ?
Ou est-ce qu'il s'agira du Trevor qui a été limité à cinq passes de touchés à ses quatre derniers départs, l'an dernier ? Le principal intéressé a disputé seulement deux séquences offensives lors des deux joutes hors-concours au camp d'entraînement. Sauf qu'il a été étincelant avec 12 passes complétées, 145 verges et un touché.
« Je m'attends à ce que tous les morceaux tombent en place à l'attaque dès le départ. Ça va chauffer vite », a soutenu Harris, qui retrouve des visages familiers chez les receveurs. Greg Ellingson, Brad Sinopoli et Juron Criner ont capté ses passes l'an dernier. Puis les nouveaux venus Kenny Shaw et Diontae Spencer étaient ses coéquipiers chez les Argonauts de Toronto en 2015.
Un truc lui tient à coeur à quelques heures du botté d'envoi.
« Il faut mieux jouer à domicile. Nous sommes l'envie de la ligue avec notre solide noyau de partisans et l'atmosphère incroyable qui règne à la Place TD. »
L'an dernier, le Rouge et Noir n'a gagné que deux de ses neuf parties en saison régulière à Ottawa. « Je ne sais pas comment l'expliquer. On jouait tout simplement de façon moche par moment. Comme je mentionnais, je m'attends à nettement mieux. »
Jouer devant son jumeau
Une recrue a hâte de jouer un premier match local. Choix de deuxième ronde au dernier repêchage, Anthony Gosselin évoluera sur les unités spéciales contre les Stampeders de Calgary. Il sera surtout utilisé pour bloquer sur les retours de bottés de dégagement et d'envoi.
Le centre-arrière s'est bien débrouillé lors des deux parties hors-concours du Rouge et Noir. « J'ai hâte maintenant de jouer contre les meilleurs joueurs de chaque club de la ligue », a soutenu Gosselin, qui a dû acheter trois billets pour sa famille originaire de Mont Saint-Hilaire. Son jumeau Cédric assistera à ses débuts vendredi soir, tout comme sa mère Glorine et son père Michel.
Quant aux proches du receveur recrue Josh Stangby, ils suivront la partie via le web. Sa conjointe se trouve en Californie où elle a donné naissance au premier enfant du couple, il y a trois semaines.
Stangby a suivi l'accouchement via FaceTime. Il a hâte d'être réuni à sa famille, le mois prochain. « J'ai surtout hâte de tenir enfin notre bébé et la voir sourire en personne », a-t-il souligné.