Antoine Pruneau
Antoine Pruneau

Le Rouge et Noir reprend l’entraînement dans l’incertitude

Antoine Pruneau était enjoué au début de l’entrevue, un peu moins vers la fin.

Ce qui rend le capitaine du Rouge et Noir heureux ces jours-ci? Fiston Charles Henri fait enfin ses nuits pour la première fois depuis sa naissance, il y 13 semaines.

«Il dort pendant sept à huit heures. Quand je me lève le matin, je suis très content de lui. Tellement que je le félicite», lance le maraudeur québécois en riant.

L’autre truc qui lui arrache un petit sourire en ces temps difficiles? Quelques-uns de ses coéquipiers et lui ont pu recommencer à s’entraîner à la Place TD depuis lundi.

Le Rouge et Noir a pu ouvrir les portes de sa salle de conditionnement physique pour la première fois depuis la mi-mars tout en respectant des règles sanitaires strictes.

«Deux athlètes à la fois avec deux membres du personnel. Tu as un bloc de deux heures, relate le vétéran de six saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF).

«Quand on arrive au stade, il faut se désinfecter les mains. Tu dois répondre à un questionnaire et faire prendre ta température. Il faut porter un masque pour se déplacer et tu ne te promènes pas partout. Une fois à ta station, tu peux enlever ton masque et t’entraîner. Une fois que tu as terminé, les poids et autres équipements sont désinfectés.»

Peu de joueurs du Rouge et Noir se sont pointés à la Place TD en cette première semaine.

«Parce que ce n’est pas tout le monde qui est ici. Plusieurs gars sont chez leurs parents. Une bonne partie sera de retour la semaine prochaine. Nous devrions être une douzaine à prendre notre tour pour s’entraîner.»

Les séances d’entraînement individuelles sur le terrain extérieur devront attendre. La surface synthétique doit être changée dans les prochaines semaines. Les travaux qui étaient prévus à la fin mars ont dû être retardés en raison de la COVID-19.


« Je sens qu’il y a une tension entre les clubs dans la ligue. »
Antoine Pruneau

Pruneau tenait à rendre hommage au personnel du Rouge et Noir. «On parle souvent comment l’organisation fait bien les choses. Je me sens tout à fait en sécurité avec les mesures que l’équipe a prises», dit-il.

Le ton de sa voix change quand il est question du sort de la saison 2020 repoussée pour l’instant à l’automne. Le commissaire Randy Ambrosie n’a pas exclut un calendrier plus court ou tout simplement l’annulation de tous les matches.

«Ça sera plate qu’on s’entraîne chez nous et maintenant au stade pour rien. Ce que je trouve frustrant, c’est quand je regarde une organisation comme la nôtre qui est bien intentionnée, qui est prête à faire des sacrifices pour la tenue d’une saison. Mais je ne sais pas si c’est le cas ailleurs dans certaines équipes. Je sens qu’il y a une tension entre les clubs dans la ligue.»

L’autre source de frustration? L’attente. Et le manque de communication de la LCF avec ses joueurs, qui n’ont aucune idée s’ils touchent un chèque de paie en 2020.

Certains gros noms menacent de se dénicher un autre emploi et simplement tourner le dos au circuit.

Représentant du Rouge et Noir au sein du syndicat des joueurs, Antoine Pruneau rappelle que ses collègues et lui n’ont pas accès à un programme d’aide du gouvernement fédéral, qu’ils se retrouvent dans une zone grise.

«Oui, je suis moins enjoué que l’habitude. J’essaie de garder espoir qu’une solution sera trouvée pour jouer au football. Mais quand je vois mon fils, je pense à son futur en 2020, à savoir si son père aura un chèque de paie.»