L'équipe a libéré Ray Early, qui a été parfait lors du match hors-concours jeudi contre Hamilton.

Le Rouge et Noir ramène Maher

Brett Maher venait de compléter sa deuxième journée d'entraînement, dimanche matin, à la Place TD. Le botteur avait encore de la misère à croire qu'il était de retour chez le Rouge et Noir.
Les partisans aussi se creusent les méninges depuis samedi. Les champions de la coupe Grey ont libéré Ray Early, qui a été parfait lors du match hors-concours jeudi contre Hamilton de même que lors des quatre dernières parties en 2016.
Rien ne laissait présager son départ. Encore moins qu'il soit remplacé par Maher, le héros de la première victoire de l'histoire du Rouge et Noir en 2014 avec six placements dans un match contre Toronto.
« Tout est évalué chez nous, autant les parties hors-concours que les pratiques. De ce que nous avions vu de lui (Early) depuis le début du camp d'entraînement, nous n'avions pas assez confiance pour continuer à aller de l'avant avec lui », a expliqué le directeur général Marcel Desjardins.
Maher, 27 ans, était sans emploi depuis sa participation au mini-camp des Browns de Cleveland ce printemps. Il a passé la saison précédente chez les Tiger-Cats de Hamilton, réussissant 41 de ses 50 tentatives de placement tout en conservant une moyenne de 45,9 verges pour les dégagements.
Ce dernier évoluait au Tim Hortons Field, reconnu comme le pire stade pour les botteurs à travers la LCF. Le vent ne cesse de changer de direction en bordure du lac Ontario.
Maher avait entamé sa carrière à Ottawa en 2014. Une blessure à la hanche l'a limité à seulement quatre parties en 2015.
« C'est un gars qui a prouvé qu'il est capable de s'occuper de toutes les facettes des bottés à un haut niveau. Il connaît aussi très bien notre philosophie. Il est respectueux et possède une personnalité qui correspond bien dans notre équipe. »
Maher aurait touché un boni à la signature afin de se joindre au Rouge et Noir. Ce qui vient confirmer à quel point le Rouge et Noir tenait à l'amener dans ses rangs.
À moins d'une surprise, l'organisation ira de l'avant avec un seul botteur pour effectuer les placements, les dégagements et les envois. L'ancien des Carabins de l'Université de Montréal, Zack Medeiros, risque d'aboutir au sein de l'alignement de pratique en début de saison.
« Tu ne sais jamais ce que la vie te réserve », a avoué le principal intéressé.
« Je n'avais jamais fermé la porte à un retour ici. J'entretenais une bonne relation avec l'entraîneur-chef Rick Campbell. Mais je suis surpris. J'étais chez moi il n'y a pas si longtemps. J'ignorais ce que l'avenir me réservait. »
Brett Maher possède encore plusieurs amis au sein de l'équipe. Il a vu les bagues que ces derniers ont reçues pour souligner leur conquête de la coupe Grey.
« Je me garde les doigts croisés que cette équipe va gagner encore d'autres gros bijoux. Je suis un peu jaloux d'avoir manqué mon tour l'an dernier. »
Pour l'instant, on le verra porter le numéro 13. À son premier séjour à Ottawa, il avait hérité du numéro 3.
En ce moment, deux joueurs portent ce dossard, soit Corey Tindal en défensive et Daje Johnson à l'offensive.
« Le choix de mon numéro s'avère la dernière de mes préoccupations. Je veux avant tout retrouver mes points de repère et être prêt en vue du début de la saison », a soutenu Brett Maher, qui est devenu papa une deuxième fois depuis son départ de la capitale nationale.
Y a-t-il possibilité d'un troisième enfant pour sa conjointe et lui ?
« Ce n'est pas dans les plans, mais comme j'ai pu le réaliser ces derniers jours, la vie réserve son lot de surprises. »
Des réservistes amochés
Appuyé contre des béquilles, Matt Albright regardait ses coéquipiers s'amuser sur le terrain sans lui. Il devra s'y habituer.
Le polyvalent joueur de ligne offensive ratera plusieurs semaines après s'être déboité le genou droit lors du premier match hors-concours. En coulisses, on dit que son absence pourrait atteindre le cap des deux mois.
« Ça reste à déterminer, mais au moins il n'est pas fini pour la saison », se consolait le directeur général Marcel Desjardins.
C'est moins encourageant par contre pour deux autres joueurs de ligne offensive. Pierce Burton et Randy Beardy bataillaient pour un poste de réserviste. Le premier, un bloqueur format géant, s'est déchiré des ligaments au genou gauche. Il ne jouera pas en 2017.
Quant à Beardy, ça semble se diriger vers un pronostic similaire. Sauf que le verdict final n'est pas encore tombé.
L'équipe connaîtra l'ampleur des dégâts une fois que le gros joueur canadien se retrouvera sur la table d'opération. La bonne nouvelle ?
Aucun des gros morceaux au sein de la ligne à l'attaque n'est amoché. SirVincent Rogers, Jon Gott et Jason Lauzon-Séguin sont en santé. Même que Nolan MacMillan a repris l'entraînement durant le week-end à leurs côtés. Alex Mateas complétait le quintette.
Reste qu'Albrigh était le pneu secours en cas de blessure.
« La bonne nouvelle, c'est que nous avons Evan Johnson ici en plus de quelques autres Canadiens. Nous allons pouvoir nous débrouiller », a assuré Desjardins.
Johnson, c'est le choix de première ronde du Rouge et Noir au dernier repêchage.
« Il a bien fait lors du match hors-concours. Il semblait bien à sa place. Il a des choses à améliorer, mais si nous devions l'avoir en uniforme pour des parties en saison régulière, nous ne serions pas inquiets », a ajouté le dg en parlant de la recrue de 6'4'' et 280 livres originaire de la Saskatchewan.
Ça, c'est le bilan de santé au sein de la ligne offensive.
Sonné contre les Tiger-Cats, le quart substitut Drew Tate n'a pas participé aux entraînements du week-end. Dans l'entourage de l'équipe, on refuse de prononcer les mots commotion cérébrale. On affirme toutefois vouloir être prudent dans le cas du vétéran de huit saisons.
Quant au secondeur natif d'Aylmer, Ron Omara, il s'est contenté de pédaler sur le vélo stationnaire dimanche. Il devrait être en mesure d'affronter les Alouettes de Montréal, jeudi prochain, lors du dernier match hors-concours.