Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, ne s’attend pas à ce que le dossier de l’embauche du quart-arrière Nick Arbuckle se règle dans les prochains jours.
Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, ne s’attend pas à ce que le dossier de l’embauche du quart-arrière Nick Arbuckle se règle dans les prochains jours.

Le Rouge et Noir prône la patience avec Arbuckle

Quatre jours plus tard, ça jasait encore de la transaction qui a permis au Rouge et Noir de mettre la main sur le quart-arrière américain Nick Arbuckle.

Il s’agissait d’un des sujets de discussions en coulisses, mardi, lors de l’ouverture des assises hivernales de la Ligue canadienne de football (LCF) à Blue Mountain, en Ontario. Tous les dirigeants des neuf équipes y participent, dont Marcel Desjardins.

Le DG franco-ontarien a cédé un choix de troisième ronde vendredi aux Stampeders afin d’obtenir les droits sur Arbuckle, qui peut devenir joueur autonome le mois prochain. 

Si le quart accepte un contrat avec Ottawa, sa nouvelle formation va inverser aussi son choix de première ronde, le tout premier au total, avec Calgary, qui doit sélectionner sixième en ce moment en mai.

« J’espère qu’on pourra le mettre sous contrat, mais on ne sait jamais », a lancé Desjardins au bout du fil.

Ce dernier a déjà jasé « brièvement » avec Arbuckle. « Pour me présenter, parler un peu de ce que nous pouvons lui offrir ici à Ottawa », a-t-il précisé.

L’agent du joueur a aussi été approché. Mais aucune négociation n’a eu lieu pour l’instant, a confirmé Desjardins.

En fait, la patience sera de mise pour les amateurs qui souhaitent une mise sous contrat rapide du nouveau quart-arrière numéro un du Rouge et Noir.

« C’est un peu difficile en ce moment. Nos coaches ne seront pas à Ottawa avant la fin du mois. Je ne m’attends pas à ce que ce soit quelque chose qui sera réglé d’ici quelques jours », a affirmé Desjardins.

Âgé de 26 ans, Nick Arbuckle a obtenu sept départs chez les Stamps en 2019 pendant l’absence de Bo Levi Mitchell. Il a complété 73,1 % de ses passes, un sommet dans la LCF.

D’autres statistiques ? Il a amassé 2103 verges par la voie aérienne, dont 11 touchés, tout en étant intercepté que cinq fois. Il a ajouté quatre touchés au sol.

« C’est un gars qui ne prend pas beaucoup de mauvaises décisions sur le terrain. Il distribue bien le ballon, a souligné Desjardins.

«Selon les informations que nous avons obtenues, c’est un gars intelligent qui est capable d’assimiler rapidement l’information. Puis il a gagné beaucoup de matches.»

Le nouvel entraîneur-chef Paul LaPolice a eu son mot à dire dans la transaction qui a amené Arbuckle à Ottawa. Reste à voir s’il pourra le convaincre d’apposer sa signature sur un pacte avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

Les Argonauts de Toronto avaient aussi discuté avec Calgary afin d’obtenir les droits du quart américain de 6’1’’ et 213 livres. Leur nouvel entraîneur-chef, Ryan Dinwiddie, a dirigé Nick Arbuckle chez les Stamps la saison dernière à titre d’instructeur des quarts.

Le Rouge et Noir espère refaire le même coup qu’en février 2016 quand il avait embauché Trevor Harris. Ce dernier avait connu du succès durant les quelques départs obtenus auparavant lors de son séjour chez les Argos.

On connaît la suite. Harris est devenu un des meilleurs quarts de la LCF, menant Ottawa au match de la Coupe Grey en 2018. Il a quitté l’organisation l’an dernier, se joignant aux Eskimos.

Son départ a laissé un gros trou à l’attaque que Dominique Davis, Jonathon Jennings et Will Arndt n’ont pu combler la saison dernière.

+

DESJARDINS DEMEURE INÉBRANLABLE

Marcel Desjardins était un amateur de lutte durant son enfance à Burlington, non loin de Hamilton. Il connaît bien le concept du bon gars qui devient parfois le vilain dans le ring du jour au lendemain.

Le DG du Rouge et Noir s’est retrouvé dans un rôle similaire la saison dernière alors que son équipe a dégringolé au dernier rang du classement général. Il est devenu le bouc émissaire des partisans qui l’ont critiqué pour les déboires d’une franchise ayant participé trois fois au match de la Coupe Grey en quatre ans.

Les mêmes amateurs qui l’avaient applaudi lors des cinq années précédentes pour avoir assemblé une des puissances de la LCF.

« Je ne suis pas une personne qui va être affectée par ça », a assuré Desjardins, deux mois après la fin de cette saison horrible du Rouge et Noir, qui n’a gagné que trois de ses 18 parties en 2019.

« Ça n’a pas changé grand-chose. Je demeure fidèle à mes habitudes. Mes décisions ne seront jamais influencées par ce que les gens pensent », a ajouté Desjardins. Ce dernier avait été montré du doigt d’abord pour les départs de Harris, Powell, Ellingson et Rogers en février. Leurs remplaçants n’ont pas fait le travail.

Puis il y a l’entraîneur-chef Rick Campbell qui a démissionné en novembre. « Je connais la vérité. Je connais les circonstances. Je ne commenterai pas plus que ça, mais je peux dire que les gens ne savent pas tout ce qui s’est passé », a dit le directeur général au sujet des nombreux changements à secouer le Rouge et Noir dans la dernière année.

« Je suis capable de vivre avec moi-même. J’ai tout fait ce que je pouvais. Je ne me laisse pas ronger par ça. »

Beaucoup de travail attend l’équipe de direction dans les prochaines semaines, même après l’embauche de nouveaux entraîneurs. Plusieurs joueurs de l’équipe se trouvent toujours sans contrat.

Dans le lot, il y a le botteur Lewis Ward, qui a obtenu des essais dans la NFL avant Noël. Aucune équipe ne lui a toutefois soumis jusqu’ici une offre de contrat, a appris Le Droit.