Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mickael Côté a aimé planter des carottes et autres légumes l’an dernier sur une micro-ferme biologique en Estrie. Mais il espère recommencer bientôt à plaquer des joueurs des Alouettes de Montréal et des autres clubs de la LCF en juin.
Mickael Côté a aimé planter des carottes et autres légumes l’an dernier sur une micro-ferme biologique en Estrie. Mais il espère recommencer bientôt à plaquer des joueurs des Alouettes de Montréal et des autres clubs de la LCF en juin.

Le Rouge et Noir pourra miser sur son fermier en 2021

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Mickael Côté a aimé planter des carottes et autres légumes l’an dernier sur une micro-ferme biologique en Estrie. Mais il espère recommencer bientôt à plaquer des joueurs des Alouettes de Montréal et des autres clubs de la LCF en juin.

Le secondeur québécois a accepté mardi un nouveau contrat d’une saison chez le Rouge et Noir, l’équipe qui l’avait repêché au quatrième tour en 2018. En 15 matches en carrière, il a réussi trois plaqués défensifs et deux autres au sein des unités spéciales.

Sa deuxième année chez les pros en 2019 avait été coupée court après quatre parties en raison d’une blessure au genou droit.

«Le genou va très bien. J’ai pu le mettre à l’essai durant la saison maraîchère. J’ai travaillé dans différentes façons. J’ose croire que tout est parfait, même si ce n’est pas le même test que sur un terrain de football», avoue Côté au bout du fil.

Ce dernier a profité de la pandémie pour se lancer les deux pieds et les deux mains dans son autre passion.

«L’agriculture», souligne l’athlète âgé de 28 ans. Il avait déjà entamé des études en ligne dans ce domaine à sa première saison à Ottawa.

En même temps, Côté s’intéressait au parcours du jardinier maraîcher Jean-Martin Fortier, qui s’est fait connaître ces dernières années pour sa promotion de l’agriculture bio-intensive au Québec.

Le joueur du Rouge et Noir a réussi à se faire embaucher à la première micro-ferme de Fortier, Les Jardins de la Grelinette, à Saint-Armand. Il a participé à la semence et la récolte de même que la vente des légumes.

«Tout est fait à la main sur une petite superficie très dense. Tu n’as pas de gros outils. C’est accessible à tout le monde puisque tu n’as pas besoin de gris investissement, raconte-t-il.

«Moi, j’ai adoré mon expérience. Ça ressemblait au même contexte que je retrouve au football. La saison commence en mai et se termine en novembre, beau temps mauvais temps. Tu es toujours dehors. Ça prend du coeur à l’ouvrage, car c’est très physique, même s’il n’y a pas la même adrénaline que lors d’une pratique ou un match de la Ligue canadienne!»

Mickael Côté a tellement aimé l’expérience qu’il veut lancer sa propre micro-ferme à moyen terme. «Après une autre saison d’apprentissage», précise-t-il.

Qui sait, ça pourrait même être plus tôt que prévu.

Beaucoup d’incertitude plane encore sur la tenue d’une saison 2021 de la LCF.

«J’espère qu’il y aura une saison. J’ai encore cette flamme nécessaire pour jouer au football. Mais en même temps, si jamais elle n’a pas lieu cette saison, je serai prêt à continuer en agriculture. Je me suis préparé à passer à autre chose, à faire un truc qui me passionne autant», souligne-t-il.

«C’était trippant d’assister à toutes les étapes de la chaîne d’alimentation, jusqu’aux clients aux marchés. De voir les clients revenir acheter de nos légumes et nous donner leur feed-back. Tu avais le sentiment d’être proche du monde, même en temps de pandémie!»

Ajoutez à cela que sa copine l’a joint aussi dans cette aventure agricole.

«Elle était comptable, mais en raison de la pandémie, elle a perdu son emploi. Elle a travaillé sur une autre ferme et elle aime ça aussi!»

Le Rouge et Noir a aussi confirmé mardi le retour du receveur américain Rafael Araujo-Lopes, qui avait connu un excellent début chez les pros à la fin de la saison 2019. Il avait capté six passes pour 57 verges en deux parties en plus de s’avérer un intrigant spécialiste des retours de botté.