Le Rouge et Noir a subi une humiliante défaite de 27-3 devant ses fans contre les Stampeders de Calgary, jeudi soir.

Le Rouge et Noir piétiné par les Stampeders

Les huées ont été plus nombreuses que les applaudissements, jeudi soir, à la Place TD.

Le Rouge et Noir a connu un des pires matches de son histoire devant 22 103 personnes, une de ses plus petites foules depuis son arrivée dans la LCF en 2014. Il a commis cinq revirements dans un revers de 27-3 aux mains de la seule équipe invaincue du circuit, les Stampeders de Calgary.

À quel point le club local a-t-il été mauvais ? Il a été limité à un premier jeu et... 27 verges de gain en première demie.

Les visiteurs menaient déjà 20-0 après 30 minutes de jeu.

À quel point le match a-t-il été pénible pour les amateurs ? Le fait saillant est survenu avant même le botté d’envoi lorsqu’un CF-18 a survolé le stade à deux reprises afin de souligner cette soirée en l’honneur des Forces armées canadiennes.

« C’est inacceptable, a soutenu le vétéran Jon Gott, membre du Rouge et Noir depuis l’an 1. C’était peut-être notre pire match de notre histoire. Il faut être meilleur que ça. Tout le monde. C’est aussi simple que ça. Sinon, la saison va être longue. »

Ses coéquipiers et lui, qui avaient marqué 25 points en première demie la semaine précédente à Montréal, ont maintenant été incapables de marquer un touché lors des six derniers quarts de jeu.

« On s’est fait battre tout simplement dans tous les aspects du jeu... à l’attaque, en défensive et sur les unités spéciales. Nous allons regarder la vidéo du match avec les joueurs demain afin de comprendre ce qui s’est passé », a dit l’entraîneur-chef Rick Campbell.

« Je peux dire que je n’aurais pu prédire un tel dénouement », a-t-il ajouté.

Le meilleur porteur de ballon de la LCF, William Powell, n’a pu faire mieux que... 17 verges au sol. Le quart-arrière Trevor Harris, lui, a complété 14 de ses 22 passes pour... 93 verges.

Ce dernier a été intercepté deux fois en première demie, ce qui lui a valu d’être nargué par la foule... et applaudi par le secondeur des Stampeders, Alex Singleton. La première a mis la table à un touché de Juwan Brescacin, la seconde à un éventuel placement de Rene Parades.

Campbell l’a retiré du jeu pour la dernière séquence offensive de la première demie, mais le réserviste Dominique Davis a raté ses deux passes.

Harris a repris son poste en deuxième demie. Il a mené son équipe à une verge de la ligne des buts de Calgary, mais les siens ont été incapables de marquer un touché, victime d’une coûteuse pénalité pour procédure illégale. Ottawa (2-2) a dû se contenter d’un placement de 11 verges du botteur Lewis Ward.

Harris et les siens n’ont jamais menacé les Stampeders par la suite.

On a bien revu Davis au quatrième quart, mais il n’a guère fait mieux en relève. Il a échappé le ballon à son tour, qui a été récupéré par un Davis des Stampeders, le redoutable Ja’Gared.

Quoi d’autre faut-il retenir ? Que le Rouge et Noir aura été incapable de profiter de l’absence de plusieurs gros noms à l’attaque des Stampeders ? L’équipe albertaine était déjà privée de son meilleur receveur en Eric Rogers et son meilleur porteur de ballon en Terry Williams. Puis elle a perdu les services de son quart-arrière Bo Levi Mitchell en fin de première demie, victime d’un plaqué à la hauteur des genoux de la part de l’ailier défensif Danny Mason.

Ottawa disputera son prochain match le 20 juillet. Les Lions de la Colombie-Britannique débarqueront à la Place TD.

>> Sommaire

« NOUS NOUS SOMMES FAIT BOTTER LE CUL »

Trevor Harris espère que le Rouge et Noir pourra se remettre de cette humiliante défaite à domicile.

« Nous nous sommes fait botter le cul. C’est aussi simple que ça », a reconnu le quart vedette de l’équipe, une quinzaine de minutes après le match. Il n’a pas cherché à éviter les journalistes.

Ce dernier les attendait devant son casier dans le vestiaire du Rouge et Noir. Son coéquipier Alex Mateas lui a donné notamment une petite tape d’amour sur les fesses pour lui remonter le moral.

« Je ne sais pas comment expliquer cette défaite. Ce n’est pas plaisant d’être debout ici et essayer de parler de ce qui s’est passé », a dit Harris.

« Il faut jeter cette partie à la toilette et tirer la chaîne. »

À quel point ce sera difficile de tourner la page ?

« Très difficile. Ces défaites peuvent te hanter longtemps si tu n’adoptes pas la bonne mentalité. Elles peuvent te suivre dans les prochaines parties. C’est le défi. Il faut revenir en force dès la semaine prochaine.»

Harris a répété que tous les joueurs devront être meilleurs contre les Lions. «Y compris moi», a-t-il lancé.

«Si vous voulez, vous pouvez me montrer du doigt pour ce revers. Ça ne me dérange pas. Je vais m’assurer que nous soyons meilleurs, que je sois meilleur lors du prochain match. C’est ma responsabilité en tant que quart-arrière.»

Non loin de lui dans le vestiaire, on retrouvait de loin le joueur qui a été le plus occupé chez le Rouge et Noir.

Richie Leone a effectué 10 bottés de dégagement, conservant une impressionnante moyenne de 50,7 verges. Son vis-à-vis chez les Stampeders, l’excellent Rob Maver, n’a pu faire mieux qu’une moyenne de 40,2 verges.

Ce qui a fait dire à un journaliste sur la galerie de presse que Leone aura de la misère à marcher à son réveil samedi matin tellement sa jambe droite a été sollicitée dans la défaite.