Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pendant que l’organisation confirmait le retour de plusieurs noms importants en vue d’une prochaine saison de la Ligue canadienne de football (LCF), elle a libéré un joueur de l’Outaouais dans les derniers jours. Ce qui explique pourquoi le départ de Daniel Omara est passé presque inaperçu.
Pendant que l’organisation confirmait le retour de plusieurs noms importants en vue d’une prochaine saison de la Ligue canadienne de football (LCF), elle a libéré un joueur de l’Outaouais dans les derniers jours. Ce qui explique pourquoi le départ de Daniel Omara est passé presque inaperçu.

Le Rouge et Noir libère un joueur gatinois

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Rouge et Noir comptera un joueur local en moins en 2021.

Pendant que l’organisation confirmait le retour de plusieurs noms importants en vue d’une prochaine saison de la Ligue canadienne de football (LCF), elle a libéré un joueur de l’Outaouais dans les derniers jours. Ce qui explique pourquoi le départ de Daniel Omara est passé presque inaperçu.

Le garde gatinois a été membre de l’équipe d’entraînement pendant la saison 2019.

«Je ne m’y attendais pas. Je croyais avoir bien progressé comme joueur depuis mon arrivée», avoue le colosse de 6’5’’ et 324 livres.

Ce dernier avait continué à faire ses devoirs durant la dernière année malgré l’annulation du calendrier régulier. Il se présentait à la Place TD afin de s’entraîner régulièrement lorsque les règles sanitaires lui permettaient.

Omara, 26 ans, assure qu’il n’est pas amer envers le Rouge et Noir, qui lui a donné sa première chance dans la LCF après son passage chez les Ravens de l’université Carleton. «J’aimerais en fait remercier la direction pour tout ce qu’elle a fait pour moi. J’ai apprécié l’opportunité qu’elle m’a offerte», dit-il.

«Et je veux dire que je serai prêt si jamais l’équipe me fait signe à nouveau.»

Omara était devenu le deuxième membre de cette famille du secteur Aylmer à faire partie du Rouge et Noir. Son frère Ron, âgé de 30 ans, a disputé huit parties à Ottawa en 2017 avant de se joindre aux Lions de la Colombie-Britannique.

Les deux frangins sont maintenant joueurs autonomes. Et ils ont toujours le désir de poursuivre leur carrière.

«Ce n’est pas la fin de mon rêve. Je continue à m’entraîner, comme je le fais depuis le début de la pandémie, pour jouer lors d’une prochaine saison.»

Le plus jeune des Omara garde la forme dans un gymnase aménagé dans la résidence familiale située non loin de l’école Vieux Vergers. Il va aussi effectuer sa course quotidienne à l’extérieur.

«Je fais le tour du quartier. Je dois m’assurer d’être prêt si une équipe me fait signe en vue d’un camp d’entraînement.»

Daniel Omara l’avoue. Il faut être discipliné et croire en son rêve pour ne pas sauter une journée d’entraînement ou ignorer sa diète d’athlète.

«Ce n’est pas facile. Mais en même temps, je n’ai pas le choix. Je veux être absolument en forme quand j’obtiendrai à nouveau une chance de me tailler un poste dans la LCF. C’est ça mon but. D’obtenir du temps de jeu.»

Le Rouge et Noir a été occupé depuis le début de janvier à négocier de nouvelles ententes avec ses joueurs. Il reste encore beaucoup de travail au directeur général Marcel Desjardins.

Notamment au chapitre de sa ligne offensive. Trois de ses membres, Jason Lauzon-Séguin, Evan Johnson et Mark Korte, peuvent tous devenir joueurs autonomes le 9 février prochain.