Deux quarts gatinois participent aux trois premiers jours du camp d’entraînement du Rouge et Noir. Michael Arruda (15) et Dimitri Morand (16) retourneront ensuite à leur équipe universitaire respective.

Le Rouge et Noir invite deux quarts gatinois

Un a grandi à Aylmer, l’autre à Hull. Dimitri Morand et Michael Arruda ont tous deux évolué dans la Ligue de football scolaire de l’Outaouais durant leur adolescence.

Le premier chez les Cyclones de l’école secondaire Grande-Rivière, l’autre chez les Falcons de Philemon-Wright. Ils ont chacun connu du succès en tant que quart-arrière dans les rangs collégiaux.

Un chez les Géants de Saint-Jean-sur-Richelieu, l’autre chez les Cougars de Lennoxville.

Arruda, 22 ans, brille à nouveau dans les rangs universitaires chez les Ravens de Carleton tandis que Morand, 21 ans, devrait être le quart numéro un des Carabins de Montréal l’automne prochain.

En attendant, voilà ces deux amis de l’Outaouais réunis sur un même terrain de football dans leur région natale. Le duo a été invité à participer au camp d’entraînement du Rouge et Noir, qui a commencé mercredi à la Place TD. Une aventure qui va durer pendant les trois premiers jours réservés aux recrues.

« Tu m’aurais dit que je serais ici il y a dix ans, je n’y aurais pas cru, a avoué Arruda, portant le numéro 15 à ses premiers pas chez les pros.

«C’est une super belle expérience que nous avons l’occasion de vivre. Nous allons pouvoir partager tout ce que nous avons appris avec nos coéquipiers à l’université lors de notre retour», a ajouté Morand, qui s’est vu remettre le numéro 16.

Leur présence à Ottawa se veut le résultat d’une initiative de la LCF qui encourage ses neuf clubs à inviter des quarts universitaires canadiens à ses camps d’entraînement. Il y a deux ans, la vedette de l’époque chez les Gee Gees, Derek Wendel, avait pu côtoyer pendant trois jours Henry Burris.

«C’est comme effectuer un stage en milieu de travail, a souligné Morand, qui a pu profiter des conseils de Trevor Harris. Les autres quarts ici nous ont beaucoup aidés derrière la ligne de mêlée.

«Le plus gros défi, c’est d’apprendre toutes les nouvelles terminologies», a enchaîné Arruda.

Ce passage chez le Rouge et Noir fait rêver les deux jeunes hommes. Surtout que le nouveau commissaire Randy Ambrosie semble sérieux dans son désir de faire une place de choix aux quarts canadiens dans son circuit.

L’an dernier, il y en avait seulement deux, Brandon Bridge et Andrew Buckley. Le premier a obtenu quelques départs chez les Riders de la Saskatchewan tandis que le second est devenu le spécialiste des faufilades à Calgary.

Buckley a toutefois annoncé sa retraite ce printemps. Quant à Bridge, il tente de convaincre Ambrosie d’obliger les clubs de la LCF à insérer un quart canadien dans leur alignement partant.

Sans surprise, Dimitri Morand et Michael Arruda espèrent que le commissaire donne suite à l’idée dans un avenir à court ou moyen terme.

«Il me reste encore quatre ans dans les rangs universitaires, a lancé Morand, qui fait 6’ et 200 livres.

«Moi trois, a ajouté Arruda du haut de ses 5’9’’ et 180 livres.

Ce dernier a souligné que les Argonauts de Toronto ont mis sous contrat le quart des Rams de Régina, Noah Picton, plus tôt cette semaine. «Il suffit que les équipes nous fassent confiance, a-t-il dit.

«Il y a de plus en plus de bons quarts qui s’en viennent», a lancé pour sa part Morand, qui a aidé le Canada à gagner l’or aux championnats du monde juniors en Chine en 2016.

Ce dernier n’exclut pas la possibilité de changer de position si nécessaire quand viendra le temps de faire le saut chez les pros. Un peu comme les Brad Sinopoli et Marc-Olivier Brouillette, devenus respectivement receveur à Ottawa et maraudeur à Régina.

«Je suis prêt même à devenir botteur s’il le faut afin de gagner ma vie en pratiquant le sport que j’aime, a affirmé Morand. Mais si j’ai le choix, c’est sûr que je veux demeurer quart-arrière.»

Tous les choix au repêchage sous contrat

Mark Korte était finalement sur le terrain en même temps que ses nouveaux coéquipiers. Même chose pour les six autres joueurs que le Rouge et Noir avait repêchés, il y a deux semaines.

L’organisation a réussi à mettre sous contrat tous ses choix au dernier encan de la LCF. Tout ça à quelques heures avant le début du camp d’entraînement.

Âgé de seulement 21 ans, Korte a été sélectionné en première ronde. Il s’avère un bloqueur à gauche, poste occupé en ce moment par le vétéran SirVincent Rogers.

Son nouveau patron, Marcel Desjardins, n’a pas exclu de le voir éventuellement à cette position. «Mais ce n’est pas dans nos attentes en ce moment. Nous n’avons nullement l’intention de précipiter les choses dans son cas, a-t-il dit.

À l’image des six autres sélections du Rouge et Noir au dernier repêchage, le choix de première ronde, Mark Korte, s’est entendu mercredi sur les termes d’un contrat avec l’équipe.

«Mais Jason Lauzon-Séguin l’avait fait à l’époque», a rappelé le directeur général en parlant du premier choix de l’équipe en 2016.

À mi-chemin de sa saison recrue, Lauzon-Séguin est devenu le bloqueur à droite du Rouge et Noir en route vers la conquête de la coupe Grey. Il entame sa troisième saison dans la LCF.

Le premier choix de l’an dernier, le garde Evan Johnson, a aussi terminé le calendrier régulier au sein de l’alignement partant.

«Il est athlétique et intelligent, mais il n’a que 21 ans. Il a besoin de grossir, devenir plus fort. Un peu comme Evan a réussi à le faire l’an dernier.»

Desjardins a répété que les sept choix au repêchage du Rouge et Noir possèdent «une chance légitime» de se tailler une place. En plus de Korte, il y a le receveur Marco Dubois, le secondeur Mickael Côté, le demi défensif Justin Howell de même que le plaqueur Kene Onyeka et les joueurs de ligne offensive Andrew Pickett et Jacob Czaja.

Onyeka et Howell ont évolué ces dernières années chez les Ravens de Carleton.

«Tous ces gars, qui proviennent des rangs universitaires canadiens, doivent s’ajuster au jeu qui est plus rapide. Certains joueurs sont capables de s’adapter plus rapidement que d’autres. Nous verrons au fur et mesure que le camp progresse», a soutenu Desjardins.

«Il y a des postes disponibles», a-t-il ajouté plus tard.

Harris, le spécialiste

Il n’y avait pas que des recrues mercredi sur le terrain. Le vétéran quart Trevor Harris s’est pointé plus tôt. On l’a surtout vu à l’œuvre au sein des... unités spéciales.

C’est lui qui tenait le ballon en place lors des tentatives de placement du jeune Lewis Ward, un produit des Gee Gees d’Ottawa. Ce rôle était occupé en 2017 par le quart substitut Drew Tate, qui a été libéré durant l’hiver.

«Ça se peut que l’on voie Travis tenir le ballon durant la saison. D’autres joueurs seront mis à l’essai», a indiqué l’entraîneur-chef Rick Campbell.