Vétéran de la LCF, le centre-arrière Patrick Lavoie trouvait effectivement que le rythme était bon pour une première journée de camp, surtout pour une nouvelle équipe.

Le Rouge et Noir est dans la bonne direction

Quelques joueurs du Rouge et Noir ont tenu un premier bain de foule hier soir dans la capitale, rencontrant des détenteurs d'abonnements dans un hôtel d'Ottawa en marge des assises de la Ligue canadienne de football qui y ont lieu.
Du nombre, le centre arrière québécois Patrick Lavoie, acquis des Alouettes de Montréal lors du repêchage d'expansion de la mi-décembre.
L'ancien du Rouge et Or de l'Université Laval est maintenant complètement remis du choc ressenti quand il a appris qu'il changeait d'équipe pour la première fois de sa carrière professionnelle.
«C'est certain, je suis content d'être ici, a-t-il confié hier après-midi après le dîner de remise du trophée de l'entraîneur de l'année dans le circuit. Tout le monde essaie de mettre ça en branle pour qu'on ait une très belle équipe. Tout le monde travaille dans le même sens, c'est excitant en ce moment.»
Le résident de Québec, qui est originaire de Mont-Joli, était particulièrement heureux d'avoir appris la veille la mise sous contrat du quart Henry Burris, pour qui il sera appelé à bloquer.
«En allant chercher un quart comme Henry, on s'en va vraiment dans la bonne direction. Même si c'est Kevin (Glenn), on sait qu'on va avoir quelqu'un (au quart) pour faire une très bonne job. Dans la Ligue canadienne, ça prend ça, le jeu est beaucoup axé vers la passe. Ça part bien une équipe. Mais ils ont bien fait aussi d'aller chercher des joueurs solides sur la ligne offensive. Tout est bien monté, c'est rassurant de voir ça», a-t-il ajouté, lui qui se dit totalement remis de l'opération pour une hernie discale au dos subie en début de saison dernière.
Chamblin honoré
Dans un autre ordre d'idées, le trophée Annis Stukus de l'entraîneur de l'année pour 2013 est allé à Corey Chamblin, qui a mené les Roughriders de la Saskatchewan à la conquête de la coupe Grey devant leurs partisans lors de sa deuxième saison à leur barre.
«Je partage ce trophée avec mon personnel d'entraîneurs... mais je vais garder le trophée dans mon bureau», a blagué Chamblin.
«Je me compte chanceux d'avoir connu du succès si tôt dans ma carrière d'entraîneur. Je vais essayer de continuer sur la même voie et ne pas me 'brûler' avec ce travail. Je me considère comme un leader qui a une vision, et mes adjoints sont ceux qui la réalisent», a-t-il ajouté.
Mbrassard@ledroit.com