Si les Lions battent les Argonauts samedi, la troupe de Rick Campbell passera directement en finale de l’Est.

Le Rouge et Noir encouragera les... Lions

Le Rouge et Noir a repris l’entraînement sous une pluie battante, jeudi, six jours après avoir conclu la saison régulière avec une troisième victoire de suite.

« C’est bon de pratiquer dans de pareilles conditions. Surtout que nous savons trop bien ce qui peut nous attendre dans les prochaines semaines », a rappelé l’instructeur-chef Rick Campbell, dont la casquette était bien détrempée durant sa mêlée de presse.

Ottawa avait dû disputer la finale de l’Est dans la neige l’an dernier. Il avait gagné cette joute contre les Eskimos d’Edmonton, accédant au match de la coupe Grey pour une deuxième année consécutive.

Pour l’instant, Campbell et ses joueurs ignorent toutefois quel chemin ils devront emprunter afin de se qualifier en vue du match de la coupe Grey qui aura lieu le 26 novembre à la Place TD. Est-ce que ce sera le long parcours qui nécessitera une participation à la demi-finale de l’Est ? Ou est-ce qu’ils obtiendront un laissez-passer pour la finale de l’Est ?

Le sort du Rouge et Noir se retrouve dans les mains des Lions de la Colombie-Britannique, qui affronteront les Argonauts de Toronto ce samedi à Vancouver. Une défaite des Argos donnerait le premier rang à Ottawa, qui éviterait de disputer la demi-finale de l’Est le 12 novembre.

« C’est clair que je vais me ranger derrière les Lions », a avoué le coordonnateur de la ligne offensive, Bryan Chiu.

Même réaction de la part de son patron. « Je compte bien regarder cette partie-là », a soutenu Campbell.

Un journaliste lui a rappelé qu’une victoire des Lions pourrait s’avérer un cadeau empoisonné. Oui, le Rouge et Noir accéderait directement à la finale de l’Est, le 19 novembre. Mais il se pointerait à cette joute en ayant disputé un seul match lors des 37 journées précédentes en raison du calendrier insensé de la LCF.

« Je prendrais volontiers ce scénario. Ça voudrait dire que nous aurions qu’une partie à domicile à gagner afin d’accéder au match de la coupe Grey. Tu ne peux pas demander mieux. J’espère qu’on se retrouve dans pareille situation », a répondu Campbell.

En attendant de connaître la date de leur prochain match et l’identité de leur prochain adversaire, le Rouge et Noir va continuer à soigner ses bobos. Les receveurs Quincy McDuffie et Joshua Stangby de même que le bloqueur SirVincent Rogers n’ont pas participé à l’entraînement jeudi.

Mais Rogers et Stangby devraient effectuer leur retour la semaine prochaine. Restera à voir alors qui écopera au sein de la ligne offensive. Est-ce que ce sera Jake Silas ou Jason Lauzon-Séguin ?

Encore là, les amateurs devront patienter encore quelques jours avant de connaître la réponse.

EN BREF

Une équipe réinventée

En 2013, un mois avant d’être réclamé au repêchage d’expansion par le Rouge et Noir, Zack Evans avait remporté le convoité trophée chez les Roughriders de la Saskatchewan. 

Ses coéquipiers et lui étaient sortis victorieux devant 44 710 personnes au Mosaic Stadium, à Régina. 

« C’était fou comme ambiance. C’était vert partout. C’était comme jouer un match à la maison », s’est rappelé le plaqueur canadien, jeudi, à quelques pas du vestiaire du Rouge et Noir à la Place TD. 

Ce dernier aimerait bien revivre pareille expérience, mais cette fois-ci à Ottawa. « Plusieurs de nos abonnés saisonniers ont acheté un billet en vue du match de la coupe Grey », a-t-il souligné. 

Evans avoue que les attentes étaient très élevées avant même le début de la saison. Tout le monde rappelait aux joueurs qu’ils avaient participé au match de la coupe Grey lors des deux années précédentes, gagnant en 2016. 

Est-ce cette pression qui explique que le Rouge et Noir a entamé le calendrier régulier avec une fiche de 1-6-1 ? « Les gens oublient que nous avons un alignement bien différent de l’année précédente. Il y a eu plusieurs changements importants. Il a fallu se réinventer. Ça nous a pris un certain temps avant de découvrir notre nouvelle identité. Je crois que nos trois victoires consécutives pour terminer la saison démontrent que nous serons dangereux en éliminatoires. »

Une pensée pour maman et papa

Diontae Spencer (photo) a hâte de revoir sa maman qui habite en Louisiane. 

Il compte lui remettre le ballon du dernier match du Rouge et Noir dans lequel le joueur âgé de 25 ans a battu un record de la LCF. 

Le receveur a récolté un combiné de 496 verges, dont 363 verges sur des retours de botté spectaculaires contre les Tiger-Cats de Hamilton. Une performance que sa mère a suivie au petit écran. 

« Elle regarde toutes nos parties... Elle va même les regarder une deuxième et troisième fois. Elle s’amuse à mettre en ligne sur les médias sociaux certains de mes jeux. » 

Spencer a multiplié les confidences, jeudi. Son père était barbier. Il est décédé lors du cambriolage de son commerce, il y a quelques années. « Je cherche encore à ce jour à obtenir des réponses », a avoué Spencer. 

Le drame est survenu lorsque le joueur évoluait dans les rangs universitaires à McNeese State. Pendant son séjour chez les Cowboys, il avait inscrit... cinq touchés durant une même partie. Trois avaient été réussis sur des retours de botté.