Trevor Harris a prouvé que la pression ne le dérangeait pas.

Le Rouge et Noir encore champion de la division Est

Les joueurs étaient détrempés et un brin gelés. Mais ça ne les empêchait pas de célébrer dans le vestiaire. Le Rouge et Noir venait de s’assurer du premier rang de la division Est pour une troisième fois en quatre ans.

Tout ça grâce à une victoire de 30-13 contre les Tiger-Cats de Hamilton, samedi soir, par un temps pluvieux et venteux au parc Tim Hortons. En plus de terminer au sommet de sa section, Ottawa (10-7) accède maintenant directement à la finale de l’Est qui aura lieu le 18 novembre à la Place TD contre ces mêmes Ti-Cats ou les Lions de la Colombie-Britannique.

« Nous sommes à une victoire de participer au gros show », a rappelé le quart-arrière Trevor Harris en prenant la parole devant ses coéquipiers.

Qui dit gros show, dit match de la coupe Grey à la fin du mois prochain à Edmonton. Un trophée que le Rouge et Noir a gagné en 2016.

Les joueurs écoutaient attentivement Harris. L’Américain âgé de 32 ans a solidifié son rôle de leader au sein de cette équipe lors des deux dernières parties remportées contre Hamilton.

Samedi, Harris a complété 23 de 30 passes pour 267 verges et trois touchés. Tout ça malgré le temps froid et des rafales atteignant 30 km/h.

Le quart-arrière du Rouge et Noir a notamment rejoint Diontae Spencer avec une passe de 79 verges contre le vent pour un touché au troisième quart. Un jeu qui portait l’avance des siens à 14 points.

La semaine précédente, Harris avait dirigé la remontée des siens, qui avaient comblé un retard de 16 points pour soutirer une victoire.

« Je pense que Trevor a prouvé à tous les gens qui doutaient de lui qu’il est capable de jouer à un haut niveau lors des matches très importants. Il n’a pas eu de revirements lors de ces deux derniers matches, a souligné le directeur général Marcel Desjardins.

«Il a démontré qu’il est très capable de faire le boulot.»

Diontae Spencer a capté une passe de 79 verges au troisième quart.

Desjardins toussait, résultat d’un virus qui ne le lâche pas depuis une semaine. Mais il s’avérait tout de même de bonne humeur.

On le comprend. Ottawa montre trois titres de section en cinq années dans la LCF. Ça reflète bien sur un curriculum vitae de dirigeant.

«Ça démontre que nous avons pris de bonnes décisions depuis la première année, tant au niveau du choix des joueurs que du personnel», a reconnu Desjardins.

Le secondeur Kyries Hebert a été un des nombreux joueurs qu’il a embauchés avant la présente saison.

«Nous venons de connaître notre meilleur match de la saison», a fait remarquer Hebert devant la caméra de TSN.

Ottawa a limité les Ti-Cats à quatre placements et un simple. La plus longue passe de l’adversaire a été de 27 verges.

Tout ça, on le rappelle, dans la pluie, le vent et le froid.

Une performance qui n’a pas surpris Desjardins.

«Nous avons prouvé à plusieurs reprises durant la saison, que ce soit à Winnipeg, Régina et maintenant Hamilton, que nous pouvons jouer très bien dans des conditions peu favorables, que la température ne dérange pas cette équipe.»

Sa formation disputera maintenant une partie sans signification pour clore le calendrier régulier. Les Argonauts de Toronto seront à Ottawa vendredi.

Plusieurs membres de l’alignement partant pourraient rater ce match, a laissé entendre Marcel Desjardins.

+

PRUNEAU A VU JUSTE À HAMILTON

Une deuxième carrière en tant que devin attend peut-être Antoine Pruneau.

Le maraudeur étoile du Rouge et Noir, qui a raté les quatre dernières parties des siens en raison d’une blessure à la main droite, avait accompagné l’équipe à Hamilton. Il a même effectué une prédiction quelques heures avant le match.

« Il m’a dit que j’étais dû pour réussir ma première interception en carrière. Il m’a dit que c’était mon tour », a relaté son coéquipier et colocataire Jean-Philippe Bolduc.

Jean-Philippe Bolduc a capté sa première interception en carrière.

Pruneau a vu juste. Son ami a mis les mains sur une passe du quart-arrière des Tiger-Cats avec trois minutes à écouler à la partie pour sceller la victoire des siens.

« Ça fait du bien de contribuer défensivement », a avoué Bolduc, le capitaine des unités spéciales qui a été appelé à remplacer Pruneau durant son séjour à l’infirmerie.

Le principal intéressé a conservé le ballon de cette interception. Il lui a même trouvé une place de choix dans son appartement.

« Sur la petite étagère de notre bibliothèque. Il va rejoindre les ballons des interceptions d’Antoine, nos bagues de la coupe Grey et nos casques du Rouge et Noir », a souligné Jean-Philippe Bolduc.

Ce dernier s’est même permis de taquiner Pruneau, lui disant qu’il était peut-être en vue de lui ravir son poste de façon permanente.

« J’espère bien le revoir d’ici la fin de l’année, a ajouté Bolduc sur un ton plus sérieux. Je suis optimiste. Nous allons être contents de le ravoir. »

On dit que le numéro 6, qui porte encore un plâtre, serait prêt en vue de la finale de l’Est. Il a encore une quinzaine de jours devant lui pour se remettre complètement de cette opération subie  lors de la dernière semaine de septembre.