Le Rouge et Noir tente de se remettre ces jours-ci de sa cuisante défaite de 31-1 subie vendredi dernier contre les Blue Bombers. Il affrontera les Stampeders de Calgary, jeudi, à la Place TD.

Le Rouge et Noir ébranlé

Même si le Rouge et Noir avait repris l’entraînement en vue de son prochain match, il a dû s’expliquer lundi sur sa dernière sortie marquée par une des pires défaites dans les six saisons de la franchise.

«C’était gênant pour tout le monde», a avoué le quart-arrière Jonathon Jennings au sujet du revers de 31-1 subi vendredi aux mains des Blue Bombers à Winnipeg. Il s’agissait d’un troisième revers de suite pour ses coéquipiers et lui qui avaient entamé la saison avec deux gains consécutifs.

Trois revers durant lesquels les finalistes de la coupe Grey n’ont pu faire mieux que 34 points tout en allouant 96 à l’adversaire. Ils ont gagné seulement 12 premiers jeux.

À son premier départ avec sa nouvelle équipe, Jennings a complété seulement six passes pour... 45 verges. Les Bombers ont marqué leur premier touché en interceptant un ballon lancé par le quart américain, qui ne s’est pas défilé lundi à son premier bain médiatique après ce revers.

«C’est frustrant ce genre de partie... Je ne me suis pas autoflagellé, mais ça me dégoûtait. Tu ressens toutes sortes d’émotions négatives. Tu ne veux jamais perdre, encore moins de cette façon. Mais tu veux au moins être combatif dans la défaite. Nous n’avons pas fait un bon travail dans toutes les facettes du jeu.»

À LIRE AUSSI: Les Blue Bombers écrasent le Rouge et Noir et demeurent invaincus

À quel point le Rouge et Noir a-t-il été mauvais? C’était la première fois de sa jeune carrière que le botteur vedette Lewis Ward n’a pas été appelé à effectuer une tentative de placement. Son équipe a rarement visité la moitié du terrain défendu par les Bombers...

C’est le genre de défaite qui peut marquer au fer rouge une équipe.

L’attaque ne produit pas. La défensive, qui devait être une des meilleures de la ligue, est plus trouée que du fromage suisse. La ligne offensive cède trop souvent.

Ajoutez à cela que les mordus du Rouge et Noir ont déjà perdu patience. On blâme un peu tout le monde pour le gâchis.

Quelle est la solution? «Réussir des jeux, a répondu l’entraîneur-chef Rick Campbell, visiblement agacé par ce qu’il voit.

«Nous n’en faisons pas en ce moment lors de moments clés, que ce soit en stoppant l’adversaire sur un jeu important ou en créant nous-mêmes un jeu important.»

Campbell n’a pas reculé sur un commentaire lancé vendredi immédiatement après la défaite à Winnipeg. Il avait dit que les adversaires du Rouge et Noir «n’ont pas peur» d’affronter son équipe.

«Il faut lancer le ballon profondément. En ce moment, les demis défensifs ennemis ne sont pas sur le qui-vive.... Il faut réussir quelques jeux afin que les autres clubs commencent à nous craindre.»

Le Rouge et Noir arrive au dernier rang de la LCF avec six jeux offensifs de 30 verges ou plus.

Le rare rayon de soleil à l’horizon? Ottawa affrontera les Stampeders de Calgary jeudi, une des deux équipes qu’il a vaincues jusqu’ici cette saison.

Jennings promet d’être meilleur, lui qui obtiendra un deuxième départ en relève à Dominique Davis, toujours blessé à une jambe.

«Je dois lancer le ballon plus rapidement et prendre des décisions plus intelligentes. Ça sera encore plus important face à Calgary, qui carbure justement aux revirements», a lancé le quart américain.

Les Stamps ont provoqué 17 revirements, un sommet jusqu’ici dans le circuit. Dans le lot, on retrouve 12 interceptions.

Le mot de la fin revient au garde Nolan MacMillan, un des trois joueurs qui a vécu l’affreuse saison inaugurale de 2014. L’équipe avait gagné que deux fois.

«Nous avions vécu de dures séquences lors de l’an Un... J’essaie de ne pas m’en rappeler, a-t-il commencé par dire, sourire en coin. Je peux assurer que personne n’a perdu espoir ici. La saison s’avère encore jeune. Il faut se rappeler que plusieurs joueurs se retrouvent dans de nouveaux rôles. Et il y a du talent dans ce groupe. Je ne suis pas inquiet.»

+

Le tattoo de l’emblème de la «French Mafia» sur un des avant-bras d'Antoine Pruneau

LA « FRENCH MAFIA » AMOCHÉE

Cinq parties ont été seulement disputées, mais l’infirmerie déborde déjà à la Place TD. Deux nouveaux joueurs du Rouge et Noir suivaient l’entraînement lundi bien appuyés contre des béquilles. La recrue Kishawn McClain et le secondeur Mickael Côté se sont blessés lors du dernier match.

Côté avait la jambe droite immobilisée dans une attelle. Quant à McClain, il avait obtenu vendredi un premier départ en l’absence du vétéran maraudeur Antoine Pruneau, dont la main gauche se trouve dans un plâtre.

«Ils seront absents pour une période prolongée», a confirmé l’entraîneur-chef Rick Campbell au sujet des deux nouveaux éclopés.

Pruneau et Côté ont vu un autre membre de la «French Mafia» tomber au combat durant l’entraînement. Jean-Philippe Bolduc a été impliqué dans une violente collision avec son coéquipier Chris Randle lors d’un exercice des unités spéciales. Ébranlé, il est resté allongé au sol longtemps avant d’être amené au vestiaire par les soigneurs.

Le Rouge et Noir est déjà privé de six partants en raison de blessures, dont Jonathan Rose et Danny Mason.

La rare bonne nouvelle? Le secondeur Kevin Brown a repris l’entraînement et pourrait affronter les Stampeders.

+

John Crockett

QUAND CROCKETT VOMIT EN DIRECT

Trois jours plus tard, le demi offensif John Crockett se fait encore agacer par ses amis et anciens coéquipiers dans la NFL. Ils l’ont tous vu être malade durant le revers du Rouge et Noir. Les caméras de TSN l’ont capté à vomir à quelques reprises durant une trentaine de secondes entre deux jeux à l’attaque.

«Malheureusement, tout le monde va se souvenir de mon premier départ dans cette ligue parce que j’ai régurgité de façon spectaculaire et que l’équipe s’est fait botter le derrière», a lancé l’ancien joueur des Packers de Green Bay.

«Tout le monde veut savoir ce qui s’est produit. Puisque c’était mon premier départ, je voulais m’assurer de ne pas être victime de déshydratation. Sauf que j’ai trop consommé des liquides. Puis à un moment, j’ai été cogné solidement à l’estomac. Vous avez vu ce qui s’est produit.»

Crockett préférait rire de sa mésaventure. En revanche, il aura été un des rares joueurs qui a brillé dans cette partie à sens unique, amassant 88 verges au sol. Il a aussi capté deux passes pour 20 verges.

«Je ne suis pas le genre de joueurs qui admire ses statistiques personnelles. La seule chose qui compte à mes yeux, c’est la victoire. Donc je ne suis pas heureux si on ne gagne pas», a-t-il averti.