Candidat au poste de bloqueur chez le Rouge et Noir, Stéphane Nembot s’avère un homme à multiples talents. Ce franco du Cameroun a déjà été un espoir de premier plan en basket-ball, étant recruté par UCLA avant d’opter pour le football. Il parle aussi 13 dialectes différents.

Le Rouge et Noir a son linguiste

Un moment, Stéphane Nembot passe de l’anglais au français pour échanger avec les membres de la « French Mafia » du Rouge et Noir. Plus tard, il discute en espagnol avec les trois joueurs mexicains repêchés par l’équipe.

Faites la connaissance du bloqueur de 6’6’’ et 318 livres qui possède l’histoire la plus captivante depuis le début du camp d’entraînement. Celle d’un homme de 27 ans qui a grandi au Cameroun, d’un type qui parle 13 dialectes différents.

Le récit d’un athlète francophone qui rêvait de jouer au basket-ball comme ses bons amis Pascal Siakam et Joel Embiid, devenus des vedettes de la NBA chez les Raptors de Toronto et les 76ers de Philadelphie. Il avait lui-même obtenu une bourse d’études à UCLA, alma mater des Kareem Abdul-Jabbar, Reggie Miller, Russell Westbrook et Lonzo Ball.

« Je suis arrivé aux États-Unis à l’âge de 16 ans. Puis à 18 ans, à ma dernière année au lycée, j’ai décidé d’essayer le football », a raconté Nembot, jeudi, après la séance d’entraînement des finalistes de la coupe Grey.

Les Buffaloes du Colorado l’ont attiré chez eux dans la NCAA. Puis la NFL l’a invité à son camp d’évaluation en 2016, ce qui lui a valu plus tard d’être embauché par les Ravens de Baltimore.

« J’ai passé deux ans dans la NFL avant qu’on mette fin à mon contrat en raison d’une blessure. Ça se passe comme ça là-bas. »

Du cartilage a été endommagé sévèrement dans son genou droit.

« Ça devait prendre au moins un an pour guérir. Ils (Ravens) n’avaient pas de temps pour attendre. Ils ont trouvé quelqu’un d’autre. »

À la Place TD, Nembot se retrouve sur un terrain de football pour la première fois depuis qu’il a été opéré en avril 2018.

« On m’avait dit que je ne jouerais peut-être même plus en raison de cette blessure. Mais j’ai réussi à trouver un bon chirurgien qui a inventé une méthode pour réparer ce genre de problème, il y a six ans. »

Le hic ? La patience serait de mise.

« Et je ne suis pas une personne trop patiente », a avoué le principal intéressé.

Son passage dans la LCF mettra à nouveau à l’essai sa patience. Il doit apprendre des règles différentes.

Puis il a toujours évolué en tant que bloqueur à droite. À Ottawa, on tente de le muter à gauche où un poste s’avère vacant.

« Il y a une grande différence. C’est comme toi. Tu es habitué de tout faire avec ta main droite et subitement, on te demande de tout faire maintenant avec ta main gauche. Ça demande une période d’adaptation. »

Stéphane Nembot apprend toutefois vite. Il s’avère une véritable éponge comme le démontrent ses talents de linguiste.

« Dans mon pays, chaque tribu a sa propre langue... Il y en a 260, a-t-il expliqué. Ma mère et mon père ne sont pas de la même tribu. C’est la même chose avec certains de mes cousins. »

À ses yeux, il devait maîtriser tous ces nouveaux dialectes. Ça évite notamment de possibles malentendus !

« Si tu ne veux pas qu’on dise du mal de toi dans tu vas visiter par exemple la tribu d’un oncle », précise-t-il en riant.

Tous ses proches demeurent encore au Cameroun. Il a dû se débrouiller seul à son arrivée en Amérique du Nord.

« Je suis retourné l’an dernier dans mon pays lorsque mon père est décédé. En ce moment, j’essaie de trouver une façon d’amener ma petite sœur au Canada pour ses études », a relaté le cadet de la famille Nembot.

Entre deux actitivés au camp d’entraînement du Rouge et Noir, ce dernier garde un œil sur le parcours de Siakam et des Raptors en finale de l’Association Est.

« Nous avons eu le même entraîneur de basket (...) On se parle encore. En fait, tous les athlètes professionnels qui sont originaires de Douala se connaissent bien. »

+

L’ancien des Alouettes, Nicolas Boulay, se plaît dans son nouveau nid

Une autre journée au camp d’entraînement, une autre séance qui prend fin plus tôt que prévu à la Place TD. Ça fait l’affaire des nouveaux venus qui découvrent que l’instructeur-chef Rick Campbell n’aime pas s’éterniser sur un terrain de football.

«L’équipe gagne depuis plusieurs années. Tu ne peux pas dire que la formule ne marche pas», a fait valoir le secondeur Nicolas Boulay, qui a passé les six saisons précédentes à Montréal. Tanné de perdre chez les Alouettes, il a décidé de se joindre ce printemps au Rouge et Noir qui a participé au match de la coupe Grey à trois reprises depuis quatre ans.

«Plusieurs choses ont motivé ma décision. Je m’en vais déjà sur ma septième saison. Le temps avance. Ottawa était l’équipe qui m’offrait la meilleure occasion de connaître du succès tout de suite.»

Considéré un des meilleurs joueurs de la LCF au sein des unités spéciales, Boulay croit avoir visé juste en optant pour la capitale. «C’est ma cinquième journée ici et je me sens déjà chez moi. Ça se passe super bien. J’ai beaucoup de plaisir», a-t-il précisé.

À Ottawa,  l’athlète âgé de 29 ans a retrouvé avec son ami Jean-Christophe Beaulieu qui a été son coéquipier pendant quatre ans à l’Université de Sherbrooke puis cinq autres années chez les Alouettes. Les deux joueurs partageront un logement pendant les six prochains mois.

Ajoutez à cela que le coordonnateur défensif Noel Thorpe l’a déjà dirigé à Montréal. Même chose pour l’entraîneur des secondeurs, Mark Nelson.

«L’organisation a tout fait pour que je me sente le bienvenu. Elle est tellement professionnelle, du haut jusqu’en bas.»

Un truc a vite retenu son attention.

«Nous aurons quatre à cinq physiothérapeutes à temps plein durant la saison. C’est énorme. Les joueurs peuvent tous se faire traiter sans devoir attendre des heures. Tout est axé sur les joueurs ici. On s’occupe de nous. C’est le fun de faire partie d’une organisation de la sorte.»

Il n’y a pas que son uniforme qui a changé  en 2019. Sa vie personnelle aussi. Boulay s’est marié deux semaines avant le début du camp.

Rouge et Noir

Dedmon veut reprendre sa place

Le Rouge et Noir d’Ottawa a besoin d’aide. N’importe quoi ! Juste une petite étincelle pourrait l’aider à sortir du marasme dans lequel il est plongé depuis bientôt six semaines.

Cette étincelle pourrait bien leur être fournie par une recrue qui s’apprête à quitter l’infirmerie.

Rouge et Noir

Les Lions dominent le Rouge et Noir 29-5

VANCOUVER — Mike Reilly a tout fait vendredi soir, menant les Lions de la Colombie-Britannique vers une victoire facile de 29-5 aux dépens du Rouge et Noir d'Ottawa.

Le vétéran quart a lancé deux passes de touché et pour des gains de 286 verges. Reilly a également parcouru 31 verges au sol et il a inscrit deux majeurs.

Il s'agissait de la première victoire des Lions (2-10) à domicile cette saison, mettant fin à une séquence de sept revers en Colombie-Britannique.

Le quart du Rouge et Noir Jonathon Jennings a lancé deux interceptions et il a obtenu 191 verges par la voie des airs. Il a été victime de quatre sacs par la défensive des Lions, qui a appliqué beaucoup de pression lors de cet affrontement.

Le Rouge et Noir (3-9) a encaissé un cinquième revers de suite.

L'équipe locale a ouvert le pointage dès la troisième minute de jeu, quand Reilly a rejoint le receveur Lemar Durant pour un jeu de 52 verges.

Les Lions ont ajouté un touché avant la fin du premier quart, quand Duron Carter a capté une passe de 28 verges de Reilly pour son premier touché dans l'uniforme de l'équipe de la Colombie-Britannique.

Le Rouge et Noir a voulu donner le ton au début du deuxième quart, effectuant un jeu truqué lors d'une feinte de dégagement, mais le gain de 35 verges d'Anthony Gosselin a été annulé en raison d'une pénalité.

Reilly en a profité pour porter un dur coup à ses adversaires avant de rentrer au vestiaire à la demie. Il a réalisé une course de trois verges jusque dans la zone des buts, procurant une avance de 21-0 aux Lions.

Les visiteurs ont donné des signes de vie quand Lewis Ward a réussi un botté de précision de 32 verges, mais Reilly a planté le dernier clou grâce à une faufilade d'une verge pour son deuxième touché au sol de la soirée.

Rouge et Noir

Au tour de Sinopoli de se blesser

La saison du Rouge et Noir ressemble de plus en plus à un épisode de trop d’un mauvais film d’horreur. Le prochain match de l’équipe a lieu justement un.... vendredi 13, à Vancouver.

Et il y aura un acteur important en moins dans l’alignement face aux Lions de la Colombie-Britannique. Après le maraudeur Antoine Pruneau, voilà au tour au vétéran receveur Brad Sinopoli de se blesser. Il n’a pas accompagné les siens dans l’Ouest canadien.

Rouge et Noir

Jennings affrontera son ancien club

Jonathon Jennings ne le cache pas. Son retour à Vancouver sera rempli d’émotions.

Le nouveau quart-arrière partant du Rouge et Noir affrontera son ancienne équipe, les Lions de la Colombie-Britannique, vendredi soir, au BC Place. Un stade dans lequel il a joué lors des quatre années précédentes.

Rouge et Noir

Saison finie pour Pruneau?

Une autre tuile tombe sur la caboche déjà très amochée du Rouge et Noir, qui devra se débrouiller sans son joueur le plus connu des partisans.

Antoine Pruneau s’est blessé à la jambe droite contre les Argonauts de Toronto, samedi, à la Place TD. Le directeur général Marcel Desjardins a confirmé au Droit que le maraudeur québécois « va manquer plusieurs semaines ».

Rouge et Noir

Bethel-Thompson brille et les Argonauts battent le Rouge et Noir 46-17

OTTAWA — McLeod Bethel-Thompson a lancé trois passes de touché et les Argonauts de Toronto ont gagné un premier match à l’étranger depuis 2017 en battant le Rouge et Noir d’Ottawa 46-17.

Bethel-Thompson a complété 26 de ses 39 passes pour 411 verges de gains et deux interceptions. Les Argonauts (2-9) ont marqué plus de 30 points pour une première fois cette saison et ont inscrit leurs premiers majeurs au sol de la campagne.

Le Rouge et Noir (3-8) a encaissé un quatrième revers d’affilée. Jonathon Jennings a été 32-en-41 pour 320 verges de gains, un touché et une interception.

Les Argonauts ont confirmé leur emprise sur la victoire au quatrième quart quand James Wilder fils a inscrit trois touchés, dont un à la suite d’un échappé de Mossis Madu à la ligne de 13 du Rouge et Noir en fin de rencontre.

Espérant réduire un peu l’écart, Lewis Ward a tenté un placement de 52 verges, mais il a raté la cible et les Argos ont accordé un simple.

Le Rouge et Noir a connu un faux départ en deuxième demie, alors que Brad Sinopoli a commis un échappé près du centre du terrain. Qudarius Ford a récupéré le ballon et a filé jusque dans la zone des buts, offrant une avance de 25-13 aux visiteurs.

Le demi de sûreté du Rouge et Noir Antoine Pruneau a quitté la rencontre tard au premier quart. Il a été aperçu sur les lignes de touche portant une botte protectrice à la jambe droite et utilisant des béquilles pour marcher.

Rouge et Noir

Déjà maintenant ou jamais chez le Rouge et Noir

Combien de matches le Rouge et Noir doit-il gagner d’ici la fin du calendrier régulier afin de participer aux éliminatoires pour une cinquième saison de suite?

Une question à laquelle l’instructeur-chef Rick Campbell n’a pas répondu directement, mercredi, après l’entraînement des siens à la Place TD. Il reste huit parties aux siens qui montrent une fiche de 3-7.

Rouge et Noir

Nouveau papa... et nouveau quart partant

Il n’y avait pas un joueur aussi heureux que Jonathon Jennings, mardi matin, sur le terrain de la Place TD.

Ses patrons venaient de le promouvoir au poste de quart-arrière partant du Rouge et Noir. Ajoutez à cela que la veille, l’Américain natif de Columbus était devenu papa pour la première fois.

Rouge et Noir

Davis a peut-être obtenu son dernier départ

Dominique Davis a été intercepté une fois de trop. Son avenir en tant que quart-arrière partant du Rouge et Noir sera maintenant débattu dans les prochains jours pendant que ses coéquipiers et lui profiteront d’une semaine de relâche après une autre défaite.

Ces derniers se sont inclinés 40-18 contre les Roughriders de la Saskatchewan, samedi soir, subissant un septième revers à leurs huit derniers matches. Ottawa montre une fiche décevante de 3-7 et risque de rater les éliminatoires après avoir participé au match de la coupe Grey l’automne dernier.

Rouge et Noir

Davis gaffe encore, Ottawa perd... encore

Le Rouge et Noir a encaissé une septième défaite à ses huit derniers matches, samedi soir, à Régina.

Ottawa (3-7) a accordé 28 points sur cinq revirements, s’inclinant 40-18 face aux Roughriders de la Saskatchewan (6-3). Trois de ces erreurs ont été commises par le quart numéro un Dominique Davis tôt dans la partie.

Ce dernier a été victime de trois interceptions lors des trois premières possessions à l’attaque des siens. Trois jeux qui ont mis la table à des touchés de quatre verges de William Powell et de 14 verges de Cody Fajardo de même qu’un placement de 46 verges de Brett Lauther.

C’était déjà 17-0 avec moins de trois minutes à écouler au premier quart.

Les visages étaient longs sur les lignes de côté du Rouge et Noir, désormais habitué aux gaffes de Davis qui a été victime maintenant de 14 interceptions en seulement huit parties.

Ce fut peut-être son dernier départ en carrière avec l’équipe.

L’entraîneur-chef Rick Campbell l’a retiré de la partie après sa troisième interception, le remplaçant par Jonathon Jennings, qui a mieux fait.

Ce dernier a complété une passe de 75 verges captée par Dominique Rhymes pour un touché vers la fin de la première demie, réduisant l’écart à 21-12.

Les Riders ont toutefois repris le contrôle en fin de troisième quart lorsque Fajardo a lancé une passe de touché de 15 verges au receveur Naaman Roosevelt. C’était 32-15.

Powell a inscrit son deuxième touché de la soirée contre son ancienne équipe sur une course de 23 verges dans les dernières minutes du match. Quelques secondes auparavant, Jennings s’était fait arracher le ballon des mains par la défensive de la Saskatchewan.

Jennings a complété 16 de ses 26 passes pour 208 verges et un touché. Le troisième quart du Rouge et Noir, Will Arndt, a été lancé dans la mêlée lors des séquences offensives, complétant quatre de cinq passes pour 22 verges.

Ottawa profitera d’une semaine de relâche pour réfléchir sur l’identité de son prochain quart partant. Car jamais ses partisans n’accepteront de revoir Davis aux commandes de l’attaque.

L’équipe profitera aussi de ce repos pour guérir. Déjà privée de 14 joueurs dont le nom se retrouve sur la liste des blessés à long terme, elle a perdu les services du bloqueur Stéphane Nembot et du demi offensif John Crockett tôt dans le match contre les Riders. Le centre-arrière Jean-Christophe Beaulieu, l’ailier défensif Nigel Romick et le secondeur Jerod Fernandez ont aussi visité l’infirmerie.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir ressemble aux Alouettes... de 2018

Pas facile d’être un joueur du Rouge et Noir ces jours-ci. Jean-Christophe Beaulieu en sait quelque chose. Il se fait taquiner en raison des insuccès du Rouge et Noir.

Les finalistes de la coupe Grey ont perdu six de leurs sept dernières parties après avoir entamé le calendrier régulier avec deux victoires impressionnantes. Ils occupent le troisième rang de la division Est avec une fiche de 3-6 derrière les Tiger-Cats de Hamilton et les Alouettes de Montréal.

Rouge et Noir

Paopao dirigera l’attaque du Rouge et Noir

Le Rouge et Noir tente par tous les moyens de survolter son attaque en panne. Sa dernière idée ? Remplacer l’instructeur responsable d’appeler les jeux offensifs durant les matches.

Winston October cédera sa place au vétéran Joe Paopao dès samedi à Régina contre les Roughriders. Avant-dernier au classement de la division Est, Ottawa (3-6) tentera alors de retrouver le sentier de la victoire après avoir perdu six de ses sept dernières parties.

Rouge et Noir

La patience des partisans s’effrite à la Place TD

La déception des partisans du Rouge et Noir a été entendue et vue par Antoine Pruneau, Ettore Lattanzio et leurs coéquipiers, samedi après-midi, à la Place TD.

Ils étaient plus de 23 000 spectateurs à assister à un autre revers des finalistes de la coupe Grey, qui se sont inclinés 21-7 aux mains des Tiger-Cats de Hamilton. 

Une partie marquée encore par l’incapacité de l’attaque à marquer un touché. 

Les sept points de l’équipe ont été l’affaire du botteur Lewis Ward avec deux placements et un simple.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir battu et hué chez lui

Les partisans du Rouge et Noir ont passé une partie de l’après-midi à huer leur équipe, samedi, à la Place TD. Plus précisément l’attaque, qui a gaffé encore une fois.

Les finalistes de la coupe Grey ont subi une sixième défaite en neuf sorties en 2019, s’inclinant 21-7 face aux Tiger-Cats de Hamilton. Ils ont été incapables de marquer un touché, bousillant une autre performance impressionnante de leur défensive qui avait provoqué trois revirements.

Antoine Pruneau et Anthony Cioffi avaient notamment réussi chacune des interceptions dans la zone des buts.

Mais leurs coéquipiers à l’offensive n’ont pu en profiter, récoltant que 97 verges lors de la première demie. Le quart-arrière Dominique Davis a souvent raté ses receveurs en plus de choisir de mauvaises cibles.

Ses receveurs ont aussi mal paru, dont Caleb Holley qui a mal réagi après avoir été incapable de capter une passe latérale au dernier quart. Le ballon a été récupéré par les visiteurs.

Davis a complété 20 de 40 passes pour 238 verges. L’entraîneur-chef Rick Campbell a bien tenté de secouer son équipe à la fin de première demie en insérant le réserviste Jonathon Jennings au poste de quart pour une séquence à l’attaque, mais rien n’a changé.

«Évidemment, c’est frustrant, a soutenu Campbell.

«Nous sommes incapables de marquer. Il y a plusieurs bons joueurs ici, de bons coaches et de bonnes personnes qui travaillent fort. Mais en fin de compte, il ne faut pas juste essayer. Il faut gagner.»

Ce revers contre les Tiger-Cats de Hamilton ne fera pas seulement mal à l’ego, mais également au classement de la division Est. Ottawa se retrouve avec une fiche de 3-6 à mi-saison.

Le scénario d’une exclusion des éliminatoires pour seulement une deuxième fois de son histoire semble réaliste.

«Il reste encore une demi-saison à disputer. Nous avons déjà gagné la coupe Grey en jouant du football parfois peu étincelant», a rappelé le plaqueur Ettore Lattanzio en rappelant la conquête de 2016.

Ses coéquipiers et lui avaient seulement gagné huit parties durant le calendrier régulier.

«À ce que je sache, la coupe Grey n’a jamais été remise à une équipe au mois d’août», a soutenu pour sa part Davis.

Reste à voir s’il sera le quart partant de l’équipe encore longtemps.

En plus de perdre ce match, le Rouge et Noir a vu la séquence parfaite du botteur Lewis Ward prendre fin quand ce dernier a raté une tentative de placement de 31 verges tôt en première demie. Il avait réussi 69 placements de suite en saison régulière, 30 de plus que le record précédent de la LCF.

La dernière fois qu’il avait raté la cible remontait à juin 2018.

«Ça prouve que Lewis n’est finalement pas un robot, qu’il est bel et bien un être humain, a commenté Rick Campbell.

«Ce fut une séquence remarquable. Il n’a pas seulement battu la marque précédente. Il l’a anéanti.»

Ward s’est repris plus tard dans la partie en réussissant ses tentatives de 26 et 40 verges.

Le Rouge et Noir affrontera maintenant les Roughriders de la Saskatchewan samedi prochain à Régina.

Rouge et Noir

Davis accepte les critiques

Le quart Dominique Davis se doute bien que tous les yeux seront encore tournés vers lui samedi alors qu’il va tenter de freiner une série de trois revers consécutifs à domicile du Rouge et Noir d’Ottawa.

Ses patrons n’ont pas caché cette semaine que sa façon de distribuer le ballon n’est pas optimale, notant en particulier que le vétéran Brad Sinopoli devrait être visé plus souvent. Avec des finalistes de la coupe Grey la saison dernière qui reviennent à la Place TD avec une fiche de 3-5 pour affronter les meneurs de l’Est, les Tiger-Cats de Hamilton (6-2), il pourrait y avoir de la grogne dans les gradins s’il connaît une autre sortie difficile.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir reste uni

Ça va bientôt passer ou casser pour le Rouge et Noir d’Ottawa.

Il va arriver à la mi-saison samedi quand les Tiger-Cats de Hamilton vont s’amener à la Place TD pour tenter de dompter leur bête noire, Ottawa ayant gagné leurs quatre derniers duels.

Sylvain St-Laurent

Sans quart, point de salut

CHRONIQUE / Matthieu Proulx avait vu juste. «Ça m’arrive, à l’occasion», lance l’ancien footballeur gatinois, devenu commentateur à RDS, au bout du fil.

Il y a six mois, environ, Proulx avait accordé une entrevue à notre collègue Martin Comtois. Selon sa lecture, le Rouge et Noir n’avait pas les moyens de perdre Trevor Harris.

Rouge et Noir

Dedmon sur la touche, Logan s’amène

Au football, la blessure de l’un fait souvent le bonheur d’un autre. C’est le cas cette semaine chez le Rouge et Noir d’Ottawa, alors que le spécialiste des retours de botté DeVonte Dedmon, qui faisait sensation à sa saison recrue, se retrouve sur la touche.

Pour compenser son absence et celle d’un autre receveur pouvant effectuer des retours, Rafael Araujo-Lopes, le d.g. Marcel Desjardins a fait appel à l’ancien Alouette Stefan Logan, qui a été mis sous contrat et placé sur l’alignement de pratique en attendant de savoir si ses services seront requis samedi contre Hamilton.

Rouge et Noir

Feoli-Gudino retranché par le Rouge et Noir

La « French Mafia » du Rouge et Noir d’Ottawa a perdu un de ses membres avec le plus d’ancienneté dans la Ligue canadienne de football lundi.

Alors que les joueurs de l’équipe profitaient d’une journée de congé avant de reprendre le collier mardi, la direction de l’équipe a annoncé le congédiement du vétéran receveur québécois Julian Feoli-Gudino, qui était pourtant un de ses partants récemment.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir s'incline face aux Eskimos d'Edmonton

EDMONTON —Le quart-arrière Trevor Harris a infligé un cinquième revers en six matchs à son ancienne équipe et les Eskimos d’Edmonton ont défait le Rouge et Noir d’Ottawa 16-12, vendredi soir.

Les Eskimos tiraient de l’arrière 12-10 à la mi-temps, mais ont réussi à combler le déficit en deuxième moitié pour améliorer leur fiche (5-3) et demeurer invaincus à domicile cette saison.

C.J. Gable a inscrit les deux touchés des vainqueurs, qui comptent parmi leurs rangs 13 anciens porte-couleurs du Rouge et Noir.

Le Rouge et Noir a conservé le troisième rang de l’Association de l’Est en vertu d’un dossier de 3-5.

Rouge et Noir

Retrouvailles entre le Rouge et Noir et Trevor Harris

Les quarts sont toujours sous les feux des projecteurs lors d’un match de football, mais ce sera encore plus le cas vendredi soir à Edmonton lorsque le Rouge et Noir d’Ottawa rendra visite aux Eskimos de l’endroit.

Après avoir mené la formation de la capitale à la finale de la coupe Grey en novembre dernier, Trevor Harris a quitté la Place TD dans des circonstances plutôt nébuleuses, une entente verbale ayant semble-t-il été annulée pour lui permettre de devenir joueur autonome et accepter une lucrative offre – plus de 500 000 $ par saison – du club de la capitale albertaine.

Rouge et Noir

Suspension terminée pour Bourassa

C’est avec un soupir de soulagement que Louis-Philippe Bourassa va réintégrer l’alignement du Rouge et Noir d’Ottawa vendredi à Edmonton.

Le spécialiste des longues remises sur les bottés a fini de purger une suspension de deux matches pour avoir échoué un test antidopage de la Ligue canadienne de football, une absence qui aurait pu s’avérer désastreuse pour le botteur de précision Lewis Ward.

Rouge et Noir

Rouge et Noir: Pruneau reprend sa place

Lors des trois derniers matches qu’il a ratés en raison d’une fracture à un pouce, Antoine Pruneau s’est senti « comme un jeune qui se fait dire qu’il est trop petit pour aller dans la plus grosse montagnes russes du parc d’attractions ».

Cette mauvaise sensation tire à sa fin pour le capitaine de la brigade défensive du Rouge et Noir d’Ottawa, alors le vétéran maraudeur était de retour à son poste à l’entraînement des siens mardi à la Place TD, son doigt qui a nécessité une opération étant protégé par un petit plâtre.

Rouge et Noir

DeVonte Dedmon: le « Pinball 2.0 » du Rouge et Noir

Rick Campbell ne peut s’empêcher de penser à Pinball Clemons en voyant la recrue DeVonte Dedmon s’amuser sur les retours de botté à ses premiers pas dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Comme un peu tout le monde, l’entraîneur-chef du Rouge et Noir a été épaté par la performance du petit joueur américain de 5’10’’ et 185 livres, vendredi soir, à Montréal. 

Dedmon a inscrit deux touchés sur des retours de botté de 111 et 95 verges.

Rouge et Noir

October revient au nid des Alouettes

MONTRÉAL — Winston October adore remettre les pieds à Montréal, la ville dans laquelle sa carrière dans la Ligue canadienne de football (LCF) a pris son envol de façon spectaculaire, il y a maintenant 20 ans.

L’entraîneur des receveurs du Rouge et Noir était devenu rapidement un favori de la foule du stade Percival-Molson en tant que joueur en 1999 et 2000, ses deux saisons chez les Alouettes. 

Il avait marqué notamment deux touchés sur des retours de botté de dégagement et un autre sur une tentative de placement raté, ramenant le ballon sur 111 verges.