Le Rouge et Noir a sélectionné plusieurs francophones au repêchage de la LCF dimanche soir, dont l'ailier défensif Eli Ankou, d'Orléans.

Le Rouge et Noir a repêché en français

Le Rouge et Noir n'a jamais aussi bien porté son nom francophone que lors du repêchage de la Ligue canadienne de football tenu pour la première fois un dimanche soir.
Les champions de la coupe Grey se sont tournés vers des espoirs du Québec à trois reprises lors des cinq premières rondes de l'encan des joueurs universitaires. C'est sans compter son choix de l'ailier défensif franco-ontarien Eli Ankou, d'Orléans.
« Nous choisissons toujours le meilleur joueur disponible. Des fois, la position du joueur peut influencer notre décision. Mais pas le fait qu'il soit francophone, même si ça peut être un atout pour notre organisation », a soutenu le directeur général Marcel Desjardins, qui avait opté pour un bloqueur des Huskies de la Saskatchewan au premier tour.
Evan Johnson, qui fait 6'4'' et 280 livres, a été un élève de l'ancien joueur étoile des Alouettes de Montréal, Scott Flory. Le même Flory qui a été longtemps le coéquipier de Bryan Chiu, maintenant l'entraîneur de la ligne offensive à Ottawa
Cette sélection a été applaudie par les partisans. Mais pas autant que celle du centre-arrière Anthony Gosselin et Eli Ankou, respectivement en deuxième et troisième rondes.
Le premier a fait ses classes chez le Vert et Or de l'Université de Sherbrooke tandis que le second a brillé à UCLA. Les deux joueurs tentent leur chance en ce moment dans la NFL.
Gosselin participera à un dernier entraînement chez les Chiefs de Kansas City, lundi matin. « J'étudie justement pour ça en ce moment », a-t-il dit lorsque joint par Le Droit.
Quelques minutes auparavant, il avait reçu un autre appel. Celui-là du Rouge et Noir.
« C'est le meilleur scénario qui pouvait arriver », a-t-il dit.
« J'avais déjà dit à Ottawa que c'est mon équipe préférée dans la ligue canadienne. Je peux dire que je n'avais pas dit ça aux autres clubs », a ajouté Gosselin, qui pourra délaisser son emploi à temps partiel.
« J'étais livreur chez St-Hubert », a-t-il souligné. Auparavant, l'athlète originaire de Mont-Saint-Hilaire était représentant à la Brasserie Labatt.
« Je plaçais les produits sur les tablettes des épiceries. »
Le Rouge et Noir s'avère son plan B si les Chiefs le libèrent. Même chose pour Ankou, qui partira mercredi vers le Texas. Il a été mis sous contrat par les Texans de Houston après le repêchage de la NFL.
« Si ça ne fonctionne pas là-bas, je peux te dire que je n'aurai pas à y penser pas deux fois pour revenir à Ottawa », a soutenu Ankou, qui a étudié à l'école secondaire Béatrice-Desloges. Je suis excité d'avoir été repêché par le Rouge et Noir.
« J'étais tellement content quand le directeur général et l'entraîneur m'ont parlé tantôt au téléphone », a ajouté Ankou, qui était classé deuxième plus bel espoir en vue de l'encan de la LCF. 
Sa mise sous contrat par les Texans a toutefois effrayé des clubs. Pas le Rouge et Noir par contre.
« Nous croyons qu'il sera un joueur dominant le jour qu'il décidera de venir chez nous », a soutenu Marcel Desjardins, qui a choisi par la suite le spécialiste des longues remises Louis-Philippe Bourassa en quatrième ronde.
Il s'agit d'un produit des Carabins de l'Université de Montréal, tout comme le joueur de ligne défensive Mathieu Dupuis, réclamé au cinquième tour. Ce dernier a été décrit comme un « bulldog » par le directeur général du Rouge et Noir.
« Il est fort et il dérange. Il s'agit d'une version plus imposante d'Ettore Lattanzio. »
Soirée émotive pour les espoirs locaux
Ce fut une soirée productive pour les produits locaux.
Six joueurs des Ravens de Carleton ont trouvé preneurs. Un porte-couleurs des Gee Gees aussi. C'est sans compter un receveur des Sooners d'Ottawa et un ailier rapproché de Gatineau.
Où commencer ? Par Oumar Touré, un ancien joueur des Griffons du Cégep de l'Outaouais qui a passé les quatre dernières saisons à l'Université de Sherbrooke. Il poursuivra sa carrière chez les Alouettes de Montréal, qui en ont fait leur dernière sélection en huitième ronde.
Si Touré a été le dernier espoir local réclamé, Nathaniel Behar, lui, a été le premier. Les Eskimos d'Edmonton ont appelé son nom au cinquième rang. Le receveur étoile des Ravens espérait aboutir chez le Rouge et Noir, qui l'avait embauché à titre de préposé à l'équipement lors du camp d'entraînement de l'équipe en 2015 puis en 2016.
« J'ai eu l'occasion de le voir de près ces dernières années », a rappelé Brock Sunderland, cet ancien adjoint au directeur général du Rouge et Noir devenu dg des Eskimos.
Le spécialiste des retours de botté des Ravens, Tunde Adeleke, a trouvé preneur chez les Stampeders de Calgary. Ses coéquipiers Nathaniel Hamlin et Zach Annen ont été choisis respectivement par la Colombie-Britannique et Montréal.
Les Alouettes ont aussi sélectionné le receveur Malcom Carter, un ancien des Ravens qui a évolué chez les Sooners. Ils ont aussi opté pour le demi défensif des Gee Gees, Ty Cranston.
Le joueur de ligne offensive Kwabena Asare, qui a aussi joué à Carleton, enfilera dorénavant l'uniforme des Eskimos.