Matt Carter, un demi inséré qui a disputé les deux dernières saisons à Edmonton.

Le Rouge et Noir a opté pour des noms moins connus

Signe ou ne signe pas à Ottawa ? C'était la question du jour, mardi, dans la capitale nationale alors que le marché des joueurs autonomes s'ouvrait dans la Ligue canadienne de football (LCF). Les yeux des amateurs étaient rivés vers le Rouge et Noir et son directeur général Marcel Desjardins.
L'équipe, qui a de l'argent à dépenser, cherchait à embaucher plusieurs agents libres, surtout des produits canadiens, afin de renflouer son alignement d'expansion. Restait à voir lesquels.
Ceux qui rêvaient au bloqueur Josh Bourke et au secondeur Shea Emry dans un uniforme rouge et noir seront déçus. Le premier a décidé de demeurer à Montréal tandis que le second a quitté le nid des Alouettes, optant pour l'offre des Argonauts de Toronto.
Qui a finalement abouti à Ottawa ?
Des noms moins connus comme Matt Carter, Kevin Scott et Derek Schiavone, un trio canadien.
Carter est un demi inséré qui a disputé les deux dernières saisons à Edmonton après avoir passé trois ans à Hamilton. Il a capté 52 passes pour 738 verges et quatre touchés en carrière.
Le second s'avérait le spécialiste des longues remises chez les Tiger-Cats. Scott, qui fait 6'3'' et 232 livres, est originaire d'Ottawa.
Quant à Schiavone, il a été botteur pendant quatre saisons dans la ligue. Il n'a toutefois pas vu d'action depuis novembre 2011.
« Ça faisait un bout de temps qu'on le considérait. Ça s'est finalisé aujourd'hui », a dit Desjardins en entrevue au Droit, hier, en parlant du botteur âgé de 28 ans.
Le dg ne semblait pas un gars découragé au bout du fil.
Tous les gros noms se sont retrouvés ailleurs. Il paraît que le demi défensif canadien Craig Butler, qui a été embauché par Hamilton, était dans la mire du Rouge et Noir.
Le botteur québécois Christopher Milo a préféré rester à Regina chez les Roughriders, champions de la coupe Grey. L'idée de se rapprocher de son patelin en se joignant à Ottawa ou Montréal lui a toutefois trotté dans la tête, a-t-il confié.
Desjardins dit que seulement un des joueurs ciblés par son organisation dès le départ n'a pas donné suite à leur offre. L'organisation a fait des appels auprès d'autres agents libres sur le coup de midi « pour avoir une idée du salaire désiré ».
« Ça nous a éliminés assez rapidement », a ajouté le directeur général du Rouge et Noir faisant référence aux demandes élevées.
Ce dernier a confirmé que « plusieurs offres se trouvent toujours sur la table ». Que certains des joueurs qui étudient ces propositions de son club ont aussi des visées sur la NFL.
Est-ce qu'un de ces agents libres serait le plaqueur montréalais Ted Laurent ? Le joueur des Eskimos d'Edmonton aimerait bien avoir sa chance au sud de la frontière.
Le Rouge et Noir a mis la main sur un quatrième joueur hier, mais via une transaction, la première de son histoire. Elle a rapatrié le plaqueur Justin Phillips, qui a grandi à Stittsville.
Le vétéran de sept saisons chez les Stampeders de Calgary avait exprimé le désir de se rapprocher de sa famille. « Il apporte de l'expérience. Il a fait partie d'un programme gagnant (...) Il peut aussi contribuer sur les unités spéciales », a fait remarquer Desjardins.
Phillips, 28 ans, connaît aussi l'entraîneur-chef Rick Campbell, qui l'a dirigé dans l'Ouest canadien avant de s'amener à Ottawa.