Le rare exploit du Rouge et Noir

Le statisticien de la LCF a dû fouiller dans les archives. Un rare exploit est survenu, vendredi soir, dans la capitale nationale.
Le Rouge et Noir a gagné sans marquer un touché. Ses 18 points ont été le résultat de placements.
«Ça s'est produit seulement 15 fois lors des 20 dernières saisons. C'est rare. Ce qui rend la victoire d'Ottawa encore plus spéciale, c'est que l'équipe a eu le ballon lors de 13 séquences à l'attaque, a dû le botter 13 fois et a quand même gagné. Je ne suis pas sûr que j'ai déjà vu ça», a répondu via courriel le statisticien Steve Daniel.
Le Rouge et Noir n'a commis aucun revirement dans ce gain de 18-17 contre Toronto devant une salle comble à la Place TD.
La dernière fois qu'un club a gagné sans visiter la zone des buts?
En juillet 2010 au stade Percival-Molson lorsque les Alouettes de Montréal ont défait les Lions de la Colombie-Britannique par le score de 16-12. Ils ont inscrit tous leurs points grâce à quatre placements, un touché de sûreté et deux simples.
«Je m'en souviens. Je jouais lors de cette partie», a souligné le receveur Paris Jackson, qui s'alignait à l'époque chez les Lions. Cette fois-ci, il a été membre de l'équipe qui a célébré.
À ne pas répéter
Mais le vétéran de 12 saisons espère ne pas revivre un tel match.
«C'est le genre de parties qu'une unité offensive n'aime pas voir, a dit Jackson. Ce sera la seule fois que ça va se produire pour nous cette saison. Toute notre attention cette semaine est dirigée à marquer un touché.»
Drôle de coïncidence, Ottawa affrontera samedi Hamilton, un club qui a justement été incapable d'inscrire un touché à sa dernière sortie.
Patrick Lavoie a déjà été impliqué dans une telle rencontre à faire jouir des coordonnateurs défensifs. C'était dans les rangs collégiaux québécois.
Le centre-arrière était membre du campus Notre-Dame-de-Foy.
«Nous avions gagné 9-6. C'était un match contre une grosse équipe dans ce temps-là. Trois-Rivières venait de gagner le Bol d'Or à plusieurs reprises dans les dernières années.»