Après avoir vu les Capitals célébrer avec la coupe Stanley, Antoine Pruneau est plus motivé que jamais.

Le proprio parle, le Rouge et Noir écoute

Roger Greenberg s’avère le plus discret des cinq propriétaires du Rouge et Noir.

On peut apercevoir parfois l’homme d’affaires sur les lignes de côté avec son chandail aux couleurs de l’équipe. Mais il parle peu.

Lors de la conquête de la coupe Grey en 2016, Greenberg célébrait en retrait dans le vestiaire au stade BMO de Toronto.

C’est pourquoi la visite qu’il a rendue aux joueurs de l’édition 2018 à la fin du camp d’entraînement a retenu l’attention des vétérans.

« Il nous a montré sa bague de la coupe Grey. Puis il nous a juste dit que c’est pour ça que nous allons batailler cette saison, a relaté le vétéran québécois Antoine Pruneau.

«C’est un gars discret, qui n’est pas souvent autour. C’est un gars de peu de mots. Mais quand il parle, tu écoutes. Et moi, j’aime bien savoir que le gars à la tête de notre organisation veut gagner.»

Parce que Pruneau aussi veut soulever la coupe Grey à nouveau en novembre prochain à Edmonton.

L’anecdote, il l’a racontée à la veille du début de la cinquième saison du Rouge et Noir, jeudi, contre les Roughriders de la Saskatchewan à la Place TD.

Après avoir raté les éliminatoires lors de l’an Un, Ottawa a participé au match de la coupe Grey à deux reprises, gagnant une fois. L’automne dernier, son parcours s’est toutefois arrêté en demi-finale de l’Est.

À quel point Antoine Pruneau est-il motivé à quelques heures de la nouvelle saison ?

Ce dernier dit avoir été inspiré par les images des célébrations entourant la conquête de la coupe Stanley par les Capitals de Washington dans la LNH. Particulièrement celles montrant le capitaine Alex Ovechkin.

On a notamment vu le joueur russe, torse nu, fêter dans une fontaine publique.

«Je pensais que j’avais presque dépassé les limites il y a deux ans dans nos célébrations, mais je me rends compte en voyant ces images que j’étais finalement tranquille. Honnêtement, je me demande si je pourrais survivre à de telles célébrations», a lancé en riant Pruneau.

Le maraudeur a notamment amené la coupe Grey dans un bar karaoké de Montréal où travaille un mordu du Rouge et Noir. «Je me suis déjà réveillé aussi dans le vestiaire. Pour le reste, je n’ai rien de croustillant à te raconter que tu peux vraiment écrire dans le journal, a-t-il ajouté.

«Mais honnêtement en voyant ces images, ça me donne le goût de revivre ces moments, de gagner à nouveau.»

Pruneau dit comprendre pourquoi Ovechkin et ses coéquipiers ont fêté autant.

«Parce que tu ne sais pas si tu vas revivre pareil moment», a rappelé le numéro 6, qui entame sa cinquième saison dans la LCF. Ce dernier s’avère le seul joueur en défensive en compagnie du demi de coin Jonathan Rose qui étaient membres de l’alignement partant du Rouge et Noir lors de la conquête de la coupe Grey, il y a deux ans.