Pier-Yves Lavergne.

Lavergne continue de susciter l'intérêt des dépisteurs

Ils étaient 44 joueurs provenant du Québec, de l'Ontario et des Maritimes. Certains sont admissibles au repêchage. D'autres s'avèrent des agents libres.
Mais ils ont tous le même rêve. Jouer dans la LCF.
C'était le deuxième camp d'évaluation régional du circuit Cohon, hier, à Montréal après un arrêt à Edmonton.
Dans le lot, il y avait huit joueurs de la région qui tentaient de retenir l'attention. On retrouvait notamment trois membres des Gee Gees d'Ottawa, dont le demi défensif Matt Bond-Lapointe. L'espoir qui était le mieux coté avant le camp?
Le secondeur Pier-Yves Lavergne. Un Gatinois de 24 ans, qui a joué chez les Gee Gees avant de passer chez les Carabins la saison dernière. Il y a 10 mois, il avait participé au Défi Est-Ouest, une vitrine de choix pour les joueurs en vue du repêchage de la LCF qui aura lieu le 13 mai.
Cinq clubs intéressés
«Je n'ai malheureusement pas pu démontrer aujourd'hui tout ce dont je suis capable de faire, mais en bout de ligne, je crois m'en être bien sorti», a soutenu Lavergne.
Ce dernier soigne une blessure à muscle adducteur subie à l'entraînement, il y a deux mois. Il n'a participé qu'à trois épreuves au camp, dont les sauts en longueur et les sauts en hauteur.
«En étant blessé, j'avais des inquiétudes face à cette journée, mais mon agent a fait du boulot incroyable. Il a contacté les équipes, les a mis au courant de ma situation. C'était unanime de la part des formations qui sont intéressées à moi. Si je ne suis pas à 100%, c'est mieux de ne pas faire certains exercices.»
Lavergne a pu discuter hier avec certains clubs. Il a refusé de dire lesquels.
Ce qu'on a pu savoir? Qu'au moins cinq des neuf équipes de la LCF ont de l'intérêt pour ce gaillard qui fait osciller la balance maintenant à 228livres, 15 de plus que l'automne dernier.
«Je suis maintenant un peu plus le prototype de secondeur de la ligue canadienne», a-t-il souligné.