Le Rouge et Noir a répondu aux attentes, jeudi soir, en battant les Roughriders de la Saskatchewan 40-17.

La défensive frappe, le Rouge et Noir gagne

La défensive revue et corrigée à fort prix du Rouge et Noir a rapporté ses premiers gros dividendes, jeudi soir, lors du match inaugural à la Place TD.

Le demi de coin Jonathan Rose a notamment inscrit un touché sur un retour d’interception de 55 verges dans une victoire de 40-17 contre les Roughriders de la Saskatchewan. Tout ça devant une foule de 24 224 spectateurs pour lancer cette cinquième saison de l’histoire de l’équipe.

Rose a aussi vu deux autres de ses coéquipiers l’imiter et réussir des interceptions. Chaque fois, Rico Murray et Loucheiz Purifoy ont mis les mains sur des passes dans la zone des buts.

C’est sans compter la passe rabattue par le secondeur Josh Johnson tôt au quatrième quart pour briser une menace des Riders, les limitant à un placement. Puis le ballon échappé recouvert par l’ailier défensif A.C. Leonard.

« Réussir un gros jeu, ça devient contagieux. Nous l’avons vu ce soir », a soutenu Rose, un des rares survivants du grand ménage effectué durant l’hiver en défensive.

Purifoy, Murray, Johnson et Leonard étaient trois des six partants en défensive embauchés durant l’hiver. Rose estime que ses nouveaux amis et lui ont envoyé un message aux huit autres clubs de la LCF avec ce gain convaincant.

« Ça fait du bien de battre l’équipe qui nous a éliminés l’an dernier. Il fallait mettre notre pied à terre. Cette défensive, cette attaque, ce club, nous sommes de sérieux aspirants au titre. C’est le message qui vient d’être passé. »

Le Rouge et Noir avait promis une défensive qui allait créer des revirements. Il était parmi les derniers de classe à ce chapitre la saison dernière.

Il aura tenu parole l’instant d’un premier match.

Le Rouge et Noir avait promis une défensive qui allait faire mal aux quarts adverses. Avery Ellis a frappé durement Zach Collaros à deux reprises, dont une fois pour un sac.

Le quart-arrière des Riders n’a pas terminé le match, les médecins soupçonnant qu’il soit victime d’une commotion cérébrale.

De l’autre côté, Trevor Harris s’est resaisi après un début de partie très ordinaire. Revenant au jeu après une blessure à un genou lors du camp d’entraînement, il n’a complété que six de ses 13 premières passes pour 67 verges. C’est sans compter l’interception dont il a été victime.

Un ballon intercepté par le receveur muté en demi de coin Duron Carter qui a inscrit un des deux touchés des Riders.

Cette gaffe a semblé fouetter Harris, qui a repris ses allures de 2017 en deuxième demie.

Ce dernier a terminé ce match ayant complété 26 de 36 passes pour 345 verges, dont une de 55 verges sur le touché du rapide Diontae Spencer. La recrue américaine Noel Thomas a aussi capté une des passes du quart du Rouge et Noir, plongeant de façon spectaculaire sur le jeu de 42 verges.

Ses acrobaties lui ont valu une ovation de la part de la foule qui a eu droit à une belle soirée de football.

« Il y a une raison pourquoi il a percé notre alignement. Tu vas entendre parler de lui souvent cette saison », a soutenu Harris, qui a dû obtenir cinq points de suture au coude droit.

« C’est le résultat de la mauvaise reprise de ballon. J’ai été frappé en récupérant le ballon pour le lancer. Je vais être OK. »

Le Rouge et Noir disputera son prochain match contre les Stampeders. Il n’a jamais gagné en quatre visites à Calgary.

LE COACH HEUREUX, LE BOTTEUR AUSSI

Rick Campbell s’attendait à un excellent début de saison de son équipe. Mais il avait quand même un petit doute avant le botté d’envoi.

« Tu ne sais jamais tant que tu ne joues pas un match. C’est toujours plaisant de gagner, surtout que nous savons à quel point ce n’est pas facile d’obtenir des victoires dans cette ligue », a rappelé l’entraîneur-chef du Rouge et Noir.

Son club a perdu son lot de parties serrées au fil des deux dernières saisons. Trop souvent, il laissait filer des avances en fin de quatrième quart.

Pas cette fois-ci.

Ottawa a écrasé les Riders, limités à un maigre placement en deuxième demie.

« Ce n’est qu’une victoire. Il faut rester humble. Je ne suis pas inquiet. Nos joueurs sont bons à ce chapitre. »

Pas de contenter

Un autre qui avait un petit sourire en coin chez le Rouge et Noir après ce gain ?

Son plus petit joueur.

Le botteur recrue Lewis Ward, qui ne fait que 5’7’’ et 175 livres, a réussi trois de ses quatre tentatives de placement à son baptême dans la LCF.

« Ça fait du bien, même si je m’en veux pour le botté que j’ai raté », a dit Ward, qui a échoué sur une distance de 48 verges à la fin de la première demie.

« Pas question par contre de me contenter d’avoir fait le club. Je sais que mon poste est loin d’être assuré. »

Surtout que le Rouge et Noir a embauché le botteur québécois Félix Ménard-Brière, la semaine dernière. Il s’avère une police d’assurance si jamais Ward devait éprouver des problèmes.

« Je dois faire mes preuves lors de chaque match. Ça me va », a dit Ward, habitué de prouver le contraire à ses détracteurs qui le disaient trop petit pour évoluer chez les pros.

Un peu plus loin, le porteur de ballon William Powell célébrait ce gain. « Ça fait du bien de commencer la saison de la sorte, surtout après le départ que nous avons connu l’an dernier », a-t-il souligné.

Ottawa n’avait gagné qu’une fois à ses sept premières sorties en 2017.

>> Sommaire du match